Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



jeudi 27 décembre 2007

316. Jean Bottéro (1914-2007)

La saison est aux nécrologies. Nous venons d'apprendre la mort, le 15 décembre dernier, de l'historien, bibliste et assyriologue Jean Bottéro, auteur de livres fondamentaux sur l'Orient ancien (notamment babylonien et hébraïque) comme Naissance de Dieu, Initiation à l'Orient ancien ou Mésopotamie. L'écriture, la raison et les dieux, et, entre tant d'autres (voyez déjà la bibliographie succincte proposée sur Wikipedia), d'un passionnant livre d'entretiens, Babylone et la Bible, où il revenait sur sa vie étonnante, au cours de laquelle le service d'une "science inutile" prit souvent les allures d'un combat, d'une aventure conduite intrépidement, avec un entêtement et une liberté dont l'Université ne donne pas tant d'exemples. L'article que Philippe-Jean Catinchi vient de lui consacrer dans Le Monde vous donnera un bon aperçu de cette vie. Enfin (car je me tiendrai la bride courte : il faudrait être plus savant que je ne suis pour rendre à cet homme l'hommage qu'il mérite), Jean Bottéro a publié une traduction magistrale de L'Épopée de Gilgamesh, qui est en quelque sorte le fondement scientifique du Gilgamesh de Léo Scheer paru ici même l'an dernier. Vous pouvez deviner que Léo, actuellement prisonnier de la lagune vénitienne, s'associe à ce petit billet, et s'incline avec moi devant cette belle figure disparue.

mardi 25 décembre 2007

315. Qu'est-ce qu'un BLOG?

Dans l'article consacré aujourd'hui aux blogs par Astrid Girardeau et Karl Laske, la naissance du phénomène étant attribuée à John Barger le 17 décembre 1997, afin de fêter ce dixième anniversaire, ils ont posé la question : "Qu'est-ce qu'un blog?" à 23 "blogger" français.

Les réponses obtenues, sont, dans l'ensemble, assez limitées, et invitent à reposer ici la question, avec l'espoir de trouver, parmi nos interlocuteurs, des réponses plus intéressantes.

Lire la suite

lundi 24 décembre 2007

314. M@nuscrits phase II.

Comme promis, la phase II de M@nuscrits a commencé aujourd'hui. Vous trouverez un nouveau formulaire pour vos envois, et nous progressons vers une certaine "automatisation" du processus d'édition en ligne. Celà demande de la part de ceux qui nous font parvenir des textes par mail d'être attentifs. Ainsi, nous avons mis en ligne par erreur, un manuscrit qui n'était destiné qu'à une édition papier. Prévenu par l'auteur, nous avons pu le retirer de justesse, mais il avait été déjà lu trois fois. Merci aux trois lecteurs de garder leur lecture confidentielle. Un philosophe, dont on sait que le chat s'appelle Josie, se demande si la formule lui plaît. "Si j' étais James Joyce venant d'écrire "Ulysse", se demande-t-il, aimerais-je voir mon texte ainsi publié en ligne dans M@nuscrits?" Ce philosophe semble penser que Joyce n'aurait pas aimé. Qu'en sait-il? C'est peut-être Josie qui le lui a dit, pas Joyce.

312. JOYEUX NOËL


Women In Art


Women In Film

Pour Zoé.

dimanche 23 décembre 2007

311. Julien Gracq.

"Mon siècle, dans le passé, c'est le dix-neuvième, commencé avec Chateaubriand, et prolongé jusqu'à Proust, qui vient l'achever un peu au-delà de ses frontières historiques, tout comme Wagner est venu lui-même achever le romantisme off limite. Je n'aime pas le dix-huitième siècle sinon peut-être pour un ou deux livres de Rousseau : les livres, non l'homme (les Rêveries, la Nouvelle Héloïse, certaines parties des Confessions). Quelques pages aussi de Sade, qui par ailleurs m'ennuie extrêmement : j'aime bien la Philosophie dans le boudoir et la Révolution commentée pendant les pauses de la fouterie (" Français, encore un effort si vous voulez être républicains "). Ce qu'il y a de meilleur pour mon got dans l'esprit de l'époque est concentré là, plus nerveusement encore que dans Les Liaisons. Il y avait peut-être dans ce siècle, comme on l'assure, un art de vivre : nous n'en avons plus l'emploi; il y avait aussi des lumières sur la chose publique : nous en avons eu trop l'emploi. Le dix-neuvième siècle est de nature pythique et prophétique : il atteint à des profondeurs divinatoires dont le dix-huitième siècle n'a eu aucune idée, car il éclairait tout et ne devinait rien ; son air de flte humanitaire etait celui du preneur de rats de Hamelin, mais il ne le savait pas."

"En lisant en écrivant."

José Corti. Le site.

Entretien.

Un balcon en Anjou. par Jérôme Garcin . 24 janvier 2002.

Le prestidigitateur exquis. par Juan Asensio. 23 décembre 2007

La littérature à l'estomac. Site de Pascale Arguedas. Le surréalisme contre le roman. C. Dominguez-Michael.

Préférences. Le Non de Gracq. Le Monde. Pour saluer Louis Poirier et Julien Gracq. Pierre Assouline (La bulle de l'écrivain). (Rome). (Programme des agrégations). (Classique)

Actualité blogosphère / Google

Le joueur de flte de Hamelin.

vendredi 21 décembre 2007

309. cours. N°2 : La critique littéraire.

Je dédie ce 2ème cours consacré au journalisme moderne à Stubborn, pour l'aider dans son allergie à la censure, en espérant que ça lui fera l'effet d'un Histamine 5CH. Nous abordons aujourd'hui "la critique littéraire" avec un journaliste, Sylvain Bourmeau, dont nous avons pu étudier l'art du publirédactionnel, et que vous pouvez retrouver dans les Inrocks, sur le service public de la radio (France Culture) ou sur le service public de la télévision (France 2, Dans Esprits libres, de Guillaume Durand) et que, selon la rumeur, vous retrouverez bientôt sur le site Internet payant (tiens...) d'Edwy Plenel).

