Je suppose que vous avez tous lu, maintenant, ce texte de Guy de Maupassant dans la très belle édition de "Complexe" ornée des illustrations de Charlotte Mollet. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore, voici deux extraits de la jolie préface de Pierre Assouline :

"Maupassant a un faible : il aime montrer sa force. Exposition des avant-bras, exhibition des biceps, ostentation du phallus. Cou de taureau, tronc de rameur, main de boucher. Tous ses commensaux se souviennent l'avoir vu une fois au moins rouler des mécaniques, puis les entraîner avant la fin du repas autour d'un lit pour l'y regarder défoncer grandes dames et petites putes, sans débander des heures durant. Il est peu économe de sa vigueur étant donné le grand nombre de nécessiteuses. Disponible à tout accouplement à condition qu'il ne f?t pas légal, Maupassant dit trop aimer les femmes pour en épouser une. On ne comprend pas son acharnement au célibat quand tout conspire aux unions certifiées; il tranche : "Le mariage est un échange de mauvaise humeur pendant le jour et de mauvaises odeurs pendant la nuit."

Plus loin :

"Maupassant, le mauvais passant que la simple visite d'un cimetière mélancolise, se remémore un fait divers nécrophile de 1849 en écrivant La Chevelure : le sergent François Bertrand violait les sépultures de femmes enterrées depuis peu. Errant par l'esprit entre les tombes, Maupassant n'est plus qu'un chien hurlant dans les ténèbres, seul à savoir que les ténèbres sont en lui."