Chère Stubborn, comme vous semblez vous intéresser à mes lectures, en l'espèce : Montaigne. Des règles pour l'esprit. de Bernard Sève. (PUF) je voudrais commencer par un avant-propos. Vous me parlez des tenants de l' "intelligence collective" (Michel Serres ou Pierre Levy). Pour moi, ce sont des "architectes". Ils regardent ce qui se passe sur le Net avec un imaginaire de b?tisseurs, ils se rêvent comme les prophètes d'une nouvelle utopie. Moi, ce qui m'intéresse dans la perspective architecturale, c'est l'imaginaire de la ruine. Ainsi, l'idée qu'il y aurait, à travers l'Internet, une forme naissante de l'intelligence collective, se présente, à mes yeux, avant tout, sous les traits d'une nouvelle carte de l'idiotie. C'est en cela que cette relecture de Montaigne me semble "porteuse" d'un éclairage nouveau sur sa façon de "dés-enseigner" la bêtise. Si vous vous référez à ce blog, nous pourrons trouver de nombreux exemples, propres à illustrer nos réflexions, au fur et à mesure de la lecture du livre de Bernard Sève.

Nous commencerons, comme lui, par "De l'oisiveté" (L I, Chap VIII).