Cet Article a été publié dans les Inrocks N° 573 le 21 novembre 2006. (Je suis obligé de remonter un peu car c'est pratiquement la seule fois où ce journal a osé imprimer mon nom). Le titre : "Morceaux pourris." C'est une critique littéraire de l'ouvrage "Morceaux choisis" de Marc-Edouard Nabe.

Lire la suite

308. Charte.(1)

Il est temps de rappeler à certains intervenants de ce blog que Charles-Louis de Secondat, s'il a écrit Les lettres persanes, est aussi l'auteur de L'Esprit des lois. Dans cet esprit, et pour varier un peu les plaisirs, nous nous étions engagés, (avec Zoé), à définir quelques règles du jeu.

  • En ce qui concerne M@nuscrits. Il y aura bientôt (j'avais promis la phase 2 pour Noël), ce sera donc pour le 24 décembre, un formulaire d'envoi des textes dans lequel un certain nombre d'informations devront être fournies (Nom; adresse, éléments pour la 4 ème de couverture) Nous avons accepté, pendant la période d'expérimentation, de mettre en ligne le texte d'Eric Ergans, sans avoir ces informations, ceci ne sera plus possible à pertir du 24 décembre.
  • Pour les Prix@"B", nous avons pratiquement fini la liste des livres (littérature française) qui seront publiés en janvier/février 2008, avec un lien permettant d'obtenir une information de base. Ceci sera complété par d'autres liens, signalés par un "B" au fur et à mesure où apparaîtront sur Internet des articles et des critiques.

J'ai choisi d'appeler ça : "B" comme "blogosphère", parce que j'aime bien la tonalité de ce mot, mais il est à redéfinir dans notre contexte. Ce terme recouvre, dans mon esprit, tout ce qui apparait sur Internet. Il ne s'agit donc pas que des blogs, (qui doivent, bien sr, être pris en compte), mais j'y ajouterai, en plus de ce que proposent les sites spécialisés, des articles publiés dans la presse et qui, étant mis en ligne, peuvent être repris en liens dans notre liste.

Nous allons ensuite débattre et voter pour tel ou tel ouvrage. Ne pourront être pris en compte que les intervenant identifiés par leur adresse e-mail et une adresse IP, et des informations qui nous permettront d'éviter qu'un auteur ou une maison d'édition viennent faire pencher le choix dans son sens. Les autres pourront toujours intervenir dans les discussions, cachés derrière l'anonymat de leur pseudo, mais leur vote ne pourra être comptabilisé.

Il me semble qu'en trois mois (janvier, février, mars) nous pouvons ainsi obtenir une forme transparente de délibération qu'aucun jury de prix n'est en mesure d'assumer.

mercredi 19 décembre 2007

307. Mais non, mais non, Anna O.

Voici le billet d'Anna Orlova du 16 décembre 2007.

"345 C’est la fin

C’EST LA FIN ,BIENTOT LA FIN, LA FIN DE CE BLOG ,LA FIN DE CE BLOG SOUS CETTE FORME: BONFIGLIO S’EST SUICIDE, CRUBELLIER S’EST FAIT ASSASSINER, ANNA ORLOVA EST MORTE ,RENVERSEE PAR UN BUS,SOPHIA MAITREYA NE S’INTERESSE PLUS QU’ A L’ALZEIMER ,TARA TUP-NAï FAIT DU PORNO SOFT,ANGE AMADEI DIT ZARMO VIT SA VIE ,IL EST TRES OCCUPE ,ET MOI, ANTONIN GAUDI ,JE DECIDE DE PASSER DU STADE ESTHETIQUE AU STADE ETHIQUE ,L’IRONIE ET L’HUMOUR N’AURONT ETE QU’UN STADE TRANSITOIRE ,ILS APPARAITRONT, PEUT- ETRE, DE TEMPS A AUTRE .ANNA ORLOVA EST MORTE ,IL RESTE ANNA O. CE NOM ASSOCIE A CELUI D’ANTONIN GAUDI SERA LE NOM DE L’AUTEUR DE L’ETERNITE C’EST A DIRE LE NOM DU PREMIER HOMME, LEO NEMO, qui passe maintenant aux choses sèrieuses ,finir enfin son roman et se guérir de cette maladie…

Lire la suite

dimanche 16 décembre 2007

305. Prix @ "B".

Si vous cliquez sur cette rubrique dans le sommaire, vous verrez apparaître cette belle page avec les neuf livres Prix@"B" 2007. En haut à gauche apparaît maintenant un nouveau "bouton" : Prix@"B" 2008. Si vous cliquez dessus vous trouverez cette page avec les livres annoncés pour la début de l'année, ce qu'on appelle la "rentrée de janvier". La liste est presque complète, (je n'ai pas encore rentré les livres de Editions Léo Scheer par exemple). Vous pouvez m'aider si vous découvrez des oublis. Pour chaque ouvrage, je suis en train de faire un lien qui permet de retrouver l'éditeur et quelques informations déjà disponibles. En navigant, à partir de là, on peut trouver des fiches de présentation du livre, de l'auteur, de ses ouvrages précédents, des revues de presse etc...Nous serons bientôt en mesure de vous dire ce qui fera l'objet de notes de lectures, de critiques et d'entretiens dans La Revue Littéraire N 33. Nous publierons aussi sur ce blog les billets qui nous seront envoyés à propos de ces ouvrages afin de faire une première sélection (4 livres par Prix "B") le 1er Mars 2008. Ensuite, nous pourrons voter pour désigner les 9 lauréats le 1er avril 2008.

