Moi, Kerviel, trader d'exception.

Moi, Jérôme Kerviel, je suis un garçon poli et bien élevé. Fils cadet d'une famille ordinaire bretonne honorable, honnête et très respectée. Je suis né il y a 31 ans à Pont l'Abbé (Finistère), village de 8.000 habitants, où j'ai grandi dans la maison familiale rue du Menhir. Ma mère Marie-Josée Kerviel, y tenait un salon de coiffure, mon père était artisan forgeron-chaudronnier. Il est mort il y a deux ans. Des problèmes de coeur.

J'ai soigné le mien. Je faisais beaucoup de sport, j'aime le sport comme mon grand frère. Du football, de la voile. Du judo aussi, j'en ai fait pendant cinq ans. Mon professeur s'appelait Philippe Orhant. Il me trouvait gentil et serviable. Il disait que j'avais "bon fond". S?urement, je lui disais toujours "oui" quand il me demandait de participer à des animations, de donner un coup de main ou d'encadrer les enfants. Je suis resté longtemps au club. Je suis fidèle et réservé. C'est ma nature.

J'allais au lycée Laënnec de Pont-l'Abbé. J'allais beaucoup au cinéma, à Quimper avec mon frère. J'étais fasciné par Tom Cruise. On me disait que j'en avais des "faux airs". Mais moi, ce qui me fascinait ce n'était pas sa belle gueule. Non. C'est qu'il était toujours le meilleur. Tout reposait sur l'intelligence. Les héros sont toujours intelligents. Alors j'étudiais l'intelligence de ses personnages. J'ai vu tous les films dans lesquels il a joué. Outsiders, Risky Business, Top Gun, j'étais môme. C'est là que tout a commencé. Et puis, La Couleur de l'argent, Des Hommes d'honneur, et la Firme. Mon préféré celui-là. J'ai presque failli faire du droit à cause de lui. Mais l'économie me fascinait. J'ai passé un bac Economie et social. C'est devenu une passion. Alors j'ai poursuivi sur cette voie. Je suis allé à la fac à Quimper puis à Nantes à la faculté. Et petit à petit, j'ai découvert l'univers de la finance. Noblesse de l'économie. Là, évoluaient les vrais maîtres du monde, ceux qui détenaient le pouvoir et en usait dans l'ombre à tirer les ficelles du destin des hommes. C'est là que j'entendais mettre au défi ma matière grise, bien soigneusement entretenue. J'avais mon plan, bien secret. Je ne l'avais dit à personne. Ma première victoire, la première marche de mon ascension fut mon Master d'opérations de marché, décroché en 2000 à l'université Lyon-II. J'y arriverais, j'en étais s?ur, je serais le meilleur. Aucun doute. Un jour...

Mais c'était encore modeste, une simple formation de «contrôleurs de back et de middle office, pas des traders de front office». C'est Valérie Buthion, la responsable du département ingénierie économique et financière de l'université qui s'est fait un malin plaisir à me le rappeler. La garce. A croire qu'elle avait deviné ce que j'avais en tête. Mon secret. Celle-là, elle aurait mérité que je l'écorche, cette niaise. Elle m'avait collé une appréciation qui m'avait empêché de dormir pendant des semaines : «bon étudiant, ni brillant ni moyen». Et encore aujourd'hui... Bah !

- "Tu verras vieille carne, un jour, t'entendras parler de moi saleté ! C'est moi qui te le dis !", je m'étais dit ça, entre les dents, tout bas, en la fixant d'un air bien humble, presque soumis.

Et j'avais répondu : "Je sais".

C'est vrai aussi, que les paroles de cette punaise ont résonné longtemps notamment quand on m'a recruté en back office à la SocGen. Enfin j'approchais de mon graal, j'étais dans les murs, le Saint des Saints. Enfin pour le moent... ! Ils allaient voir ce qu'ils allaient voir. Un jour ce sera l'Amérique. Je serais pote avec Tom Cruise, tiens ! Et l'autre schnock se sera bien foutue le compas dans l'oeil. A l'idée de cette parfaite petite pointe pénétrant son oeil de vache, une vague de plaisir me submerge.

Il m'aura fallu cinq ans. Cinq longues années à trimer comme un malade, à faire des courbettes à tous ces abrutis même pas fichus de comprendre comment fonctionne leur ordinateur. Moi, l'informatique je maîtrise, j'ai vite compris que je ne pouvais pas négliger cette science. Dans mon plan, l'outil informatique, comme ils disent, figurait parmi mes toutes premières priorités. Quand tu connais, tu te ballades partout, plus personne n'a de secret pour toi. Je regardais mes collègues, les forts en gueule, les stars des Tours, et je me disais que je pouvais les faire chanter si je voulais. Enfin, sauf que j'avais d'autres ambitions, d'autres chats à fouetter. Escroc ? Non, mais tu m'as vu. Non. Moi, je vais être l'empereur des traders. Je vais mettre la finance internationale à genoux.

Cinq ans, je disais. Trader ! Bingo ! Les amis, me voilà... !

Bon, le premier entretien de 2005 m'a rappelé l'autre sorcière. Désagréable. Ils m'ont bien fait sentir que j'étais moins bien considéré que les autres au regard de mon cursus universitaire et de mon parcours personnel, professionnel. J'ai mis le paquet. Ils ne le regretteraient pas, leur ai-je fait comprendre. Je saurais atteindre les objectifs. Je me suis retenu de leur dire qu'ils ne se doutaient même pas à quel point mes ambitions étaient impressionnantes. Ils allaient voir ce qu'ils allaient voir. Salles des marchés du monde entier : maintenant, vous allez trembler ! J'étais dans les starting-blocks. De "Junior" à "Empereur". La star de la salle, avec sa particule, son X et son bonus d'un million d'euros, n'a qu'à bien se tenir. Le petit Breton avec son menhir et son Master va lui faire ravaler un peu de sa superbe.

Je n'ai pas pris de vacances depuis deux ans. Juste quelques petits week-end prolongés passés en Bretagne à faire de la voile avec mon frère et de vieux copains. Je vis à Neuilly-sur-Seine. De chez moi, je vois les deux Tours. Je les ai à l'oeil !

A la fermeture des marchés, je continue à travailler, pendant que les autres vont faire les marioles avec leurs Porsche ou leur Audi XT pour lever les filles. C'est simple, je suis toujours le dernier parti et le premier arrivé. Et quand je rentre chez moi, je m'installe à la console de mon ordinateur d'où je continue à suivre mes positions. Mon bon compagnon, ma belle bécane. J'ai mis au point un bijou de système, le coeur de mon plan. Si le monde savait ! Bon, je vais me faire une toile bien s?ur de temps en temps. Je poursuis l'étude des héros.

Le monde des traders, c'est comme le sport de haut niveau : il y a quelques champions aux revenus faramineux, et les autres joueurs, avec des salaires élevés mais moindres.

Moi, ce qui me motive à passer ces opérations est de différents ordres, j'y reviendrai, mais avant toute chose, j'ai en tête de faire gagner de l'argent à ma banque, c'est ma première motivation, en aucun cas m'enrichir personnellement.

Il faut être clair. Je me fous d'être riche, je veux être un trader d'exception !

Par Zoé. Le 29.01.08.