Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



vendredi 29 juin 2007

46. Dilemme.

Je voulais développer à propos des visites virtuelles de librairies ( ça n'a pas traîné : trop fastoch! cire-pompes! et j'en passe. ) Mais 2J.S. me prévient d'un épisode que je ne peux pas rater :

Vendredi 29 juin, 18h50

Tel père, tel clown 1ère diffusion

Krusty le clown révèle qu'il est le fils du Rabbin.

N'acceptant pas le métier de son fils, le rabbin ne veux plus le voir.

Lisa et Bart veulent les reconcilier...

Ne vous fiez pas à l'heure indiquée sur le blog, elle est décalée, je ne sais pas pourquoi.

45. >Visites (suite.2) Librairie des Abesses

En attendant l'autorisation de Colette, je suis allé à Montmartre, chez la célèbre Marie-Rose Guarnieri,

pour visiter le site de La Librairie des Abesses.

Rien à dire. C'est "classe".

(L.L.L.) c'est la note maximum. ( J'espère que Marie-Rose y sera sensible.)

44. LIVRES HEBDO. Edito

Annie Favier signe l'édito de Livres Hebdo du 29 juin : "Rentrée littéraire : la réalité dépasse la fiction." On peut y lire dans le premier paragraphe :

" Dans le domaine de la promotion, Léo Scheer se distingue d'une autre manière. L'ancien homme de télévision propose sur son site ( www.leoscheer.com ) un "leoscheer.tv" avec, en video, lectures de textes par leurs auteurs, interviews de directeurs littéraires et extraits d'émissions télévisées. D'ores et déjà, on peut y voir NATHALIE RHEIMS présenter son nouveau livre, Journal intime, roman à paraître le 10 septembre."

Tony rêvait qu'on communique sur le site, Anne Procureur l'a fait.

jeudi 28 juin 2007

43. Julie Machado

Je tiens à saluer le premier billet de Julie, qui nous apprends qu'elle appartient à cette société secrète. J'avais bien perçu chez elle un air de famille avec Paul Newman.

Ce qui est extraordinaire, ma chère Julie, c'est que ce magasin pour gaucher existe bien dans la réalité :

Il est situé 23 Av Thiers à Brive La Gaillarde, ça ne s'invente pas!

Je préviens tout de suite Jean-Jacques Schuhl pour organiser une signature lors du prochain salon.

42. Visites virtuelles des librairies. Les Cahiers de Colette.

Mardi dernier, à 22h, Catherine Breillat et Nathalie Rheims présentaient leurs livres ( Bad Love et Journal Intime,roman. ) devant les libraires invités par Teresa Cremisi et Gilles Haéri à l'Hotel de Massa. Elles furent, comme toujours, à la fois magistrales et émouvantes. Je regardais les libraires, encore nombreux et attentifs aprés une longue journée de présentation des livres de la rentrée, et je me disais que notre destin était entre leurs mains. Je culpabilisais de ne pouvoir parler avec chacun d'entr'eux. Cet automne je commencerai un tour des librairies. En attendant, je fais un premier parcours des sites, et, comme il se doit, je commence par mon amie Colette Kerber aux Cahiers de Colette :

Et là, je tombe sur des conditions d'utilisation en 6 articles où il me semble reconnaître le style amical d'un de nos auteurs : ( Emmanuel Pierrat ) dont je cite ici l'article 3 :

Article 3 : Licence d'accès au Site

Nous Vous accordons une licence limitée à l'accès et à l'utilisation du Site pour votre utilisation personnelle. En aucun cas Vous n'êtes autorisé à télécharger ou à modifier tout ou partie de ce Site sans Notre autorisation écrite et expresse. Cette licence ne Vous permet en aucun cas d'utiliser, pour la vente ou pour toute autre utilisation commerciale ce Site ou son contenu (produits listés, descriptions, prix, téléchargement ou copie des informations pour le compte d'un autre commerçant, utilisation de données, logiciels, extraits sonores, graphismes, images, textes, photographies, outils). Ce Site ou toute partie de ce Site ne doit en aucun cas être reproduit, copié, vendu ou exploité pour des raisons commerciales sans notre autorisation expresse et écrite. Vous ne devez pas utiliser des techniques permettant de copier une marque, un logo ou toute autre information (notamment images, texte, maquettes) dont Nous sommes propriétaires sans notre accord express et écrit. Vous ne devez pas utiliser les meta tags ou tout autre texte « caché » contenant notre nom, notre marque ou celui des sociétés de notre groupe sans notre accord express et écrit. Toute utilisation non autorisée mettra fin à la licence que Nous Vous avons accordée. Nous Vous autorisons, à titre non exclusif et révocable, à créer un lien hypertexte pointant sur la page d'accueil du Site à la condition que ce lien ne puisse Nous créer ou créer à l'encontre des sociétés de notre groupe, ou à nos produits ou services, un caractère mensonger, faux, péjoratif ou pouvant Nous porter préjudice. En aucun cas la création de ce lien hypertexte ne pourra engager notre responsabilité, à quelque titre que ce soit, sur le contenu de votre site. Toute utilisation dans votre lien de notre logo, de notre marque ou de nos graphismes nécessite notre autorisation expresse et écrite.

