Quelqu'un, je ne sais plus qui (pardon), se plaignait dans un commentaire de notre propension à parler ici de Saphia Azzeddine au détriment de nos autres auteurs ; il y voyait le signe de Dieu sait quelles turpitudes. Quant à celles-ci, je ne suis pas juge, mais cette idée de favoritisme n'a aucun sens. Chaque livre possède son moyen propre de trouver ses lecteurs, et doit être défendu d'une manière spécifique.
Confidences à Allah a dès sa sortie suscité un début de buzz sur internet, dont la tonalité était polémique, passionnée en tout cas, ses partisans (votre serviteur, par exemple) l'étant avec autant d'acharnement que ses contempteurs (la brigade Wrath-Beaujean, entre autres). Notre intérêt, notre devoir (certains faits étant à rétablir) et notre go?t étaient d'y prendre part, d'essayer d'enrichir le débat, de le prolonger - le plus loin possible de certaines idées préconçues ou trop rapidement formées. Quel autre parti pris y aurait-il là-dedans, que celui de défendre nos auteurs où et quand s'impose la nécessité de le faire ?
Pendant ce temps, le roman de Nicolas Jones-Gorlin, Mérovée, faisait l'objet de premiers articles, en particulier un grand papier très élogieux dans Paris Match la veille de sa sortie (voyez la revue de presse, qui sera bientôt complétée), lancement que j'aurais dit inespéré si je n'avais toujours cru qu'un roman aussi fort ne pouvait que retenir l'attention. Il la retient d'autant plus, en l'occurrence, que la presse (et, semble-t-il, le public) n'a pas oublié le tapage que connut le précédent roman de Nicolas, Rose Bonbon, et qu'elle attendait, depuis cinq ans, de voir ce que pourrait bien écrire désormais un aussi singulier écrivain, qui fut si singulièrement traité. Le terrain propre de Mérovée était donc différent. Il pouvait avoir d'emblée une place dans la presse ; il était moins urgent qu'il en prît une sur les blogs.
Mais à terme, ces deux courants, qui demeurent parallèles, doivent se rejoindre. C'est une des choses à quoi nous travaillons sur ce blog, il me semble. Saphia sera repérée par la critique, je n'ai guère de doutes sur ce point, et Nicolas se fera une place sur internet. Cela, pour tout dire, a déjà commencé, et en voici un premier élément : l'excellente interview réalisée par Nicolas Cauchy pour son site auteur.tv, qui vient compléter celle réalisée pour nous par Dahlia.