  • Les articles du net sur les livres de cette liste sont inscrits en lien par un "B". (Premier exemple l'article sur "Civil" de Daniel Foucard par Claro).

samedi 15 décembre 2007

304. PanAmérica le 18 janvier

Å’uvre phare de la littérature brésilienne publiée pour la première fois en 1967, somme psychédélique tissée d'images qui font penser à Roy Lichenstein ou Andy Warhol, PanAmérica est un geste total qui doit autant au pop-art qu'à la Beat Generation. Une épopée ironique hors de tout réalisme entraînant le lecteur dans un merveilleux à la fois emprunt de science-fiction et de culture brésilienne, dans un syncrétisme post « anthropophage »1 qui inspirera le mouvement du « tropicalisme »2 . Écrit pendant la dictature et en réaction à l'idéologie nord-américaine dominante, c'est un récit qui met en question les rouages de la société, usant des mêmes ressorts qu'un Swift dans Les Voyages de Gulliver : des ruptures d'échelles permanentes entre hommes et géants, des combats sans rimes ni raisons, une surenchère d'imagination permanente. Plus encore, le gigantisme fluctuant des figures mythologiques désarticulées doit aux métamorphoses de Pantagruel de Rabelais, l'humour « gigantal » présent dans ces deux Å“uvres en étant un nouveau trait commun.

Comme l'indique son titre, PanAmérica est un mélange alchimique des Amérique, du Nord et du Sud. Rien ni personne n'y est épargné, pas même la logique du récit. Dans ce labyrinthe narratif, l'auteur remythologise avec une fantaisie débridée – à la fois triviale et onirique dans ses enchaînements délirants – les figures hollywoodiennes – Marilyn Monroe en étant la figure récurrente, le moteur – pour créer un monde merveilleux, absurde et chaotique. Une féerie obscène et effrénée qui prend sa source dans la critique de la réalité.

Le fantastique singulier de PanAmérica est marqué par les multiples dimensions du travail de José Agrippino de Paula (1937-2007). Celui-ci a en effet été à la fois auteur de romans, de nouvelles, de poèmes, de pièces de thétre, scénariste de spectacles de musique et de danse mais aussi réalisateur de films – notamment Hitler 3º Mundo (1968), considéré par la critique comme un chef-d'Å“uvre du cinéma underground brésilien. Ses textes, composés comme on monte les rushes d'un film, doivent beaucoup à sa volonté de faire s'entrecroiser les arts. Par ailleurs, chacun de ses livres publié au Brésil est illustré par un artiste plasticien : Antonio Dias, Renata Bueno et Tadeu Burgos, José Roberto Aguilar, Antonio Peticov. Caetano Veloso a également préfacé une édition de PanAmérica et mis en musique un extrait de ses textes, avec Gilberto Gil. Depuis le milieu des années 70, José Agrippino de Paula s'était retiré dans la petite ville d'Embu das Artes, dans la périphérie de São Paulo, refuge de nombreux artistes et artisans. Écrivant toujours, et beaucoup, il y vivait isolé, sans aucun moyen de communication, acceptant néanmoins de recevoir ses amis, ses admirateurs, ainsi que les étudiants et journalistes qui étudiaient son Å“uvre. Peut-être les utopies exubérantes que son imagination avait créées lui semblaient-elles moins insensées que le spectacle du monde.


1-Les concepts « anthropophages » furent édictées en 1932 par Oswald de Andrade et Tarsila do Amaral, deux poètes inspirés par les dadaïstes et les surréalistes faisant feu de tout bois, tradition comme modernisme.

2-Le « tropicalisme » est un mouvement culturel brésilien qui apparaît à la fin des années 60. Il s'illustre principalement à travers la musique à travers les figures de Caetano Veloso et Gilberto Gil mais aussi dans les arts visuels, le cinéma, le thétre ou la littérature. Il cherche à établir un mélange d'avant-garde et de culture de masse, dans un contexte politique qui est celui d'une dictature militaire violente et répressive.

''PanAmérica'' : à paraître le 18 janvier 2008 (traduction Emmanuel Tugny, couverture Thomas Lélu) chez Laureli/Léo Scheer.

303. Aux amis absents.

"Cher oiseau de passage, te voici donc à Paris, s'il est vrai que tu es quelque part ! Toutefois je dois t'avertir que, pendant deux jours, non ceux que tu crois nous avoir donnés, mais le lendemain et un autre, tu te promenais en ma compagnie par des rues Troncas, Lima et Bancasse, et des sentiers de la Barthelasse - dans les tours solitaires qui suivent mes classes, avant ma rentrée à la maison : en effet, c'est vraiment quand mes amis sont partis que je commence à être avec eux, avec leur souvenir voisin de mon Rêve, et que dérange un peu parfois leur apparition véritable - les tiennes surtout, inattendues et brèves. Toutefois renouvelle-les, cher __ ne serait-ce que pour ces heures fictives qui succèdent au départ."

Mallarmé à Henri Cazalis. Avignon le 7 janvier 1869.

vendredi 14 décembre 2007

302. Le blog collectif des Éditions Léo Scheer.

Vous êtes sur le blog collectif d'une maison d'édition. Vous trouverez, en bas, la liste des rédacteurs qui est aussi celle des personnes qui travaillent dans cette maison. Nous rejoindront, bientôt, les chroniqueurs de La Revue Littéraire, de la Revue Cinéma et les responsables de la collection de philosophie "Non et Non" et du réseau de Fresh Théorie. S'il nous permet d'abord de communiquer entre nous, ce blog est accessible à tous les visiteurs de ce site et nous sommes disposés à dialoguer avec eux. Comme ce blog n'est pas "modéré" à priori, nous nous réservons la possibilité de supprimer certains commentaires.

jeudi 13 décembre 2007

300. Cours. N°1. Le publi-rédactionnel.

Nous commençons aujourd'hui nos cours de journalisme moderne. Première leçon : l'article publirédactionnel.

