Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



mercredi 31 octobre 2007

199. @Félure & George-s

Aude Lancelin. Pour Félure et George-s.

198. Surtout, vous n'en parlez pas sur votre blog.

Je pensais naïvement que ce qui se disait ici resterait confidentiel. Je découvre, avec mes principaux interlocuteurs habituels, qui, pour la plupart, n'ont pas d'ordinateur et sont même souvent réfractaires, que ce n'est plus du tout le cas. Au détour d'une conversation, j'entends souvent maintenant :"Je vous dis ça, mais vous n'en parlez pas sur votre blog." Je suis de plus en plus confronté à ce dilemme : dois-je transgresser cet interdit? (Ce qui nous permettrait d'augmenter considérablement le nombre de visiteurs individuels.)? Ou bien, dois-je essayer, par la ruse, de faire venir ici mes "interlocuteurs" "réfractaires", (ce qui aurait un effet au moins équivalent.)? Les journalistes connaissent bien ce problème du "off", mais est-ce la même chose sur un blog? En plus, ils me demandent de plus en plus de leur raconter ce qui se dit ici. Quelle perte de temps. Sans compter cette désagréable sensation qu'il y a des choses qu'ils ne me disent pas à cause de ce fichu blog.

mardi 30 octobre 2007

197. Pour nos lecteurs au Brésil...

Emmanuel Tugny, auteur de Corbière le crevant, lit, tout à l'heure des extraits des livres des auteurs de la collection Laureli à l'occasion de la Feira do Livro de Porto Alegre, à la Biblioteca do patrono.
Allez, c'est pas si loin...

dimanche 28 octobre 2007

196. Liens amis

Cher Tony

J'ai décidé de changer notre rubrique "liens amis" que je trouve idiote. Déjà, je préfére qu'on mette juste "liens", et qu'on reparte de zéro en effaçant tous ceux qui sont là.

Pour le moment, on met :

Les Séditions du Zoeil.

Regardez dans la Félure.

La Dissection du Cadavre de la Littérature.

George-s.

Dahlia.

Les blogs de Pierre Ménard

Ensuite, on fait comme sur Myspace ou Facebook, ceux qui souhaitent être en "liens" le mettent en commentaire sur ce billet.

samedi 27 octobre 2007

195. La Justice pour les NULS

Je me suis toujours senti nul devant un texte où il était question de crime, de pédophilie, de vie privée, etc..en même temps ça me donne l'occasion d'appeler Magaly Lhotel avec qui j'adore parler de ce genre de choses. Avec Emmanuel Pierrat, je fais plus attention car j'ai toujours peur que ça lui donne des idées. Mais quand je me sens trop nul, je sais qu'il y a aussi Guillaume Sauvage ou Sophie Viaris.

Maintenant, tout sera plus simple, "La Justice pour les NULS" sort le 2 novembre chez First, j'irai me le faire dédicacer.

Nous, on veut bien faire "Le blog pour les NULS" ou "Éditer pour les NULS".

194. Lundi c'est Théorie à l'Espace Ricard

Le lundi 05 novembre 2007 à 19h - Entrée libre Le lundi c'est théorie : Images de la pensée avec Mark Alizart, Catherine Malabou et Dork Zabunyan

"A cause de ses derniers livres sur le cinéma, Gilles Deleuze donne parfois l'impression de s'être détourné sur la fin des luttes sociales, tout comme Jean-François Lyotard, auteur d'une exposition au Centre Pompidou et d'un ultime cours sur le sublime à la même époque. On essayera de montrer au cours de cette séance que la théorie française des années 1970 n'a pourtant opéré aucun tournant esthétique, en s'intéressant notamment à cette notion d' « image de la pensée », dont Deleuze fait, dès son Nietzsche de 1969, la pierre angulaire de sa philosophie politique."

Mark Alizart

A lire, de Catherine Malabou :"Les nouveaux blessés. De Freud à la neurologie, penser les traumatismes contemporains." Chez Bayard. Un livre important de Catherine qui dirige chez nous la collection de philosophie Non&Non et qui, après avoir rétabli Hegel sur ses pattes et remis Heidegger dans le droit chemin, entreprend ici de "plastiquer" Freud. Extrait de la quatrième de couverture:

"Développant une lecture de Freud radicale et novatrice, Catherine Malabou entreprend de montrer que l'évènement cérébral se substitue à l'évènement sexuel dans la psychopathologie contemporaine. Sexualité et cérébralité apparaissent comme des dispositifs concurrents d'exposition du psychisme à la blessure."

193. Prix A.L.U. : Thomas CLERC.

Puisque nous entrons dans la période des Prix Littéraires, je me suis dit : "pourquoi pas aussi un prix du blog des Éditions Léo Scheer?" Je me suis réuni avec mes pseudos et nous avons décidé de créer le Prix A.L.U. du nom qu'a trouvé Élodie Issartel dans le N?32 de la R.L.

