Je ne sais pas si c'est parce que je préfère à la une : LES JUIFS ET LA LITTÉRATURE à LA LITTÉRATURE JUIVE (Lire), mais j'aime beaucoup la nouvelle formule du MAGAZINE LITTÉRAIRE. J'avoue que jusqu'à présent, je n'étais pas fan de ce Magazine, mais là, tout est intéressant, comme le texte de Linda Lê sur Le Journal intime de Kafka, traduit et préfacé par Pierre Klossowski, le moindre petit billet de Bernard Quiriny (qui publie au Seuil un très beau recueil de nouvelles : Contes carnivores), la photo qui me fascine de Wolfgang Tillmans (qui devrait inspirer Wrath), les repères : L'écrivain est-il un héro de roman comme les autres? (du même B.Q.), le portrait de Sabine Wespieser (une de mes éditrices préférées) par Évelyne Bloch-Dano, le magnifique article de Minh Tran Huy sur Suicide d'Édouard Levé, dans le dossier sur les juifs et la littérature : l'article de Rachel Ertel et celui de Pierre Assouline, et enfin le pastiche de Céline par Héléna Marienské... sans oublier la publicité en quatrième de couverture pour Tissé par mille de Camille Laurens avec ce texte : Mallarmé propose le titre : "Ce pli de sombre dentelle, qui retient l'infini, tissé par mille, chacun selon le fil ou prolongement ignoré son secret, assemble les entrelacs distants où dort un luxe à inventorier..." C'est cet inventaire que poursuit Camille Laurens, cherchant ce que trament les mots - les mille ans, mille gens, mille jeux, mille sons, mille sens qui s'y nouent pour composer le mystérieux textile où s'invente aussi notre vie, ce tissus de la langue ajourée de silence... Un magazine dont on a envie de citer même les publicités.