Lire la suite

299. Communiqué. Yale honore Didier Eribon

"Le philosophe et intellectuel français Didier Eribon sera le lauréat 2008 du James Robert Brudner Memorial Prize décerné chaque année par l'université Yale (Etats-Unis). Ce prix récompense la contribution éminente d'un chercheur aux études gays et lesbiennes. Parmi les lauréats des années précédentes figurent les historiens américains George Chauncey, Lillian Faderman, John d'Emilio et les théoriciennes Judith Butler et Eve Kosofsky Sedgwick. Les cérémonies de remise du prix auront lieu en avril et Didier Eribon donnera à cette occasion deux conférences publiques, l'une à New York et l'autre à Yale."

Congratulation!

297. Le jeu du manuscrit.

Tiens, chez François Bon aussi, on met des manuscrits en ligne. ligne

Nouveau jeu :

  • Qui a écrit la lettre?
  • Qui est l'auteur du manuscrit si convoité?
  • S'agit-il d'un faux? De quelqu'un qui a volé ce papier à en-tête pour faire un canular.
  • Pourquoi l'avoir publié en ligne?

N complémentaire : Y a-t-il un rapport avec l'éditorial de Sylvain Bourmeau sur la "Migration numérique"?

mercredi 12 décembre 2007

296. Le 25 janvier dans les librairies, ça va Barder. (Publicité)

Ils mènent le monde. Vous ne le savez pas encore… Par-delà le bien et le mal, dans une complète indifférence aux positions idéologiques périmées et aux clivages intellectuels fossilisés, "Les Netocrates" pose les jalons de la plus intense et plus rapide évolution que l’humanité ait connu depuis ses origines. Vous avez le choix : enfouir la tête dans le sable ou lire Les Netocrates.

Lire la suite

295. Soirée Chronic'art. Le billet de Félûre.

Félûre est passé hier à la soirée pour les 10 ans de Chronic'art. (Il a connu Cyril Degraeve à l'école). Félûre a écrit un billet pour en parler, je le publie ici et je l'en remercie.

"Ce sont des choses aussi surprenantes qu’irréelles qui vous tombent sur la tête sans y être préparé. Je me suis donc pris un vent du diable cet après-midi et j’étais prêt de ruminer ma haine mysoginique, seul dans mon coin, à me branler devant une vidéo malsaine de japonaises en chaleur. Quelque chose d’un orgueil soudain m’a pris, une réaction face à cette bêtise insondable m’a fait lever le cul de ma chaise. Je me suis légèrement parfumé d’eau de Cologne. J’ai revêtu une veste en tweed anglais comme je suis seul à encore en porter, qui surmontait une chemise ouverte sur un généreux poitrail. Il faisait cinq degrés dehors mais peu importait. J’avais cinquante mêtres à faire pour être dans la galerie de Léo Scheer."

Lire la suite

mardi 11 décembre 2007

294. M@nuscrits (2). Eric Ergans "Récits éclatés".

Nous avançons avec Wems dans la présentation de ce deuxième M@nuscrit. Avec son autorisation je vous communique son dernier mail:

"Le croirez-vous, cher Léo ? quelque chose d'assez étrange est en train de se produire en moi à mesure de votre expérimentation, et j’en viens à me demander si vous n’auriez pas mis au point quelque diabolique plan pour vous alléger de ces milliers de manuscrits wannabiques qui doivent encombrer vos étagères. Léo, soyez béni : grâce à vous, je suis probablement en train de perdre peu à peu toute envie de proposer les Récits à une publication papier. Et voilà qui est merveilleux !

Lire la suite

lundi 10 décembre 2007

293. Rentrée de janvier 2008.

Selon Livres Hebdo, "le nombre de nouveaux romans français et étrangers annoncés pour janvier et février reste stable, à 547 titres contre 542 un an plus tôt. 547 romans français et étrangers paraitront en janvier et février 2008, contre 542 au cours des deux premiers mois de 2007". "Pour cette « rentrée littéraire d'hiver », les éditeurs ont programmé 367 romans français, dont 74 premiers romans, et 180 romans étrangers."

Je garde la rubrique "Prix@B" pour cette "rentrée", les résultats le 1er avril 2008.

292. BUG COLLECTIF DE LA FICTION CALEDONIENNE. Billet du 8 décembre 2007.

On commence à trouver des choses dans la blogosphère.

Titre du site : BUG COLLECTIF DE LA FICTION

Sous-titre : "Venez à moi, les putes, les salopes, les artistes, les punks, les écrvains, les révolutionnaires, les philosophes, les folles, les sorcières, les mendiantes, les méchantes, les meurtrières, les violées, les junkies, les orphelines, les amantes, les hackers, les musiciens,les maîtresses, les épouses délaissées..."

Billet du 8 décembre :