A.L.U., ça veut dire : "A Lire d'Urgence"; c'est aussi un peu hallucinant, et nous allons demander à Thomas LÉLU de créer l'oeuvre qui sera remise au lauréat (qui pourrait être en aluminium).

Pour sa première année, 2007, le Prix A.L.U. est attribué à:

Thomas CLERC.

pour :

Paris. Musée du XXIe siècle. Le dixième arrondissement.

à L'arbalète gallimard (Thomas Simonnet)

Comme le dit Élodie Issartel p335 de la RL N?32 : "Un des textes les plus exaltants de cette rentrée littéraire."

J'en parlais avec un des membres du jury qui a glissé le nom de Joyce dans sa phrase...

Je suis retourné rue des Petites Écuries, (J'habitais au 28), p194 et p195, c'est encore mieux : comme le dit Élodie, c'est réussi, "Non seulement parceque l'entreprise est sociologique (sans rien prouver), ludique et polémique, mais surtout parceque la muséification de la capitale décryptée par Thomas Clerc agit comme un collyre sur notre oeil émoussé."

Je cherche un endroit "alu" dans Paris pour la remise du prix.

P.S. Dans le N?26 de La Revue Littéraire de mai 2006 : "78 spots sur Guillaume Dustan." par Thomas Clerc. Il y a aussi "Maurice Sachs le désoeuvré" chez Alia en 2005 et on oublie l'article dans Libé en mai 2000 sur Renaud Camus.

jeudi 25 octobre 2007

192. News (3)

Je vais finir en agence de presse, mais tout est à lire dans "Le Monde des Livres" N?19519 daté du 26 octobre. (et je m'en fiche si "lecorbeaudeledition" pense que c'est parcequ'il y a eu un très bel article de Christine Rousseau sur "Journal Intime" la semaine dernière).

Déjà, le magnifique texte de Jean-Jacques Schuhl sur Hans Magnus Enzensberger, on les entends rire :

- JJS - ça alors, voilà une sacrée plaisanterie! Le bon esprit Dada! et de la pop-poésie! ça me fait penser à certains tableaux-objets de Jasper Johns ou à John Cage et sa musique aléatoire. A propos de pop art, Magnus, croyez vous possible en littérature l'utilisation des mass-medias, télévision, Internet...comme certains écrivains ou peintres ont utilisé le journal?

- HME - Oui, je les utilise mais à mes fins propres, et il faut un sens du filtrage. Il est vital d'ignorer certaines choses, de ne pas tout écouter. J'ai l'?ge pour avoir appris ça il y a longtemps en Allemagne avec la propagande. Je me méfie aussi de la dictature de l'actualité, je ne veux pas être son otage, et je suis partisan d'une certaine tradition que chacun se forge pour lui-même. Catulle, le poète latin, a une certaine importance pour moi.

- JJS - Et aussi peut-être les Simpson?! Je trouve que cette série télé de dessin animé est un exemple rare de divertissement populaire et pourtant rafiné.

- HME - Oui, c'est formidable! C'est ce qu'on peut trouver de mieux aujourd'hui à la télé. Dans les productions de Hollywood, il y a aussi parfois des éléments intéressants. On ne doit pas mépriser ça. Il faut juste faire des prélèvements. La critique culturelle oppose masse et élite. Je n'aime pas cette contradiction. Le mot même d'élite dans leur bouche est très négatif, et là il y a un certain populisme vers où il ne faut pas aller. La poèsie est minoritaire. Et alors?"

+ Guyotat par PK, Alain Robbe-Grillet, Denis Roche par J.S. Sollers par R.S., Deleuze/Guattari par E.R., même l'Académie par A.B.M. etc... Tout. Sinon, pour Laureli sur le net :

Continuez de Jerôme Gontier par Libr-critique

LaureLi par Jean Claude Bourdais

Laure Limongi et Emmanuel Tugny (Fonction Elvis et Corbière le Crevant) avec Olivier Millano par Le Tiers Livre de François Bon

Soirée LaureLi par la librairie Litote en Tête.

191. Léo Scheer News (2)

190. Bug sur les commentaires

Depuis 10h30, les commentaires sont bloqués, phénomène de plus en plus fréquent. Tony essaie de régler ça avec notre hébergeur. Ce blog marche trop bien, je vais devoir aller faire mes commentaires sur celui de Raphael Sorin.

12h. C'est réparé. Mais les spams sont de retour. C'est épouvantable, heureusement que vous ne voyez pas ça.

mercredi 24 octobre 2007

189. Leo Scheer News

Quand j'ai vu la couverture de ce magazine que je vénère (non, ce n'est pas du verlan), où je viens de lire un article élogieux sur Sollers, et que je remonte au billet N?109 du 1er Ao?t sur ce blog, je prends conscience d'une chose épouvantable : je n'ai que trois mois d'avance sur Télérama.