Chère Colette ( ou Emmanuel ) m'autorisez vous?

J'attends l'autorisation avant de faire le moindre commentaire.

mercredi 27 juin 2007

39. Book.T.V.

J'ai trouvé ça sur le site de Livre Hebdo.

"Simon & Schuster signe avec YouTube et Bookvideos.tv



L'éditeur américain renforce sa présence sur la Toile avec des partenariats orientés sur des services vidéos.

Simon & Schuster, filiale du groupe média CBS, vient de signer un partenariat avec TurnHere, un diffuseur de vidéo numérique. La production de ces modules sera diffusée sur le service de vidéo partagée You Tube, une récente acquisition de Google, et Bookvideos.tv, une joint-venture entre TurnHere et l'éditeur américain. Dès la page d'entrée du site internet de S&S (Simonsays.com), on y trouve des clips de deux minutes sur les auteurs et leur vie, les livres et leur inspiration. Véritable produit d'appel, la vingtaine de vidéos déjà diffusée devrait vite s'accroître jusqu'à une quarantaine de modules. Un lien permet de transformer la consultation du clip en achat du livre. Le partenariat avec You Tube ne prend pas en compte l'aspect marchand mais permet une plus large diffusion auprès des communautés ciblées, comme les auteurs de fanfictions ou les clubs littéraires. Depuis deux ans le marché de la vidéo en ligne connaît un véritable essor. Selon Comscore, en France, 79% des internautes consultent des vidéos (contre 76% aux Etats-Unis). Selon Ipsos Insight, ce sont les vidéos d'actualités et les vidéos d'internautes qui sont les plus regardées. Si l'on ne prend en compte que YouTube , ce sont 96 millions de vidéos qui sont visualisées dans le monde quotidiennement."

mardi 26 juin 2007

38. Homer Schuhl

Je voulais écrire un billet, à la suite de Laure Limongi, sur le rôle de la couverture dans notre métier, mais j'ai été intercepté par Jean-Jacques Schuhl qui m'a dit que je devais absolument regarder M6 à 18h50 qui diffuse l'épisode "Le palais du gaucher" des Simpson. Comme j'ai rendez-vous avec lui demain, cette activité s'impose à moi tout naturellement. De là à en déduire que dans les métiers de l'édition, les relations avec les auteurs, surtout s'ils sont des génies, et encore plus s'ils publient chez un autre éditeur, sont plus importantes que les couvertures des livres, c'est un pas qu'il faudrait méditer avant de le franchir. Comme Jean-Jacques Schuhl n'a pas Internet, je lui parlerai de la sortie prochaine du film, il sera épaté.

Dans cet épisode, Ned invite les Simpson à un barbecue, au cours duquel il annonce qu'il quitte son travail afin d'ouvrir un magasin pour gauchers. Homer, bien sur, voudrait le voir échouer. En fait, selon l'auteur de ''Rose poussière'', l'épisode suivant était mieux : "Mon pote Michael Jackson" mais je suis en train de le regarder, j'en parlerai une autre fois.

