Sur le site Anthropia, on peut lire un article très élogieux sur le dernier travail de Thomas Lélu,

présenté à la Galerie Léo Scheer.

« Je vide des tubes ».

"Cette petite phrase de Thomas Lélu, artiste-téléshopper, notée en exergue du communiqué de la Galerie Léo Scheer pour sa récente exposition, m'a posé question. Oui, l'artiste vide des tubes sur une toile et il appelle cela peinture. Il prétend s'inscrire résolument dans la post-post-modernité, quand plus rien n'est à dire, même pas la vanité de la vanité, dans le cynisme absolu de ceux qui n'ont pas encore compris qu'il y a de l'art dans l'art contemporain. Les parfaits correspondants des contempo-haineux. Et on pourrait s'arrêter là.

Mais c'est cette phrase qui m'arrête, qui me fait tout à coup reconsidérer le monde autour."

Je ne croyais pas que ça existait encore,

que depuis la guerre 14-18 et la disparition de Sylvain Bourmeau, on pouvais encore "reconsidérer le monde" en regardant une toile.

Hé bien si.

CHUGACHUGGACHUGGACHUG (détail)

Thomas Lélu

Galerie Léo Scheer

Acrylique sur toile - 180 x 120 cm

Cliché Anthropia