Stubborn!!! me suis-je écrié, tant j'étais frappé. Un blog d'éditeur, du moins pour sa partie "news" se doit d'avoir au moins un an d'avance (compte tenu du temps qu'il faut pour faire un livre).

Bon, pour le "Monde des livres" de demain, j'ai quand même mes six mois d'avance avec le billet N? 38 du 26 juin, mais il est vrai que celà comprend le temps qu'il a fallu à Jean-Jacques Schuhl pour l'écrire.

Donc, comme nous sommes encore dans l'effervescence de la FIAC, je vais essayer de prendre quelques années d'avance en vous signalant Nicolas Rubinstein à la Galerie Salvador, dont Nathalie, qui a l'oeil, m'a offert le dessin du "Journal de Miko. Spécial déprime." rappel de ma sensation, lors de ces entretiens que nous avions fait ensemble, avec Jeff Koons, en 1988 pour "Haute Curiosité. Spécial Warhol."

188. Le roman, le rien, à propos de Michel Houellebecq et du nihilisme. de Philippe Forest. 1999

Stubborn a retrouvé, pour nous aider dans la discussion à partir du dernier livre de Meyronnis, ce remarquable article de Philippe Forest paru à l'époque dans Art Press.

L'histoire du « nihilisme » a été mille fois écrite 1. On peut la faire commencer avec Sophocle ou avec Euripide, avec Socrate ou avec Descartes, avec Tourgeniev ou avec Dostoïevski. Comme l'indique son étymologie, le nihilisme est expérience du néant. Il se situe ainsi à l'horizon tragique de toute existence. Aucune pensée, aucune époque, aucune civilisation n'est en mesure ni d'en réclamer l'exclusive propriété ni de s'en déclarer miraculeusement préservée. On peut certes le référer en Occident à cette problématique « mort de Dieu » qu'annoncent Zarathoustra et le Gai savoir, et voir en lui l'essence même du moderne. Mais rien n'interdit de le con- fondre avec l'histoire tout entière de la métaphysique, de la technique, de l'oubli de l'être. La cohérence du concept souffre de cette infinie plasticité du sens qui accueille en elle les interprétations les plus contradictoires. Dans le dédale de son oeuvre inachevable, Nietzsche distingue au moins trois formes du nihilisme (passif, actif, extatique). Il arrive à Heidegger de risquer une formule plus synthétique et opératoire (c'est elle qu'on retiendra ici). Dans la célèbre Lettre sur l'humanisme, on lit du nihilisme qu'il est la non-pensée du néant.

Lire la suite

187. Brebis galeuses...



Oui, c'est à peine imaginable mais c'est une des affiches de campagne de l'UDC, la droite nationaliste suisse qui dimanche dernier a remporté les élections législatives haut la main. Les moutons ne nous font pas toujours rire, Il pleut, il pleut bergère. Tout cela est bien triste.

186. Moot-Moot. (Casting). 1) Zinedina = AUDREY VERNON

Audrey Vernon, c'est Zinedina dans les Moot-Moot.

C'est un objet itinérant.

mardi 23 octobre 2007

185. Beijing en dansant

"L'emblème Beijing en dansant (...), à la forme d'un sceau chinois, constitue aussi une promesse, qui signifie que cette ville chinoise montrera en 2008 au monde entier une image majestueuse et pittoresque de paix, amitié et progrès et exécutera un mouvement musical plus chaleureux aux accents exaltants pour l'humanité tout entière" (extrait du site officiel des jeux olympiques 2008) : nous voilà rassurés sur les intentions du gouvernement chinois, que nous croyions indemne de toute exaltation humaniste. Il devait y avoir un malentendu. Cette belle fête sportive le dissipera, n'en doutons pas.

É moins que les mauvais esprits qui font circuler ce qui suit ne soient moins naïfs que nous sur la conversion de la Chine au candide amour de l'humanité qui est le propre de l'Occident.

Lire la suite

184. Visites réelles en librairies.

Librairie Arthaud
23 Grande Rue
38000 Grenoble
Tél: 04-76-42-49-81
Fax: 04-76-63-04-47
E-mail: grenoble@privat.fr
Horaires d'ouverture :
Du lundi au samedi de
10h à 19h

Je reçois un mail d'Albert avec cette photo prise à la LIBRAIRIE ARTHAUD É GRENOBLE. Il me dit "Je crois qu'on en apprend plus et davantage encore dans les librairies que derrière (ou devant un écran)."

Je crois bien qu'il a raison. Nathalie, entre "Elles" et "La trempe" se trouve très bien. Et puis ce qui me plait particulièrement, c'est l'étagère du dessous, qui montre que cette librairie y croit. Nous faisons tout pour que cette pile là remonte rapidement sur la table.