37. Question de couverture

La question de la couverture en est toujours une, de question. Enfin, si on choisit l'option de singulariser chaque couverture au sein même d'une collection, avec une esthétique commune – et non d'opter pour un visuel unique ce qui est également une solution fort élégante et historiquement très utilisée (je contemple toujours avec satisfaction ma rangée de « collection(s) blanche(s) » et de livres des éditions POL, par exemple). Mais pour Laureli – comme je l'avais déjà fait dans la collection & des éditions Al Dante – j'ai préféré donner une image à chaque livre, ce qui n'est pas une mince affaire. (Ma mère aurait sans doute dit que cela participe de mon syndrome « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » mais ceci est un blog d'édition…) La création de la couverture est métier de sioux. Pour éviter l'illustration, le rapport métaphorique trop évident, la tarte à la crème chromatique et autres impasses du genre. Donner imager à maternA d'Hélène Bessette, par exemple, a été un abîme de réflexions. Quelle image donner à un livre qui décrit la situation intemporelle de l'humiliation du travail, qui manipule des personnages fantoches en les faisant hurler et qui décrit au lecteur le roman en train de s'écrire ? Fanette Mellier a su incarner la création poétique de l'auteur, ce « A » capital final qui contamine le texte dans des assonances virevoltantes. Bref, comme le disait Florent (hé, tu essaies de rapporter du spritz ?) les coulisses de ce métier restent parfois inaperçues, l'attention extrême, le choix du papier, du pelliculage mat ou brillant, la maquette… mais la réussite de l'objet-livre (je ne parle pas du livre-livre) tient de cet équilibre. En ce moment, je m'occupe de la couverture de ''Corbière le crevant''. Avec l'auteur, nous nous orientons vers le choix d'un dessin de Corbière, un autoportrait colorisé. Un profil acéré qui se fond dans la matière du monde.

lundi 25 juin 2007

36. La pingueuse de diamant

Merci Léo ! J'ai tout compris. Bon ok, ne frimons pas trop, j'avoue, j'ai relu 3 fois et à force d'écarquiller les yeux la vérité m'est apparue. Je me sens encore un peu timide pour me lancer mais dès demain je pingue à tt va !!!!!

34. Pinguer une URL

Définition :

Faire un Trackback sur un billet correspond en réalité à Pinguer une url pour la première fois sur un billet donné. Pour expliquer le principe de pinguer une url, le mieux est de prendre un exemple. Vous tombez par hasard sur un billet dans un blog différent du votre sur lequel vous souhaiteriez faire apparaître dans cet article un complément d'information qui provient d'un de vos billets. Pour cela, vous allez faire un trackback sur le billet que vous avez lu en pinguant l'url de ce billet. Vous écrivez / modifiez ou retrouvez tout d'abord votre billet qui est en relation avec celui que vous avez lu. Vous l'ouvrez et cochez en bas la case "Pinguer les URLs". Une fois la publication du billet validée avec le bouton "Enregistrer", vous avez la possibilité de saisir l'adresse du billet sur lequel vous souhaitez faire un "Trackback" c'est-à-dire un « lien actif », soit l'adresse du billet que vous souhaitez Pinguer.

Pour cela, sur la page qui apparaît, insérer l'URL ou l'adresse du billet sur lequel vous avez choisi de faire un lien (cette adresse est en général situé en bas du billet.). Cliquez sur Pinguer les URL » pour réaliser le Trackback. Un message vous indique si le Trackback a fonctionné correctement, sinon, vous pouvez réessayer en cliquant à nouveau sur le bouton « Pinguer les URL »

En retournant sur l'url pinguée c'est à dire sur le billet sur lequel vous souhaitez faire un trackback, vous voyez votre trackback apparaître dans la liste des Trackbacks. Désormais à chaque fois que vous modifierez votre billet, conservez la case « Pinguer les URL » cochée pour mettre à jour votre Trackback.

Dernière subtilité, vous pouvez éventuellement modifier le morceau du texte que vous souhaitez faire apparaître sur le billet ainsi "Back Track(é)" en remplissant le champ « Extrait à Envoyer ».

