Pour Mathilde qui sait que Nô et Ti s'aiment, cette mauvaise pensée de Valéry du 14 mars 2008. (Première partie des Livres de sagesse.

"Un sage avait écrit ce livre : "Le Traité des choses qui SONT derrière notre dos et de celles qui SONT dans un tiroir.", par le SAGE TI.

Mais le Sage NÉ remarqua qu'on ne pouvait s'exprimer sagement ainsi, et qu'il fallait dire "Traité des choses qui FURENT - SI nous consultons notre mémoire - ou des choses qui SERONT, SI nous faisons demi-tour, ou SI nous ouvrons le tiroir".

Et il ajouta que cette subtilité se justifiait et se révélait une précaution d'importance par l'observation des rêves, états dans lesquels il n'y a point de SI, - point d'hypothèses, - car à peine se formeraient-elles, elles chasseraient ce qui dans les songes tient lieu de réel, pour lui prendre sa belle place.

C'est ainsi qu'ils devisaient au milieu de leurs fleurs, et disputaient indéfiniment sur l'Étre et le Non-Étre, car ils s'aimaient et ne pouvaient se passer l'un de l'autre, la femme de TI était la maîtresse de NÉ, de qui la soeur cadette faisait les délices de TI. Ces deux jeunes dames aussi s'estimaient beaucoup et faisaient aussi leur philosophie, derrière le dos de leurs sages."