"Je fonctionne par infrastructure référentiel, ça ressemble un peu à ce que développe les détraqués du net qui traquent chaque info mais sans le côté super glauque et sans la cartographie rigoureuse du trauma maïeutique puisque c'est surtout d'entretiens qu'il s'agit, pas d'interview, ni de critiques littéraires, mais de vrais entretiens avec de vrais maboules , j'ai la conviction débile du verbe premier et le bon sens m'a institué la présséance de la parole donnée, ce que l'entretien, le débat et le journal de travail via work in progress aggravent aujourd'hui en les étiquettant comme dépendance légitime dans mon esprit de malade. Mais c'est vrai que j'aime bien cet espace visuellement et/ou virtuellement conséquent donné à l'écrivain où il construit son analyse, où il décrit la composition de son écriture, livre ces réflexions, ces références et leur pourquoi tricoté maison, c'est l'opposé qui est forcément traumatique : de voir des atrophiés du cortex cérébral débiter les même conneries que certains critiques pas normaux sans prendre la peine d'analyser la démarche, de théséeriser l'intelligence arianesque du labyrinthe, de chercher jusqu' à la mort, eux ils s'en contrefoutent des contraintes du Verbe, des pourquoi kafkaïens tout ce qui les intéresse c'est de briller dans une fange de classicisme où ils peuvent se vautrer avec leur herr professor. Idéalement, les Ecrivains ne devraient jamais avoir à se justifier, je dis ça en référence au seul titre Explications, j'ai mis un an à lire Eden Eden Eden, comme ça le fait carrément pas de bter comme une grosse conne sur sa composition poétique toute ma vie, j'en ai bouffé des crampes en pleurs avec cette Ecriture, cette transe prophétique qui s'immergeait dans l'indigence praticienne rendant hermétique toute lecture et s'enkystant de culpabililté parce que le problème ne vient jamais du Verbe, mais du je à assassiner. Explications, c'est du joycetique synaptique*, c'est aussi bien que l'Entretien sans cette faculté de l'Ecrivain Guyotat à rendre dantesque chaque détail de son existence, à décrire l'Ecriture comme la composition du geste des femmes au lavoir, de ces visions bibliques qui engendrent la composition prophétique du putain..."

  • "La Maison n'est absolument pas responsable du décès subit de la moitié de vos neurones suite à la compréhension de jeu de mot exceptionellement pourrave."
  • C'est signé :"LES TRIPLETTES DE NOUVILLE"
  • "Squattent le Cyber-Réseau et pulsent en BRAINPEACE, Antarctica La réactualisation du standard package est assurée par trois Avatars irrationels : l'Alfa est Peintre musicienne et savante-folle qui samouraïe en behavioriste, l'Autre est déconstructiviste structuraliste-foucaultienne et programmatrice de BRAINPEACE. L'Oméga est vénusienne, dragibus sélennite en mouflette colorée qui trésorise à elle seule toute la tendresse tsunamique de ce monde pourri. Amourachées de Poésie Expérimentale et d'Intéractions Neuronales Inédites. Charac: Contrebandières de cervelles alternatives, Pirates, Théoriciennes virtuels, Musiciennes, Punks Intello , Apprenties tourguenistes, Terroristes littéraires, Geeks menstrualisées."

A suivre...

dimanche 9 décembre 2007

291. Becdanlo de L'huître à propos de "Rater mieux"

L'huître Perlière est un site de "lecture de manuscrits, entraide et discussions littéraires". Becdanlo nous a fait parvenir cette note de lecture du M@nuscrit de Géraldine Barbe :

"Voila, j'ai fini la lecture du Livre de Barberine: Rter Mieux.

Il est bien ce texte, une tranche de vie comme on dit aujourd'hui pour ne pas dire un journal. Autobiographie ou pas ? Finalement, ça n'a pas tellement d'importance, car même s'il s'agit d'une fiction, on ne peut pas écrire de cette façon sans avoir un peu vécu les situations décrites dans ce livre.

Une actrice qui ne travaille pas, est-ce comparable à un boulanger au chomage? Peut-être pas, car l'actrice joue de son esprit, de son corps et quand elle n'a plus de personnages à incarner le vide existentiel devient effrayant. J'aime bien les ambiance en hui-clos et avec le livre de Barberine je suis gté, car on assiste ici à l'enfermement le plus rude qui soit: celui sur soi-même. Les autres paraissent lointains, presque irréels: les serveurs de café, les voisins de table, les employés de l'Anpe; tout ce petit monde dialogue dans la tête de la narratrice. Cette dernière n'a qu'un mot d'ordre en tête: s'en sortir. Des questionnements quotidiens, des remises en question, des doutes jusqu'à se demander: qui est "je"?

"En vacances je est-il toujours un autre? malheureusement oui"

Le pronostic? Il est sombre, à l'image de l'épilogue. Au souhait de la narratrice: "Je voudrais que l'on me dise oui", j'aimerais lui répondre: Oui! L'écriture de ce texte est déjà quelque part une réussite, puisqu'aujoud'hui vous pouvez vous faire "entendre"... et espérer des réponses.

Barberine a un style, une petite voix qui ne nous est pas étrangère: la nôtre quand nous sommes dans notre propre intimité... c'est pour ça qu'elle nous parit si familière.. et qu'elle nous fait un peu peur ?"

Becdanlo. Le 9 décembre 2007

samedi 8 décembre 2007

290. Mon vote pour Miss France

Il est 23h45. La favorite est Miss Réunion. Mais moi, je vote pour Miss Nouvelle-Calédonie.

289. Masse Critique.

LaureLi me signale une expérience intéressante : Le site "Babelio". Logo : une Tour de Babel faisant graviter des électrons. Slogan : "Connectons nos bibliothèques", propose l'échange entre des livres et des critiques littéraires. Le nom : Masse Critique. (Bien vu)

288. Commentaires (2) #269 bis

Bon. Il semblerait que le calme soit revenu, mais l'adresse mail pour accompagner les commentaires n'est pas inutile.

vendredi 7 décembre 2007

287. M@nuscrits (2). Wems : Cinq récits de la famille Ergans.

En attendant la phase II de M@nuscrits, nous avons mis en ligne un texte envoyé par Wems, "Cinq récits de la famille Ergans". Il s'agit pour nous de poursuivre cette phase expérimentale avec certaines modifications par rapport au premier (Rater mieux), seul le début est présenté en "flash" permettant la lecture en ligne en tournant les pages, l'ensemble des cinq récits étant proposé en téléchargement. Un deuxième compteur a été aménagé permettant de comparer les deux présentations.