33. DJ Laure

C'est incroyable, dans ce blog on entend parler de Lou Reed (soit dit en passant je suis très jalouse !), de mouettes (là aussi), de Rama Yade, de spritz, d'Agnes Varda, de salle rouge, de Fresh, de Loupes dormeur, de machines, de livres bien sr….. Impossible de résister à autant d'énergie, ça donne envie de mixer ! Je vais m'essayer à la rédaction d'une petite note de lecture qui donnerait un petit aperçu de toute cette matière qui se déroule….. comme le tapis du Transsibérien que l'on enroule lorsqu'il est en fin de course pour dérouler un nouveau tapis, j'enroule cette succession de notes : oui, le Transsibérien je l'ai pris avec Le Voyage à Vladivostok d'Emmelene Landon (un des livres que vous découvrirez à la rentrée, patience !) donc, le tapis, je sais de quoi je parle. Allez DJ Laure se lance: « Soyez jeunes, lisez ! », Weyergans, Guyotat, Lélu, Tugny mais attention, il ne faut pas rater l'office, les mouettes nouillorkaises ivres de spritz se sont posées sur la machine, elles chantent Berlin et à coups de saton expédient nos livres vers la rentrée littéraire. Mais c'est n'importe quoi, je vais finir par me faire confisquer mon passe d'accès magique au blog….. la masse d'information est beaucoup trop importante, impossible d'enrouler…… le tapis est vivant il résiste, rien à faire, je retourne à mes BAT! Pardon de vous avoir dérangé. PS quelqu'un peut me dire ce que signifie cette formule intriguante que je trouve sous le cadre dans lequel j'écris : "pinguer les URLs"? A mi-chemin entre Pinget (qu'il faut lire!) et Pingouin la langue française n'a pas "pinguer". Dans le doute je ne coche pas.....

32. SOLLERS CASANOVA DE LA POLITIQUE

J'aime beaucoup Sollers en Casanova. Dans son dernier Journal du mois ( JDD du 24 juin 2007 ) la politique agite sa plume comme un puissant aphrodisiaque. Occasion pour moi de m'entraîner aux illustrations. Voilà ce que ça donne:

"FEMMES"

par Philippe Sollers

( Illustrations pirates par Léo Scheer )

"Là, je suis comblé. Christine Lagarde au finances a toute ma confiance.

Je passe sur Roselyne Bachelot

rabelaisienne de choc, dont la santé truculente et sportive fait plaisir à voir.

Un conseil de coiffure, cependant, à Christine Albanel

ministre de la Culture et de la Communication, qui fait visiblement ses débuts à la télévision : qu'elle montre le plus vite possible ses oreilles, ses cheveux, dans le style épagneul, devant assourdir son audition.

Cela dit, l'enlèvement par Sarko, de l'éblouissante Rama Yade

(Affaires étrangères et Droits de l'homme) et de l'incorruptible et active Fadela Amara

(chargée de la Politique de la ville), relève de la haute acrobatie, du donjuanisme le plus effréné.

Chapeau. Rama Yade est, d'emblée, une vedette du futur spectacle : beauté, assurance, énergie, le pauvre François Hollande la regardait, l'autre soir, avec stupeur.

C'est déjà une Condoleezza Rice en puissance, rien ne devrait l'arrêter, et Rachida Dati, l'autre vedette incontestable du gouvernement, a tout de suite compris qu'elle a là une concurrente redoutable.

Rama ou Rachida? L'avenir le dira. Personnellement, je me sens plus d'affinités avec Rama, à moins, ce qui est probable, qu'elle ne me laisse, en tant qu'écrivain, en rade.

Mais que vois-je soudain? Non, pas possible, je me frotte les yeux:

Christine Boutin et Fadela Arama, bras dessus, bras dessous, dans les jardins de leur ministère! L'Eglise catholique en personne, et la musulmane de Ni putes ni soumises, comme de vieilles copines ravies d'être ensemble! Dites moi que je rêve! Quel scoop! Quel miracle!

N'essayez pas de grogner que Dieu n'existe pas, voilà une preuve de son évidence. Je connais un peu Christine Boutin ( plus marrante qu'on ne croit ) et Fadela Arama ( moins soumise qu'on ne le voudrait )......voilà le travail."

dimanche 24 juin 2007

30. Lou Reed.Berlin electrochoc

Palais des congrés à Paris, il est 21 h ce samedi 23 juin 2007. Grace à Julian Schnabel qui nous a donné ses places parcequ'il devait partir à Milan pour l'exposition Versace, j'occupe le siège N08. Lou Reed apparaît dans le décor de papiers peints de Schnabel. Il chante Berlin.

