Voici, développés par Martingrall dans son dernier commentaire, des éléments pour le futur billet littéraire.

"La vérité sur la Vénérable Société Vénale. Hier, j'ai eu la chance de discuter avec un de mes anciens collègues de la Société vénale qui est "trader exo". (le trading exotique est une forme de trading qui prend des positions spéculatives sur la volatilité ou sur la corrélation des marchés financiers ...) Toujours est-il que cet ami a pu m'apporter quelques précisions "inside" sur les derniers évènements de la socven et du sieur Chervielle.

Le trader en question, Jérôme Chervieille, a réussi son coup à partir d'un procédé simple qui consistait à créer dans le système interne de la Société vénale de fausses contreparties, autrement dit de faux clients. Le système en question s'appelle Ness, c'est le système central du département dérivés actions dans lequel l'ensemble des "deals" sont "bookés". C'est forcément un système très sensible, très contrôlé par différents middle & back offices. Problème, Jérôme Chervieille était issu de ces départements et il a sans doute gardé des mots de passe lui donnant des accès privilégiés au système Eliot (j'ai moi-même gardé en tête des codes front de la maîtrise d'ouvrage donnant accès à pas mal de données...Chacun vous dira que ma mémoire est infaillible je le dois à ma mie, duocœur avant l'heure) A partir de là, il était facile pour lui de traiter sur les marchés en prenant des positions au nom de la Société vénale, des positions, bien sœur, totalement fictives car sans contreparties....Et là ça coince. La balance trébuche, le fléau penche et le blé s'esquive en 4 milliards 900 000 millions de grains. Quand à la farine. Heureusement c'est temps de Carnaval et de faces de carême. Tiens donc. Et l'hostie ! Heureusement Sœur Marie m'apprit à les réaliser. Et les vendre. Mais.

Suivant le temps qui passe, est venu le temps de la crise, les 15, 16, 17 & 18 janvier, les marchés financiers ont énormément baissé, la position "longue", c'est à dire "acheteuse" a fait perdre énormément d'argent à ce Jérôme qui s'est retrouvé acculé. Il lui est devenu impossible de masquer ses opérations hip hop en cause du système d'appels de marge des marchés organisés. (à ce niveau, demeure un point obscur, a-t-il traité "OTC" ces futures offres ou a-t-il traité "listé"...désolé pour ce jargon mais, c'est pas très clair. Pépin, le vendredi 18 janvier, les middles offices chargés du contrôle ont finalement découvert la fraude. Pendant tout le week-end, c'est le branle-bas de combat, le Jérôme est "séquestré" à la banque. On arrive finalement à lui faire cracher le morceau. Ha la vanité du bourreau, il en traîne toujours un ou deux à la vénérable société, surtout le dimanche. En début de semaine, les plus hauts responsables de la banque & de la partie dérivés actions se chargent de déboucler cette position énorme accumulée depuis plusieurs semaines, de l'ordre de 50 milliards d'â?¬ sur des futures Eurostoxx50. C'est tellement énorme que ça déséquilibre le marché qui prend conscience sans doute qu'un truc ne tourne pas rond à la SV. De là, les spéculations à la baisse sur le titre. Et là, sœur Marie me dit sans aucune fioriture, ni embellissement. Il y a un os. Comment pouvaient-ils savoir, eux alors que moi j'ai perdu toutes mes billes. Et à 20 centimes l'hostie, il va falloir que je m'en refasse un autre de trader mais un verrouillé celui-là.

Bref... c'est aujourd'hui que l'ensemble des salariés de la Vénérable Société Vénale découvre l'ampleur des maux. Tous leurs mots de passe n'étaient plus leurs logins. Et surtout que tous les bas salaires n'ont pas le même bas. Plusieurs années de travail réduites à néant. C-M, fringante quarantaine et néanmoins emblématique responsable de l'activité dérivés actions, fait un discours ce matin dans la salle de marché dérivés actions. Ah ! Enfin quelque chose de normal. Il parle de Jérôme Chervieille, un trader dont on aurait du se méfier car il n'avait pas pris de vacances depuis 2 ans. Il ne peut terminer son discours car sa gorge est serrée, il est sur le point de tomber en sanglots. Plusieurs centaines de journalistes sont en bas des deux tours de la Défense. "Impossible de fumer une clope en bas"...

Que penser de tout ça ? Contrairement à ce qu'affirme Elie Cohen dans le Figaro, aussi irréel que cela puisse paraître, cette histoire est tout à fait réelle. Je ne pense pas que ce soit une histoire inventée de toutes pièces par le management Chaton pour masquer des pertes liées aux subprimes. Mais! Par contre, il est clair que la responsabilité des managers est posée. Et notamment celle de C M qui pour l'instant a réussi à sauver sa peau. Ce centralien a fait fortune à la Société Générale durant les années fastes en développant un leader mondial sur les marchés de dérivés actions. Malheureusement un géant aux pieds d'argile puisque par l'action d'un seul homme plusieurs années de profits sont effacées. Ne fallait-il pas renforcer les middles offices risques avant d'envisager toujours plus de croissance ?... Une vraie question de stratégie, pour le salarié le mieux payé de France, Figaro himself, Membre du comité exécutif, il aura perçu au titre de 2005 une rémunération globale de 11,28 millions d'euros, dont 2,11 millions de fixe. Ha ces bas salaire dans la banque. Et à 20 000 euros mois Sarko fait balayeur. Faut dire que le président chaton, tout aussi irresponsable et fonctionnaire que not Président de l'Elysée à nous, lui ne gagne que 3 millions cinq par an hors stock options Et leur Claude Guéan à eux à la Société Vénérablement Vénale il palpe, le M-L, directeur général délégué Calyon France (groupe Société générale), un fixe de 600 000 euros, et un bonus garanti de 3,4 millions d'euros que pour l'année 2005. Mais. Nous en étions à regarder de plus près la particularité de la corne d'abondance, du calice et du graal.

Donc reprenons."