"Un déluge de spectateurs s'est abattu ce week-end sur Bienvenue chez les Ch'tis, le film drôle du comique Dany Boon.

Ils s'y rendent en famille, de tous bords et de tous revenus. Certains ne sont pas allés au ciné depuis plusieurs années. D'autres y retournent déjà pour entendre encore des répliques déjà cultes (« Hein, biloute ! »). Ils se marrent, applaudissent à la fin du film, attendent la fin du générique pour partir, en sortent avec le sourire jusqu'aux deux oreilles. « J'ai mal aux joues », rigole une Rennaise. Ils sont des centaines, des milliers. C'est un vrai phénomène.

« Cela fait tellement longtemps qu'on attendait ça ! », témoigne Franck Merceron, directeur de l'UGC de Mondeville (Calvados). Samedi soir, complet dès 18 h. Idem samedi. « Depuis mercredi, on a fait 15 000 spectateurs, c'est l'équivalent de certaines semaines dans nos douze salles ! » Les ch'tis dépassent largement Astérix, et peut-être même Les Bronzés d'il y a deux ans. Le bouche à oreille fonctionne à merveille. É Brest, 8 000 personnes se sont ruées sur le multiplexe, samedi et dimanche (16 000 en tout depuis mercredi), « mieux que Le Titanic, Harry Potter 1 ou Le seigneur des anneaux 1 », a constaté Le Celtic, la salle d'en ville. Au Mans, au Méga CGR, sur 4 500 spectateurs vendredi soir, 3 000 venaient pour Dany Boon. Les gendarmes ont fait la circulation pour éviter un bouchon sur le rond-point.

Des spectateurs ont attendu plus d'une heure la séance suivante, au CGR de La Mézière (Ille-et-Vilaine) où une marée humaine a occupé le hall pendant deux jours. « De la folie ! », témoigne le directeur, Xavier Bourgeais qui, accaparé de 10 h à 2 h du matin, n'a pas encore eu le temps de... voir le film ! Il a turbiné au rythme de onze séances par jour (comme au multiplexe d'Angers) et en a rajouté une à minuit, vendredi et samedi : le public qui sortait appelait immédiatement des copains sur les portables pour qu'ils rappliquent ! En ville, le Gaumont déroule les chiffres : 10 000 entrées sur cinq jours contre... Astérix à son démarrage en avait fait 5 740. « C'était complet à toutes les séances, quatre heures avant le début du film », commente-t-on au Pôle Sud, à Nantes. Les Pathé Gaumont de Nantes et Saint-Herblain comptabilisent 20 000 entrées dans le seul week-end et estiment que sur l'agglomération nantaise, « un habitant sur huit a déjà vu le film ». Chez Pathé, le distributeur, on vise désormais les dix millions d'entrées. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Le film peut encore compter sur ceux qui attendent la décrue pour s'y rendre...

Partout, comme à Nantes, les connaisseurs attribuent le succès de cette comédie à « sa dimension humaine, chaleureuse, solidaire, qui véhicule des valeurs partagées par le plus grand nombre. Chacun s'y retrouve un peu. » Une ode à la simplicité qui tombe en pleine déprime économique et morosité ambiante : enfin on rigole !"

Frédéric Girou