In Berlin, by the wall you were five foot ten inches tall It was very nice candlelight and Dubonnet on ice

We were in a small cafe you could hear the guitars play It was very nice it was paradise

You're right and I'm wrong hey babe, I'm gonna miss you now that you're gone One sweet day

Oh, you're right and I'm wrong you know I'm gonna miss you now that you're gone One sweet day One sweet day

In a small, small cafe we could hear the guitars play It was very nice candlelight and Dubonnet on ice

Don't forget, hire a vet he hasn't had that much fun yet It was very nice hey honey, it was paradise

You're right and I'm wrong oh babe, I'm gonna miss you now that you're gone One sweet day You're right, oh, and I'm wrong you know I'm gonna miss you now that you're gone One sweet day One sweet day

One sweet day, one sweet day oh, one sweet day One sweet day, baby-baby, one sweet day one sweet day, one sweet day



Il aura fallu 35 ans pour que la version scènique de ce chef-d'oeuvre voit enfin le jour. Stephane Davet, dans son article explique pourquoi

Pendant tout le spectacle, je repense à ce qui s'était passé en 1973, à ce journaliste de Roling Stone qui avait écrit : c'est " le disque le plus déprimant de la décennie ", à ce phénomène qui saisit parfois la critique et la conduit, face à une oeuvre, à se livrer aux instincts grégaires et prédateurs d'une meute.

Devant ce jeune homme de 65 ans, sa sérénité, sa puissance intacte, je me dis qu'il devait avoir une résistance particulière. Est-ce parcequ'à 17 ans, ses parents l'avaient livré aux électrochocs recommandés par un psychiatre pour le guérir de ses tendances homosexuelles? Il en parle dans Kill your sons

All your two-bit psychiatrists are giving you electric shock they said they'd let you live at home with mom and dad instead of mental hospitals But every time you tried to read a book you couldn't get to page 17 'cause you forgot where you were so you couldn't even read

Don't you know they're gonna kill your sons don't you know gonna kill, kill your sons They're gonna kill, kill your sons until they run-run-run-run-run-run-run, run away

Mom informed me on the phone she didn't know what to do about dad he took an axe and broke the table aren't you glad you're married And sister, she got married on the Island and her husband takes the train he's big and he's fat and he doesn't even have a brain

They're gonna kill your sons don't you know they're gonna kill, kill your sons Don't you know they're gonna kill, kill your sons until they run away

Creedmore treated me very good but Paine Whitney was even better and when I flipped out on PHC I was so sad, I didn't even get a letter All of the drugs that we took it really was lots of fun but when they shoot you up with thorazine on crystal smoke you choke like a son of a gun

Don't you know they're gonna kill your sons don't you know they're gonna kill, kill your sons Don't you know they're gonna kill, kill your sons until they run-run-run-run-run-run, run away

Aprés le spectacle, nous sommes allé le voir dans sa loge. Il était assis dans un petit canapé avec Marianne Faithfull. Angie a parlé avec eux. A sa façon de la regarder, je me suis dit que les électrochocs pouvaient avoir un effet à retardement.

samedi 23 juin 2007

29. Vernissage Fresh 29 mai 2007

Le 29 mai 2007, au vernissage de l'exposition Fresh Theorie II, il y avait des gens trés intéressants et Éric Rondepierre a réalisé quelques clichés qu'il utilisera peut-être dans sa série Agenda 2007. Par exemple:

On y aperçoit Agnes Varda parlant avec Dominique Noguez, François Weyergans et Dominique Païni.

vendredi 22 juin 2007

23. Arrêter d’écrire

Non non, je ne me paie pas le luxe d'un ptit coup de blues public, c'est le titre d'un livre de David Markson à paraître à la rentrée dans la collection Lot 49 du Cherche Midi, traduit par Claro – et c'est vraiment génial, comme tout ce que fait Claro. Je n'en ai que les épreuves, pour l'instant (l'idée étant de rédiger une note de lecture pour La Revue Littéraire) que j'ai commencées dans la salle d'attente de mon ORL (autre épreuve). Moi je dis qu'un livre qui vous fait pouffer de rire en pleine sinusite aiguë malgré la douleur immédiate créée et les autres patients qui vous regardent comme si vous vous étiez trompé de cabinet (« euh, le psychiatre c'est troisième étage gauche »), c'est un livre à dévorer !

