"Messieurs Nô et Ti se lamentaient à la pensée de tant de pertes. Et ils résolurent d'écrire ensemble un grand ouvrage : l'un devant penser sans rien dire, et l'autre écrire sans rien penser."

p 130