183. Revenons à nos moutons

Ah les moutons, ça me rend dingue !!! Je ne connaissais pas ceux-là, je les aime déjà ! Il va falloir que ceux de F'murr se poussent un peu pour faire de la place aux nouveaux venusâ?¦

Mais tout cela ne serait-il pas un peu dangereux ? Travailler sur le prochain volume de Malcolm de Chazal et aller se détendre du côté de chez F'murr et des moot-moot ?

lundi 22 octobre 2007

182. T'es foncedé?

Immense! Les Moot-Moot d'Eric et Ramzy sur Canal+, je préviens tout de suite Jean-Jacques Schuhl.

Karl...!!!

Tout est bien.

Même chez Thierry

On entend : Eric & Ramzy, Fred Testot, Audrey Vernon, etc...

Pour en savoir plus.(et découvrir Karl)

Berthe, Michel, Bernard, Zinedina, Dallas.

Dessinés par Clément Oubrerie

dimanche 21 octobre 2007

181. La soirée Laureli

Compte-rendu de la soirée laureli qui s'est déroulée jeudi dernier à la Galerie Léo Scheer. Malgré les grèves, le public était nombreux pour écouter Claire Guezengar lire un extrait de Ouestern ; Tarik Noui, un extrait de Serviles Servants ; Véronique Levy lisant le prochain livre de Daniel Foucard, CIVIL à paraître chez Laureli/Léo Scheer en janvier prochain, accompagnée de portradium ; et Emmanuel Tugny, lisant des extraits de ''Corbière le crevant'', accompagné à la guitare par Olivier Mellano. On pouvait aussi entendre une pièce radiophonique de Bastien Gallet, L'Invention de Genève et voir des vidéos de Béatrice Cussol et Jérôme Gontier. Bernadette Février avait également réalisé une intervention plastique unique sur un exemplaire de Corbière le crevant.

Je suis très heureuse que cette soirée ait permis de montrer que les auteurs de la collection travaillent à l'intersection des arts, sans logique de genre ni de frontière. Et je remercie vivement les personnes qui ont parcouru des kilomètres à pieds, à véloâ?¦ pour venir nous voir ainsi que Léo Scheer et mes collègues ayant participé activement à cette soirée, tout particulièrement Fayçal. Merci également à Camille et Marion. Nous mettrons en ligne prochainement des extraits de la soirée mais, occupés de part et d'autres, nous avions oublié la caméra dans un coin de la pièce, le cadrage ne sera donc pas parfait et le son à l'avenant.

Emmanuel Tugny et moi (en tant qu'auteur de Fonction Elvis, cette fois) avons ensuite participé, hier soir, gr?ce à une invitation d'Olivier Mellano, à une soirée dans le cadre du festival Rockomotives, à Vendôme ' la vidéo sera également prochainement sur Léo Scheer.TV. Un festival que je conseille à tous, ayant été éblouie par la qualité et la diversité de sa programmation. Il se poursuit jusqu'au 8 novembre. Avant cette soirée, Emmanuel Tugny a rencontré des lecteurs au Grand Café puis à la librairie Page 10-2, toujours à Vendôme (photo ci-contre, Jean-Claude Bourdais).

Les photos de la soirée rue de Verneuil reproduites ici (portradium & Véronique Levy à gauche ; Emmanuel Tugny & Olivier Mellano à droite) ont été prises par Corinne, l'une des libraires de Litote en tête que je remercie pour ces belles images et d'être toujours présente et si souriante ! lors des diverses lectures laureli, avec Maryline. Corinne, c'était un double « c'était bien ». Interrogatif mais aussi, en effet exclamatif ! j'étais évidemment très enthousiasteâ?¦ et soulagée de la présence (en cette journée perturbée) et des réactions positives du public, attentif.

samedi 20 octobre 2007

180. En forme. (2) (de plus en plus)

STALKER

"De la masturbation considérée comme un des beaux-arts : François Meyronnis perdu dans le labyrinthe du Consortium."

Chers Phillipe, Yannick, François... nous ne pouvons pas laisser ce record à La République des Livres. Je propose un objectif de 1200. Le 1200 ème commentateur recevra les oeuvres complètes de Philippe Sollers (hors revues).

vendredi 19 octobre 2007

179. Un roman sentimental. Alain Robbe-Grillet

Comme Alain Robbe-Grillet n'aime pas les adjectifs, je résumerai en disant que ce livre est un chef-d'oeuvre. Du très grand Robbe-Grillet, à l'apogée de cette précision qui fait son style. Hommage à Claude Durand pour l'excellence de l'édition, jusqu'à ce papier préparé qui se découpe si bien. Un livre d'une parfaite élégance dont on ressent la tendresse, pas seulement dans le titre.