28. Fin de journée aux éditions

Qu'est-ce qu'une journée type dans une maison d'édition ? Il m'est toujours difficile, lorsque l'on me demande en quoi consiste exactement mon travail (et ça arrive...), de répondre simplement. Alors je décris ma journée. Mon rôle aux éditions Léo Scheer est pour le moins polymorphe et c'est son intérêt. Le matin, je m'attaque aux chiffres de vente, je veille à ce que les stocks soient suffisants, je contrôle les sorties et les retours. Autre exemple : aujourd'hui, j'ai mis en vente auprès de Flammarion (notre diffuseur) et d'Union-distribution (notre distributeur) La Revue Littéraire n31. C'est la dernière et indispensable étape pour que notre revue soit présente sur les tables des libraires. Il y a un côté presque magique (et vertigineux aussi) dans cette procédure. Une erreur dans le gencod et nous ratons l'office. Je me sens toujours quelqu'un d'important quand j'envoie un fichier de mise en vente. C'est la maison d'édition au complet que je porte. Nous avons fini avec Julie le calcul des droits d'auteurs, c'est une grande découverte pour moi (qui ne suis pourtant pas une grande fan des formules Excel). Ca me permet de connaître par coeur notre catalogue : je suis incollable sur les dates de parution ou les entrées de production d'un titre. Je commence à me pencher sérieusement sur la fabrication du titre à paraître en octobre prochain dans la collection Melville Retour à Vienne (Roland Jaccard pour le texte, illustrations de Romain Slocombe). Je vais aider Mathieu Térence pour cet ouvrage. Je m'occupe donc des devis aux imprimeurs, de la maquette... Je reviens vers mes premières amours non sans une immense joie. Je me rends compte que je pourrais raconter ma journée pendant des heures. Je file donc avec dans mon sac le premier roman de Minh Tran Huy : La princesse et le pêcheur (éditions Actes Sud), que je vais chroniquer pour La Revue Littéraire de la rentrée. Ce n'est donc jamais fini...

27. Angie

je n'arrive pas à convaincre Angie d'écrire dans le blog des éditions.

Là.

Mais Rancinan a des arguments convaincants

26. THOMAS LELU

Je trouve le nouveau site de Thomas particulièrement classe.

25. Un vendredi de manuscrits

Un vendredi de manuscrits. Comme le jeudi qui l'a précédé. Après avoir bouclé les livres de la rentrée, La Revue Littéraire (comment a-t-on fait ?), s'imposait un détour par ces étagères sur-bondées. Comment s'y prendre… Mé-tho-di-que-ment. Mais ce n'est pas suffisant. Activité ambivalente qui me laisse toujours perplexe. Un vendredi qui bientôt s'achève, et qui me verra bientôt en partance pour quelques jours à la campagne. Je n'emporterai pas les manuscrits, non, mais un roman à paraître en septembre chez Gallimard, le premier d'une jeune Américaine, à propos duquel je vais tenter de ramener quelques notes pour notre prochain numéro de La Revue Littéraire. À tous, donc, je dis à bientôt.

22. « coup de saton »

Je suis en train de relire ''Corbière le crevant'' (à paraître en octobre) avec son auteur, Emmanuel Tugny, de trier les corrections à reporter ou pas (encore mille mercis à Fabienne Loye qui a fait un travail formidable et qui a passé tant de temps à rechercher et vérifier toutes les citations des Amours jaunes !) Parmi les énigmes le mot « saton » que je ne connaissais pas, qui est un mot d'argot me précise l'auteur, utilisé dans l'expression « coup de saton » et dont je retrouve en effet des occurrences grce à Internet, par exemple : « â€œ Un coup de saton dans le porridge froid qui est en nous â€?, c'est ainsi que Zidi définit ce que doit être un film. » mais également, dans un lexique de rugby : « Saton (coup de saton) : coup de pied intentionnel généralement à destination de la tête d'un adversaire pour lui rappeler la règle du hors jeu, ou lui signifier de ne pas mettre sa tête là. Synonyme : coup de chausson, coup de tatane, remonte Bebert, coup de sandale. » Je sais, je sais Albert, mon cher Albert (je ne vous savais pas collectionneur de photos de Sylvie Vartan. Mais pour corroborer votre exhortation, il se trouve que je lis La Chartreuse de Parme – dans l'édition du Divan – dans le bus 80, matin et soir, depuis une dizaine de jours ; il y a certes moins de soleil qu'à Los Angeles), vous, vous deviez connaître « coup de saton ».

