Je tenais à remercier (et je suis sœure que vous êtes nombreux à vous joindre à moi) Météo France pour ce temps propice au travail et à la concentration. On n'a même pas envie de mettre le nez dehors entre midi et deux ! On néglige les soldes, on pense, certes, à la plage mais comme on y penserait à la Toussaintâ?¦ Dites-moi, c'est comme dans une certaine chaîne de télévision, il y a un membre de l'équipe Sarkozy qui est arrivé à Météo France, c'est ça ? La France au travail gr?ce à la météo ? Fort impressionnant.

Cela ne m'empêche pas d'avancer lentement dans la maquette du Corbière. Toujours ce passage problématique entre les logiciels word et xpress qui fait tomber les mises en forme, avale les notes, s'amuse à remplacer les guillemets, se moque de la notion d'espace insécableâ?¦ mais je me régale à rétablir les notes de bas de page, ce qui me permet de me replonger dans Les Amours jaunes.
Outre Laure Mentzel et Jean-Baptiste Scieux, deux rédacteurs fort méritants de La Revue Littéraire (et amis) ayant bravé les éléments pour se charger de services de presse, Julien Doussinault est passé au bureau. Nous avons parlé, avec Florent, de son futur livre sur Hélène Bessette (dans la collection biographies). J'ai h?te qu'il soit en librairie, qu'il soit lu par tous ceux que l'énigme Bessette intrigue ou passionne car il détaille à la fois le roman de la vie d'Hélène Bessette et éclaire la séquence historique capitale ' notamment pour l'histoire de l'édition ' qu'elle a traversé, incarnant la manière dont le temps peut s'écouler étrangement en littérature. « Je serai connue 30 ans après ma mort », disait-elle ' son dernier livre publié (sa mort littéraire) datant de 1973.