Pour son lancement, j'ai écrit ici un billet dans lequel j'imaginais que Wems avait réussi à mettre ce manuscrit lui-même en ligne, ce qui pouvait lui ressembler, mais ce joke, trop crédible, est devenu envahissant, et me conduit, ici, à le modifier. (Certains commentaires en gardent la trace).

Je pense que Wems souhaite maintenant apporter quelques modifications à la présentation de son texte. Je reviendrai sur ces éventuelles modifications dans ce billet.

286. Dahlia et Mérovée

Dahlia a réussi à se procurer le nouveau livre de Nicolas Jones-Gorlin "Mérovée" qui sera en librairie le 4 janvier 2008, et a publié un billet sur son blog en avant première. En voici un extrait :

"Le lecteur est aspiré et se prend de sacrées baffes dans la gueule. Mais avant tout c'est une vraie baffe littéraire: Nicolas Jones-Gorlin a abandonné tous ses tics d'écriture un peu adolescents pour dérouler son histoire avec une netteté tout à la fois tranquille et implacable. Une histoire casse-gueule qui peut laisser craindre tous les clichés du genre sur la banlieue, les racailles, les pédés, raccourcis faciles et argot de rigueur. Si la langue qui anime Mérovée est pleine de violence rampante, elle reste malgré tout comme contenue, telle une menace tapie dans l'ombre, c'est elle qui tient le lecteur par les tripes comme un poing fermé. Violence des actes du groupe Mérovée. Violence du passé de Jean. Violence de ses sentiments pour Rachid. Violence de cet univers de béton et de poutrelles métalliques dont la description semble parfois sortie d'un roman de SF post-apocalytique. Et qualité très rare, il arrive à rendre tout à la fois ses personnages attachants et méprisables. Enfin plus attachants que méprisables. Car le lecteur qui referme Mérovée se surprendra très certainement à se dire “et toi, dans cette situation, tu aurais fait quoi?â€? C'est ce que provoque le personnage de Jean dont la vitalité débordante pourrait aussi bien être me par l'énergie du désespoir, et il apparait juste comme profondément humain bien avant que d'être flic et pédé. “Flic et pédé. T'as vraiment pas de chance.â€? Dialogues taillés au rasoir contre monologues plein de spleen et de rage, et par-dessus tout une intrigue comme savent les mener les vrais romanciers. C'est parce qu'il frappe tellement juste qu'on a peu de risques d'oublier Mérovée. Et c'est tant mieux."

jeudi 6 décembre 2007

285. La rentrée de Janvier 2008 aux E.L.S.

Le 4 janvier 2008, ces deux livres (Confidences à Allah et Mérovée) seront en librairie. Voici les couvertures que nous venons d'envoyer à l'imprimeur Laballery. C'est dans un mois...

Sur la page d'accueil du site des E.L.S. en cliquant sur ces deux livres, vous trouverez une page de présentation, et, en cliquant sur "lire un extrait" vous pourrez feuilleter les premières pages, il suffit, pour celà, de cliquer sur le coin des pages lorsqu'il se soulève.

282. Thomas LELU à la Solid Gallery pour Brabantia

Ce soir, à 18h30, à la Solid Gallery 8 rue des Francs Bourgeois 75003 Paris, Thomas LELU (qui publie aux E.L.S. en février 2008 "Jacques Daniel Nick Oussama") revisite, avec Brabantia, leurs ustensiles ménagers "éternels" en s'interrogeant : "Comment survivre au produits Brabantia?". Ce travail du créateur de "LVMHOOQ" est exposé là jusqu'au 22 décembre.

RDV en février à la Galerie Léo Scheer pour l'exposition des "Taches" de Thomas LELU, un drôle d'oiseau.

mercredi 5 décembre 2007

279. Abdellatif Kechiche !

Hier soir, j'ai vu un film éblouissant en avant-première à la Cinémathèque, c'est "La graine et le mulet" d'Abdellatif Kechiche. Il sort en salle le 12 Décembre 2007. Allez le voir, c'est un très, très, très grand film, avec Habib Boufares, Hafsia Herzi (une bombe atomique), ici sur la photo (le père et la belle-fille). Un choc!

En attendant : l'article de Jean-Philippe TESSÉ dans Chro # 41. Dans le chapeau:

"Après le petit triomphe de L'esquive en 2004, Abdellatif Kechiche récidive avec un film enthousiasmant, La graine et le mulet...Un film français comme on n'en voit plus, qui donne un coup de vieux à toute la classe du cinéma hexagonal."

Rétrospectivement, c'était bien de m'être laissé entraîner (entre 2002 et 2005) par Bernard Bénoliel (membre du comité de rédaction de la revue Cinéma) dans "Entrevues", le festival de Belfort où furent révélés : Rabah Hameur-Zaimeche (Wesh Wesh) Serges Bozon (Mods) ou Kechiche (L'esquive), je pense aussi à Nicolas Sornaga (Le dernier des immobiles) ou Jean-Charles Fitoussi (Les jours ou je n'existe pas), je ne sais plus si Mouret était passé par là.

278. Les dépêches de Zoé BALTHUS. (2)

Léo "trouve tout" M@anuscrit bon à publier en ligne

Par Zoé BALTHUS

BLOGOSPHERE, 5 déc (Z'REUTERS) - "Rater mieux", le m@nuscrit brut de Géraldine Barbe, alias brave "Barberine", est depuis une semaine le cobaye d'une nouvelle initiative de l'éditeur pas comme les autres qu'est Léo Scheer proposant aux "e-crivants" de publier leurs oeuvres sur son blog où elles seront soumises à des critiques et commentaires, en direct ou à huis-clos, pour peut-être quelque "zolie" gloire à la clé...