+

++

jeudi 18 octobre 2007

178. La Revue Littéraire / Abonnement ou anciens numéros.

Abonnement

1 an / 4 numéros 55 â?¬

Pour l'étranger, 1 an : 70 â?¬

2 ans / 8 numéros 100 â?¬

Pour l'étranger, 2 ans : 130 â?¬

(chèque à l'ordre des Éditions Léo Scheer)

É partir du n?â?¦

nom : . . . . . . . . . . . . . . . . prénom : . . . . . . . . . . . . . . . adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . code postal : . . . . . . . ville :. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vous pouvez commander les anciens numéros par internet : celineottenwaelter@leoscheer.com ou par téléphone : 01 42 66 13 89

Bulletin à retourner aux Éditions Léo Scheer, 22, rue de l'Arcade 75008 Paris

Ce soir, 19 octobre 2007, a lieu l'ouverture du Salon de la Revue, Espace des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple, Paris IVe. La Revue Littéraire y sera, aux côtés de la revue Cinéma (avec tous les numéros non épuisés)

Signalé par Julia Curiel.

mercredi 17 octobre 2007

176. M.O.E.P.F.W. (11)

Après le dîner de clôture chez l'Ambassadeur de Belgique, hier soir, qui fut à la hauteur, F.W. s'envolait ce matin pour la Moldavie. L'envoyé spécial de La R.L. qui prépare le dossier sur le renouveau de la littérature Roumaine (à paraître en janvier 2008) séjournera dans l'Hotel Castel DRACULA. Je me permets de lui rappeler que la ville où il se situe s'appelle Bistrita. Du Bist Rita, F.W.?

lundi 15 octobre 2007

175. Lancement de la collection Écrivains d'aujourd'hui

Le 18 octobre 2007 arriveront en librairie les deux premiers ouvrages de la nouvelle collection : "ÉCRIVAINS D'AUJOURD'HUI" consacrés, l'un à EMMANUEL CARRERE et l'autre à FRÉDÉRIC BEIGBEDER. Ce dernier n'a pas hésité à poser torse nu et à lire "La société de consommation" de Jean Baudrillard, pour nous aider à faire ce lancement.

Un panneau géant reprendra prochainement cette photographie de Jean-Paul Goude. sur la façade des Galeries Lafayette.

174. Buzz de "Journal Intime" sur le Net.

Prendre dans la presse un encart publicitaire pour un livre, mettre la couverture, la photo de l'auteur, des extraits des meilleures critiques, c'est une recette éprouvée. Celà fait plaisir à l'auteur, aux critiques qui sont cités, au journal qui a bien besoin de recettes publicitaires, aux libraires vers qui celà attire quelques clients. Sur le Net, il y a le buzz, c'est très bien aussi, et je ne vois pas pourquoi on ne les citerait pas. Donc, pour Journal Intime de Nathalie Rheims, voilà ce que j'ai trouvé pour le moment :

Ptit Blog

La Fraise

Le Mague

La Republique des Livres

Ephemerveille

Le Figaro.fr

ruedebeaune

Début du livre sur Evene

L'intern@ute

Zone Littéraire

Le blog d'Adélaïde

FnacBlog

On a même eu quelque chose dans ELLe le 11 octobre, mais c'était sur un blog.

La Fraise 2

Mais aussi les sites de la presse Le Monde (Je dirais : "Vive les critiques du Monde!" pour répondre au pathétique "Vive les critiques le Lire!!!" sur le blogogilles des Éditions Héloïse d'Ormesson)

Et puis cette revue de presse pour le moment.

dimanche 14 octobre 2007

173. Vie privée / Vie publique.

Zoé nous fait part de sa très intéressante découverte dans la presse mexicaine:

"Littérateur psychopathe. A propos de Mexicaines, certaines finissent à la casserole... Arrestation d'un Mexicain, romancier et poète, après la découverte du corps démembré de sa petite amie dans plusieurs endroits de son appartement. José Luis Calva avait notamment dissimulé son torse dans un placard, une jambe au réfrigérateur et des os dans une boîte de céréales. Il a raconté aux enquêteurs qu'il avait fait bouillir une partie de sa chair mais ne l'avait pas mangée. Les policiers ont découvert un manuscrit intitulé "Instincts cannibaliques". Les enquêteurs tentent de déterminer si des morceaux de viande cuite retrouvés dans une casserole appartenaient à un être humain."

Celui que la presse mexicaine a baptisé le "poète cannibal" ayant sauté par la fenêtre et étant hospitalisé, il est actuellement difficile de négocier les droits de ce manuscrit pour l'édition française.