Hé oui, dans un livre à/pour/avec Corbière, on ne parle pas zeugme ou cadence majeure. Mais vie et nécessité de l'écriture. Pas vie de salon mais coup de saton.

jeudi 21 juin 2007

21. Eric Rondepierre

Pierre Guyotat m'a fait rencontrer et découvrir __Éric Rondepierre__. Il a écrit cette surprenante préface de la monographie que nous avons publié en 2003. J'ai commencé à préparer avec Fayçal l'exposition de cet automne. A priori, il y aura trois séries: Parties communes dans la pièce grise, Loupes dormeur dans la salle rouge et les 5 Agendas (2002-2006) dans le labyrinthe blanc de l'entrée.

Je pense que nous pourrions reprendre ces trois séries dans le livre Janvier/Léo Scheer de Novembre car seuls les Agendas 2002 et 2003 figuraient dans la publication des Carnets par La Revue Littéraire en 2005.

A propos de Pierre Guyotat, j'ai reçu ce matin une lettre trés amicale de lui où il évoque la sortie cet automne de Coma en Folio et de Prostitution dans L'Imaginaire en même temps que Formation chez Gallimard et me dit que nous pouvons compter sur Fiction Urbaine pour 2008 sur lequel il travaille en ce moment.

Pierre Guyotat Portrait de Pierre Guyotat par Eric Rondepierre (fichier haute résolution (7 Mo) disponible ici) Le titre de cette photographie est Explications. En la regardant à la loupe, on voit apparaître le texte intégral du premier livre publié par les Éditions Léo Scheer en 2000.

20. Aux Auteurs, Représentants, Libraires, Journalistes, Lecteurs.

Le site des Éditions Léo Scheer est conçu pour devenir un véritable instrument de travail pour notre équipe et pour tous ceux qui nous permettent de faire connaître, de promouvoir et de vendre nos livres.

Pouvez vous nous faire part de vos remarques et de vos conseils afin de le développer et de l'améliorer.

mercredi 20 juin 2007

19. Journal d'éditeur

Croisé Raphael Sorin au Flore ( comment appelle-t-on ça en rhétorique?) il m'a donné le Brenner II que j'ai commencé à lire. Lindon...etc.

L'avantage avec les blogs, s'ils deviennent des vrais journaux d'éditeurs, c'est qu'il sera possible de suivre en direct et surtout de pouvoir réagir et commenter.

Sans rapport avec ce qui précède, j'ai félicité Camille Laurens pour son entrée au Femina. Je jure que je n'étais pas au courant.

18. Déjà la rentrée

Ce n'est pas encore vraiment l'été et les livres de la rentrée sont déjà arrivés. Dans nos bureaux, s'entend. Évidemment, ils ne seront en vente qu'en aot ou septembre, selon les cas, mais nous les fabriquons bien en avance afin de palier à la trêve des vendeurs de Monoï. Face à la déferlante de centaines de romans saisonniers, cela permet aux critiques et aux libraires de charger leurs valises et d'avoir le temps de choisir leur rentrée littéraire à tête reposée.

Mais c'est toujours étrange cette sensation : avoir le livre en main et trépigner deux mois avant d'espérer le voir en vitrine d'une librairie, feuilleté dans le métro…

17. Y a-t-il une Venise à Venise?

J'ai avant-hier, au cours d'une de mes longues promenades, levé moi aussi les yeux sur NOUILLORC au centre de l'enseigne publicitaire. Et immédiatement pensé à Amérique. Le NOUILLORC de Paris (rue du Faubourg-Saint-Denis) est l'exact reflet du PARIS d'Amérique. Mais plutôt que le train, il en est un qui a préféré le bateau. Reçu un texto de Florent : de la proue il aperçoit VENISE…

16. Travail de mémoire.....

Les premiers invités sont déjà arrivés ! Pardon pour le retard ; mon ordi faisait travail de mémoire depuis quelques jours, j'ai pressé son disque dur et extrait la trace de ces quelques huit années de travail aux éditions. Plusieurs centaines d'ouvrages archivés : tout ça dans une petite boîte, c'est effrayant ! Pas question de surfer sur internet, l'ordi est clair : il travaille OU il restitue et l'ombre menaçante de l'erreur fatale nJ8552546+4 interdit toute initiative allant à l'encontre de ce précepte. Vous parliez d'Amérique ; en langage informatique l'ouvrage d'Edouard Levé représente 16 gigas, 4 DVD, 480 minutes d'enregistrement, en langage TGV un aller-retour Paris/Marseille !

15. No comment

Effectivement, j'ai retrouvé sur le web les imges de la campagne DDB dont parlait Léo Scheer plus avant. Pas de commentaires.