Lire la suite

277. Chronic'art / 10 ans.

Pour fêter les 10 ans de Chronic'art, soirée à la Galerie Léo Scheer le mardi 11 décembre 2007, et le # 41 du Magazine de Culture Connectée en kiosque. Bravo à Cyril de Graeve.

mardi 4 décembre 2007

276. Première critique de "M@nuscrits" par Marc Sefaris à propos de "Rater mieux" de Géraldine Barbe.

Ce mardi 4 Décembre 2007 marque le véritable "début" de l'expérience "M@nuscrits" avec la critique de Marco (Marc Sefaris) publiée sur son blog. Comme il s'agit, à mes yeux, d'un tournant dans cette expérience, arrivant moins d'une semaine après l'apparition en ligne de "Rater mieux" de Géraldine Barbe (Barberine) Je le propose ici à la lecture de tous ceux que cette expérience intéresse, mais je recommande surtout d'aller sur ce site pour en savoir plus. Le titre est : "La critique est aisée" et l'illustration est un bombe :

"Critiquer, dans l'absolu, rien de plus simple, on passe notre temps à critiquer et à rendre des jugements sur tout, expéditifs le plus souvent, et sitôt dits sitôt oubliés. Faire la véritable critique d'un livre, en revanche, en examinant attentivement la texture de l'ensemble avec tout ce qu'il faut d'empathie humaine et tout ce qu'il faut de froide distance pour ne pas dire n'importe quoi, voilà qui est nettement plus délicat. Surtout quand la critique est publique, soumise à discussion, le premier venu étant en droit de demander: "Mais qui es-tu donc, toi qui prétends juger le texte de ton prochain? D'où crois-tu tenir ta légitimité?" Alors, bien souvent les "avis de lecteur" restent volontairement impressionnistes, on dit qu'on a bien aimé ou pas trop, mais c'est juste une question de goût, hein, on ne va quand même pas se prendre pour un jury de concours..."

Lire la suite

275. L'Huître perlière et M@nuscrit.

Ce site de "lecture de manuscrits et de discussions littéraires" parle de "L'expérience Léo Scheer". Un des premiers commentateurs : "Becdanio" qui se présente comme un cygne écrit : "A terme le site d'edition en ligne Leo Scheer risque de devenir un immense ILV (1) avec des combats de notations negatives: on donne de mauvaises notes aux copains pour proteger son classement personnel.

D'un autre cote ca donne un sacre coup de vieux aux sites d'edition en ligne actuels..."

(1) ILV = L'éditeur des auteurs libres (ndlr, els)

274. La feuille et M@nuscrits

Dans son billet du 3 décembre, "La feuille" dont l'objet est "d'observer l'innovation technologique pour comprendre les enjeux de l'édition électronique présente ainsi :

"m@nuscrit"

Intéressante expérimentation chez Leo Scheer, qui consiste à proposer à des auteurs d'éditer en ligne leur manuscrit (texte brut, non corrigé, non maquetté). Le but : "réfléchir aux nouvelles conditions de traitement et de publication des textes que nous recevons."

...Le premier texte est un récit de Géraldine Barbe intitulé Rater mieux, qui est arrivé à là suite à une longue discussion ;-). Comme quoi les commentaires, ça sert.

Via La Piqre, Aldus, François... Et bien sr Virginie."

Virginie étant "teXtes".

lundi 3 décembre 2007

273. Jérémie Vanden et M@nuscrits.

Sur son blog "La promenade des songes". Jérémie Vanden propose cette réflexion:

"La blogopshère est une sorte d'immense univers informatifs sur le monde, son état, la merveilleuse et absurde vie des êtres humains. De temps à autre, entre deux billets, je proposerai désormais une découverte à peine perdue dans ce colossal flot mouvant. C'est l'éditeur Léo Scheer qui propose une initiative originale en projetant en ligne un manuscrit libre et gratuit. De toute évidence, mettre en ligne un texte n'est pas une révolution en soi mais lorsque le phénomène émane d'un véritable éditeur, il contient assez d'intrigue pour chatouiller la curiosité. Le projet, si je l'ai bien compris est avant tout de soumettre à la réflexion les nouveaux supports de lecture, notamment le support numérique. Bien sr, nombreux vont être ceux à penser que c'est l'occasion rêvée de se faire connaître (après une longue dispute avec moi-même, je crois que je fais parti des « nombreux »…) et de s'exposer, avec courage et passion, aux notes critiques des lecteurs. Le projet a probablement des avantages mais n'est peut-être pas non plus exempt de conséquences sur le milieu littéraire. Toujours est-il que pour ceux que les problématiques éditoriales ne concernent guère, voici de la prose toute offerte, comme si l'on se baissait pour cueillir une fleur…"

272. Alexandrie et M@nuscrits

Petite erreur sur le site d'Alexandrie qui annonce que M@nuscrits ne met en ligne qu'un extrait. Pas très grave, me semble-t-il, puisque comme le dit Boileau en exergue: "...les mots pour le dire arrivent aisément"

271. Entretien avec Jean-Luc Godard sur Arte.tv ("de disputatio")

À propos de "disputatio", cet Entretien exclusif d'Arte.tv avec Olivier Bombarda et Julien Welter, images de Thomas Schwoerer, est présenté sur ce site en trois parties.

270. Schmul et M@nuscrits

Le site Schmul.net nous encourage à réfléchir.

268. Don Lorenjy et M@nuscrits

"Premières notes"

M@nuscrits incite Don Lorenjy à mettre en ligne le début de Aria des brumes

"En croisant un billet rigolatique de Marco sur les premières phrases de roman et une démarche sérieusitoire de Léo Scheer sur le traitement en ligne des manuscrits, j'en viens à penser qu'il est grand temps de vous montrer le début d'Aria des Brumes."

267. Qu'est-ce que serait une édition "agile"?

Dans l'article de "teXtes" on rapproche la création de M@nuscrit de la méthode "agile" conçue par un groupe dont faisait partie Ward Cunningham, l'inventeur de Wiki.