D'une façon plus générale, je me rend compte qu'il n'est pas évident de trouver sur le Net ce qui pourrait faire l'objet d'une publication sur papier. Les blogs les plus intéressants perdraient à être imprimés. On peut se demander s'il n'y a pas un tel déplacement de la frontière entre vie privée et vie publique sur Internet, que les système de référence de la littérature sur papier s'en trouvent bousculés. Peut-être faudrait-il que les dirigeants politiques se mettent à tenir des blogs comme celui de Félure, où ils évoqueraient les aléas de leur vie amoureuse pour que ça commence à intéresser les éditeurs.

samedi 13 octobre 2007

172. Visites virtuelles (5): La Griffe Noire à Saint Maur (Gérard Collard)

Gérard Collard est un phénomène intéressant. Bon, à priori, on ne s'intéresse pas aux mêmes livres. Quand j'imagine ce qu'il est capable d'en vendre quand il s'y met, je trouve ça parfois dommage. C'est un prototype de ce qu'un libraire peut faire pour s'adapter au monde actuel, qu'il s'agisse de sa librairie, de son utilisation de la télévision ou de son site web. Celà donne à réfléchir.

vendredi 12 octobre 2007

171. Pierre Assouline.

"La littérature, c'est une suite d'instants décisifs" P.A.

Pierre Assouline recevra le "Prix de la langue française", décerné par un jury composé de : François Nourrissier, Edmonde Charles-Roux, Daniel Boulanger, Pierre-Jean Rémy, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Paul Kauffmann, Bernard Pivot, Robert Sabatier, Jean-Marie Rouart, Jean-Denis Bredin, Hélène Carrère d'Encausse et Jean Favier.

Le prix sera remis lors de la Foire du Livre de Brive La Gaillarde

Créé en 1986 par la Ville de Brive-la-Gaillarde, le Prix de la Langue Française récompense l'oeuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a "contribué, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française".

L'ont reçu, en 2006 Christiane Singer, 2005 Jean-Pierre de Beaumarchais, 2004 Gilles Lapouge, 2003 Dominique de Villepin, 2002 Michel Chaillou, 2001 Philippe Beaussant, 2000 Bernard Pivot, 1999 Jacques Chessex, 1998 Marcel Schneider, 1997 François Weyergans, 1996 René de Obaldia, 1994 Hector Banciotti, 1993 Alain Rey, 1992 Alain Bosquet, 1991 Pascal Quignard, 1990 Yves Berger, 1989 Michel Jobert, 1988 André Lichnerowicz, 1987 Jacqueline de Romilly, 1986 Jean Tardieu.

jeudi 11 octobre 2007

170. En forme.

Je reçois de Stalker ce message pour ceux qui s'intéressent à cette controverse. Si ça peut faire l'effet "Tom est mort" sur les ventes du "Cercle" de Yannick Haennel et faire découvrir "Forêt profonde" d'Alina Reyes, nous n'aurons pas perdu notre temps.

"Bonjour.

Voici les pièces du dossier dans leur développement chronologique :

1) Alina Reyes trouve pour le moins étranges certaines "correspondances" entre son dernier roman, Forêt profonde, et Cercle de Yannick Haenel (Agoravox) appartenant au cercle des protégés du doge de la bêtise, Philippe Sollers :

2) Billet, consternant de mauvaise foi, de Pierre Assouline, piètre journaliste, sur son blog (Assouline a fermé ses commentaires à Alina Reyes au bout de quelques messages et moi-même dès le début) :

3) Je m'en mêle : chapô + long article d'Alina Reyes développant ses dires (Anne Crignon a affirmé à Alina Reyes, durant une conversation téléphonique, qu'elle "se grillerait" définitivement en publiant chez moi) :

4) Réponse à côté de la plaque de la part de Yannick Haenel (Bibliobs) : son-comportement-releve-de-la-calomnie

5) Ygor Yanka défend sur son blog Alina Reyes et suppose, de la part du tiercé gagnant Sollers/Meyronnis/Haenel, une stratégie délibérée d'entrisme. Qui le croirait ? :

et ici :

6) Réponse d'Alina Reyes à Yannick Haenel sur Bibliobs (Anne Crignon interdit à Alina Reyes de faire un lien vers mon blog, ensuite rétabli par Grégoire Leménager, directeur du site) :

Coïncidences et rapprochements ? Il y en a beaucoup mais je vous laisse, mesdames et messieurs, vous faire votre propre opinion !

Amitiés."

Stalker

mercredi 10 octobre 2007

169. LA COURONNE

Voici quelques images du dîner organisé le 23 septembre 2007 par Thierry Ardisson dans les salons de l'Hôtel Meurice en l'honneur de Sa Majesté LOUIS XX. A l'occasion de cette rencontre a été annoncé le lancement de "LA COURONNE". Il s'agit, dans un premier temps d'un site Internet qui sera inauguré le 21 janvier 2008, puis d'une revue sur papier, semestrielle, dont le premier numéro paraitra le 25 avril 2008. Ce site et cette revue seront consacrés à l'idée historique, philosophique, politique, artistique et littéraire de la monarchie française.