Jeter un oeil ici :

ou là

14. Lisez.Soyez jeune.

Reçu ce matin d'Albert Benloulou la photographie d'une affiche de 1972 représentant Sylvie Vartan assise sur une terrasse de Sunset Bld à Los Angeles en train de lire Proust dans La Pléiade.

Albert pense que nous devrions en prendre de la graine.

C'est une idée, si nous faisons, un jour, une remise en place de Salomé (ce qui serait justifié) on pourrait faire une affiche de ce type, peut-être avec une actrice, et en ajoutant un deuxième slogan : Soyez jeune. Ecrivez.

13. Semaine radiophonique pour Laureli

… France Culture plus précisément. Claire Guezengar invitée par Laurent Goumarre dans l'émission Minuit Dix jeudi dernier et hier, Pascale Casanova consacrant ses Mardis Littéraires à Hélène Bessette. La radio est un espace vraiment fascinant, un lieu de parole particulier où il se passe beaucoup de choses pour les écrivains, des choses qu'on ne soupçonne guère avant d'avoir expérimenté ce média. Le dialogue, la présence fantôme de l'auditeur – les deux émissions étaient en direct – créént une tension qui révèle des liens auxquels on n'avait parfois pas pensé ou qui permet de les formuler différemment. Et ce n'est pas Claire qui me contredira : terrorisée au début, on ne l'arrêtait plus dès la première phrase prononcée ! Quant à Hélène Bessette, on a parlé avec Xavier Person et Omar Berrada de ''maternA'' et du Résumé, sa théorie littéraire publiée dans le dernier numéro de la Revue If, ce qui a permis d'approfondir certaines questions concernant le style mais aussi la politique de l'Å“uvre : la façon dont l'auteur dépeint un monde d'une lucidité sociale sans compromis. Notamment, dans maternA, la notion d'humiliation par le travail. Et le refus de valeurs tel l'amour du travail. On comprend que l'Å“uvre d'Hélène Bessette n'a pas pris une ride.

12. débuts

Donc, début de ce blog collectif.

Lundi:déjeuner avec Alexander Bard, venu de Suède pour me présenter ses projets. Trés bien. Magnifique short et trés belles chaussettes. ( Voir le papier sur lui dans le dernier Chronic'art ). Nous allons publier au printemps 2008 son premier livre: Les Netocrates. La traduction sera de Peggy Sastre qui a écrit l'article sur lui.

Mardi: projets avec Agnes Varda ( Les plages d'Agnes) et d'adaptation de ''Cet absent-là'' avec Camille Laurens.

Que penser de cette campagne de la SNCF conçue par Olivier Rochon, DA de DDB, au regard du travail d'Edouard Levé pour le livre Amériques que nous avons publié l'année dernière. Rochon est-il venu visiter l'exposition rue de Verneuil?

mardi 19 juin 2007

11. Le blog des éditions...

Depuis aujourd'hui, mardi 19 juin 2007, jour de grande chaleur, le blog des éditions Léo Scheer est en service. Cet espace va permettre à chaque membre des éditions de raconter, chaque jour, ses aventures. En ce qui me concerne, je tche de réunir tous les livres de la rentrée de septembre pour les chroniqueurs de La Revue Littéraire, et ce n'est pas une mince affaire.

Archives Syndication
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (240)
août 2016 (211)
juillet 2016 (173)
juin 2016 (186)
mai 2016 (151)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (240)
août 2015 (211)
juillet 2015 (173)
juin 2015 (186)
mai 2015 (151)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (240)
août 2014 (211)
juillet 2014 (173)
juin 2014 (186)
mai 2014 (151)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (240)
août 2013 (211)
juillet 2013 (173)
juin 2013 (186)
mai 2013 (151)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (240)
août 2012 (211)
juillet 2012 (173)
juin 2012 (186)
mai 2012 (151)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (240)
août 2011 (211)
juillet 2011 (173)
juin 2011 (186)
mai 2011 (151)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (240)
août 2010 (211)
juillet 2010 (173)
juin 2010 (186)
mai 2010 (151)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (240)
août 2009 (211)
juillet 2009 (173)
juin 2009 (186)
mai 2009 (151)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (240)
août 2008 (211)
juillet 2008 (173)
juin 2008 (186)
mai 2008 (151)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (240)
août 2007 (211)
juillet 2007 (173)
juin 2007 (186)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top