"Une méthode agile est une méthode de développement informatique permettant de concevoir des logiciels en impliquant au maximum le demandeur (client), ce qui permet une grande réactivité à ses demandes. Les méthodes agiles se veulent plus pragmatiques que les méthodes traditionnelles. Elles visent la satisfaction réelle du besoin du client, et non d'un contrat établi préalablement. La notion de méthode agile est née à travers un manifeste signé par 17 personnalités (parmi lesquelles Ward Cunningham, l'inventeur du Wiki), créateurs de méthodes ou dirigeants de sociétés."

266. teXtes et M@nuscrit

Sur le site de teXtes on peut lire l'analyse suivante :

TOURNAR LES PAGES D'UN M@NUSCRIT

On peut depuis quelques jours accéder sur le site des éditions Léo Scheer, à un nouvel espace de publication en ligne joliment nommé M@nuscrits. L’idée, publier sur le site, pour une durée limitée, des manuscrits “brutsâ€?, tels que leurs auteurs les ont voulus, et sur lesquels aucun travail éditorial n’a été effectué, et ouvrir ces textes aux commentaires. Aucun ? Aucune correction, pas de relecture, pas de réécriture de la part de l’auteur après des remarques de son éditeur, certes. Mais malgré tout, une “publicationâ€? dans une forme particulière. Une publication, c’est à dire un dévoilement, le fait de rendre public un texte, non pas dans une quelconque aiguille perdue dans la meule de foin du web, non : sur le site d’un éditeur, un éditeur indépendant et reconnu, ayant pignon sur rue et… “pignon sur webâ€?.

Lire la suite

dimanche 2 décembre 2007

263. N'oubliez pas les Moot-Moot.

...Bernard.........Berthe..........Michel........Zinedina.........Dallas.....

C'est dans une demi-heure sur Canal. Et après, il y a debriefing avec 2J.S.

261. Nathalie Rheims en ligne.

Dans quelques jours, le site de Nathalie Rheims sera ouvert. En attendant, voici la suite du buzz sur le site des "lectures de Caroline". Nathalie me demande de préciser que les deux sites utilisant son nom sur Myspace ne sont pas d'elle.

260. Aldus et M@nuscrits

Le site Aldus annonce M@nuscrits en proposant de :

"Rentrer dans les comités de lecture...

"Une initiative très intéressante aussi bien sur le concept que sur la présentation graphique qui est faite sur le site des Editions Leo Scheer. Proposer d'accéder aux manuscrits envoyés par les auteurs, c'est ici. Plusieurs questions se posent, est-ce que l'éditeur mettra en ligne tout ce qu'il reçoit ? Mais alors, on se retrouve dans quelque chose qui ressemble à des sites type Lulu (avec les réserves que j'avais déjà faites ici), sauf une, bien sr, qui est déjà la proximité entre l'auteur qui a envoyé son manuscrit à telle ou telle maison, l'esquisse de relation qui est déjà présente. L'éditeur pourrait proposer des manuscrits qu'il a déjà sélectionné mais sur lesquels il se pose des questions avant de passer à l'édition? Inviter les lecteurs à rentrer dans le comité de lecture, en quelque sorte, avec (pourquoi pas?) un système de vote. Tout ceci avec durée limitée de mise en ligne, bien sr. Cela est diablement intéressant en tout cas pour le rapport entre le lecteur et la maison d'édition, participer à la gestation de l'acte éditorial. Mais aussi le partager avec les lecteurs, renoncer à ce moment unique qui comme le remarque justement François Bon "sachant que c'est un partage rare : comment ne pas figer ce processus dès lors qu'il y a cette mise en ligne ?" Bref, un nouveau débat ouvert et des pistes à suivre..."

259. La petite île et M@nuscrits

Le site de "La petite île" évoque, lui aussi, la création de M@nuscrits de façon sympathique :

"Une petite information pour tous ceux qu'ici cela pourrait intéresser : L'éditeur parisien Léo Scheer est l'un des tous premiers éditeurs classiques à ouvrir un espace "manuscrits" en ligne. Il ne s'agit pas de mettre en ligne ses manuscrits pour les lui soumettre, mais d'un simple espace où les auteurs peuvent demander à placer leurs textes pour que tout le monde puisse y accéder et les lire, voire les télécharger."

Lire la suite

258. Marc Pautrel et M@nuscrits.

Sur son site Marc Pautrel évoque M@nuscrits et le texte de Barberine de la façon suivante :

"Léo Scheer prend tous ses confrères de vitesse et devient le premier éditeur à créer une collection de livres en ligne, intitulée M@nuscrits. Il s'agit, en l'état actuel du projet, de donner à la lecture des manuscrits bruts non retravaillés avec l'éditeur (voir la discussion sur le blog des éditions Léo Scheer).

Je n'ai lu que les premières pages du premier texte proposé sur M@nuscrits, celui de Géraldine Barbe, "Rater mieux", mais il me semble clairement au-dessus de la moyenne des manuscrits reçus chez les éditeurs (pour ce que j'ai pu en voir) et même au-dessus de celle des livres "papier" publiés. Bref, bravo, et souhaitons que tous les manuscrits soient comme ça. Quand à la forme électronique choisie, elle est très réussie : une animation Flash permettant de tourner les pages, donc de feuilleter le livre."

Lire la suite

Archives Syndication
juillet 2017 (174)
juin 2017 (187)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (240)
août 2016 (211)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (240)
août 2015 (211)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (240)
août 2014 (211)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (240)
août 2013 (211)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (240)
août 2012 (211)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (240)
août 2011 (211)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (240)
août 2010 (211)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (240)
août 2009 (211)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (240)
août 2008 (211)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (240)
août 2007 (211)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top