Liste des personnes présentes :

Monseigneur le prince LOUIS de BOURBON, duc d'ANJOU, et la princesse MARIE-MARGUERITE de BOURBON.

et, par ordre alphabétique :

Béatrice, Ninon, Gaston et Thierry ARDISSON, Jérôme BÉGLÉ, Stéphane BERN, Marion de BLAY, Frédéric BOTTON, Xavier BUREAU, Paolo COELHO, Angie DAVID, Florent GEORGESCO, Benjamin LABONNÉLIE, le Père Alain de LA MORANDAIS, Mr et Mme Philippe MONTILLET, Jean-Christian PINOT, Jean-Louis REMILLEUX, Nathalie RHEIMS, Léo SCHEER, Philippe TESSON.

Etaient excusés : Frédéric MITTERAND et Christian LACROIX

mardi 9 octobre 2007

168. Tempête dans un verre d’eau…

â?¦ du côté de Sitaudis.com. Une polémique relative à Charles Pennequin que je ne détaille pas, je vous laisse lire par vous-même sur le site ; d'ailleurs, Charles y répond très bien ' la situation me semble simple : on peut ne pas aimer Charles Pennequin, ne pas aimer les textes de Charles Pennequin, ne pas être d'accord avec les positions politiques de Charles Pennequin mais on ne peut pas faire semblant de croire que Charles Pennequin méprise la démocratie en usant d'une rhétorique éculée. Ce n'est pas servir la démocratie. C'est mélanger dangereusement les plans de discours.

Philippe Boisnard, dans Libr-critique, analyse bien le régime de discours général de Sitaudis, basé sur l'affect ' ce n'est pas une critique, c'est la position explicite de ce site, cf., par exemple les rubriques « ce qu'on pourra trouver dans ce taudis », « ce qu'on ne trouvera pas dans ce taudis », qui discriminent nettement ceux qui en sont et ceux qui n'en sont pas, sans argumentation.

L'« excitation » sitaudisienne qui m'a fait bondir, et je ne suis pas la seule (cf. la réponse de Nathalie Quintane et celle de Philippe Boisnard), c'est le coup de sang baclé de Jacques Demarcq sur ce qu'il nomme l'« esprit chansonnier » de la poésie, d'une rare indigence, d'une rare mauvaise foi. Surtout venant de la part de quelqu'un qui fait l'appeau en lecture publique. Il suffit d'en citer un passage pour comprendre de quoi il s'agit : « Il est, cet esprit, toujours poujadiste, c-à-d. proche du pire, et partagé aussi bien par des auteurs bourgeois (genre Darras ou Rebotier) que par nombre de saltimbanques RMIstes ' toute dignité de classe ayant disparu. » tout ça pour finir par une apologie d'Holocauste de Charles Reznikoff dont on se demande ce qu'elle fait là ' on est d'accord, c'est très bien Holocauste de Charles Reznikoffâ?¦ Plus de cinquante ans de poésie sonore, de poésie action et de performance pour lire ça sous la plume d'un poète qui connaît très bien ces pratiques et qui est impliqué dans la défense institutionnelle de la poésie (donc, détenteur d'un certain « pouvoir »)â?¦ je trouve ça, pour ma part, plus que navrant. Mais c'est un pétard mouillé dont on ne peut que rire, finalement ' d'ailleurs on en rit.

lundi 8 octobre 2007

167. Téléchargement gratuit.

La Revue Littéraire N? 32 étant maintenant en vente dans les librairies (nous vous communiquerons la liste prochainement) afin de ne pas gêner les libraires qui la diffusent, nous avons supprimé la possibilité de télécharger gratuitement le texte, qui y est publié, de Camille Laurens : "Marie Darrieussecq ou le syndrome du coucou".

samedi 6 octobre 2007

165. Camille chez Antoine.

Livre Hebdo nous l'annonce ce matin :

"Camille Laurens publiera désormais ses livres chez Gallimard, après la fin de sa collaboration avec P.O.L. Gallimard vient de confirmer l'information du Figaro littéraire dans son édition du 4 octobre."

"Nouvelle jurée du prix Femina, Camille Laurens passe ainsi de la filiale à la maison-mère, puisque P.O.L appartient (à 87 %) au groupe Gallimard. Les éditions Gallimard annoncent d'ores et déjà un premier titre à paraître en mars 2008. Tissé par mille sera un recueil de ses chroniques lues sur France Culture le samedi à 11 h 55."

"Parallèlement, paraîtra un CD dans lequel Camille Laurens enregistrera ses textes, avec une musique inédite, dans la collection « A voix haute ». Un essai et un roman sont aussi au programme, sans plus de précision."

Très sincères félicitations à Antoine Gallimard et à Camille Laurens.

vendredi 5 octobre 2007

164. LE PREMIER SCOOP DE LEOSCHEER.TV

EXCLUSIF : LE TÉMOIGNAGE D'EMMANUEL PIERRAT, PRÉSENT SUR LE PLATEAU DE "çA SE DISCUTE" ET CHOISI COMME AVOCAT PAR DUCRUET.

Lire la suite

mardi 2 octobre 2007

163. Listes (suite)

Voici le commentaire de Livre Hebdo :

"La seconde sélection du Goncourt met les femmes à l'honneur, avec cinq auteures parmi les huit prétendants. Si Gallimard n'a plus aucune oeuvre dans la liste, il faut noter la forte présence des petites maisons d'édition".

lundi 1 octobre 2007

162. Décision

Le Modiano sort jeudi. J'ai pris une grave décision : je ne lirai pas le Modiano, je ne lirai aucune critique ou article sur ce livre, je n'écouterai ni ne regarderai aucune émission à son propos.

Plus tard, un jour, quand j'aurai envie de lire Modiano, j'entrerai dans une librairie, j'achèterai ce livre et quand ça viendra, je le lirai.

D'ici là, aux centaines de personnes qui vont me demander "Alors, comment tu l'as trouvé?" je répondrai, courageusement : "Je ne sais pas, je ne l'ai pas lu". Et je m'engage ici solennellement à tenir.

161. Aux pieds de la lettre.

Quel rapport me direz vous entre ces trois personnages: Arnaud Viviant, Jacques Lacan et Edgar Allan Poe?

Préambule, ce matin, sur le site de Livre Hebdo : "Cherie Blair vient de signer pour 1,4 millions d'euros avec Little, Brown Book. Ses mémoires sont à paraître en octobre. Son mari, Tony Blair se prépare à négocier pour 5,7 millions d'euros les droits de son autobiographie". Il s'agit bien d'édition.

Ce matin, donc, Arnaud Viviant, pour qui j'ai beaucoup d'affection, nous livre, sur le site de rue89, une tribune libre sur la fameuse lettre "d'Isabelle à Cécilia" qui vaut à cette dernière des scènes de jalousie de Rachida aux Guignols de l'info sur Canal+.

Arnaud termine ainsi : "Par ailleurs et à titre de conclusion définitive sur cette misérable affaire, nous savons tous, depuis longtemps, qu'une partie du destin de la France, de sa chance dans un proche avenir à revenir dans la compétition mondiale, de sa capacité à sortir d'une léthargie profonde et paresseuse (une neurasthénie, disons le mot) qui l'a envahie pendant douze ans de règne chiraquien, tient pour partie à la solidité du couple présidentiel. Et il ne faut pas être grand clerc ni grand psychanalyste pour comprendre puis admettre que toute attaque contre celle-ci reviendrait d'un même assaut vulgaire et qui nous serait parfaitement étranger, à attaquer la solidité de la France".

Déjà, la référence à la "lettre volée" dans le titre de cette tribune nous tirait vers la psychanalyse. La première publication de Jacques Lacan, "Écrits", s'ouvre en effet sur le fameux "Séminaire de la lettre volée", dans lequel il tente de démontrer son hypothèse de la division du sujet dès lors qu'un objet le traverse. Il s'appuie pour le faire, sur la morphologie du texte d'Édgar Allan Poe. De quoi s'agit-il? Une lettre compromettante a été soustraite. Deux hommes politiques, amoureux de la même femme jouent à cache-cache avec cette lettre. On découvrira, après avoir fait fouiller les lieux par la police, que la lettre était posée là en évidence. L'aveuglement des policiers est une métaphore de l'aveuglement des hommes devant ce qui "leur crève les yeux", ce qui rejoint peut-être le thème du colloque qui aura lieu bientôt sur "Le sujet supposé savoir" qu'annonce Pierre Assouline

Le glissement de la sphère politique vers celle de la vie privée aboutit inévitablement à faire un "transfert" sur ceux qui sont supposés savoir (les psychanalystes), espérons qu'ils nous livreront bientôt les clefs de ce "lapsus photographique" et que nous découvrirons enfin pourquoi nous sommes tous accrochés au dénouement de cette affaire. Le jour où la question de la publication se posera, les Blair devraient être largement dépassés.

Arnaud Viviant avait créé, chez nous, une collection devenue mythique : ("Chroniques" au catalogue de laquelle ne figure qu'un ouvrage), il est peut-être temps de la relancer.

Il pourra, en attendant, méditer sur ces vers qui servirent de référence à E.A.Poe:

Un destin si funeste

S'il n'est digne d'Atrée

Est digne de Thyeste

Tirés de la tragédie de Crébillon sur deux frères, Atrée et Thyeste, amoureux d'une même femme.

Archives Syndication
septembre 2017 (245)
août 2017 (220)
juillet 2017 (174)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (245)
août 2016 (220)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (245)
août 2015 (220)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (245)
août 2014 (220)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (245)
août 2013 (220)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (245)
août 2012 (220)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (245)
août 2011 (220)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (245)
août 2010 (220)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (245)
août 2009 (220)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (245)
août 2008 (220)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (245)
août 2007 (220)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top