"Attrape-le, comme tu peux, ce grand serpent qui te conduira, à travers la strate herbacée, de l'autre côté frontalier. Attrape-le, sa longueur est de deux à six mètres. Il est gris de couleur et marqué de ronds noirs sur le ventre. Aucune t?che à l'arrière, mais sur le cou, un dessin qui ressemble à une flèche, file vers le bas, tout le long du dos. Attrape le, comme tu peux, soit courageux mais pas téméraire. Souviens-toi que le meilleur endroit pour le prendre est à l'extrême pointe de sa queue, mais tu dois redoubler de prudence, attention, il peut d'un coup se retourner, il est alors terrible et effrayant, il se retourne, et là, c'est trop tard pour toi, l'impitoyable rampant te mord la main". Marx souriait, il était intéressé par ce discours qu'il entendait pour la première fois. Soudain, son sourire disparu, totalement, de son visage. Une odeur bizarre montait, une odeur pas naturelle, une odeur d'entrailles de la terre, approchait, une odeur au commencement de laquelle déjà l'intention est de contaminer, de prendre quiconque au collet. Enfin, c'est ce qu'il pensait. La peur lui tourna la tête. Il s'enfuit à toutes jambes. On dit que Les gens d'ici sont tous des tueurs de serpents. Dans leur langue, les gens d'ici, entre-eux, s'appellent les "crocs".

(Traduit par Alain Baudemont le 10.08.08).

"Caught a large snake in the herbaceous border beside the drive. About 2' 6â? long, grey colour, black markings on belly but none on back except, on the neck, a mark resembling an arrow head all down the back. Did not care to handle it too recklessly, so only picked it up by extreme tip of tail. Held thus it could nearly turn far enough to bite my hand, but not quite. Marx¹ interested at first, but after smelling it was frightened & ran away. The people here normally kill all snakes. As usual, the tongue referred to as 'fangsâ?²."

Notes by Peter Davison, from the Complete Works:
¹The Orwells' dog.
²It was an ancient belief that a poisonous snake injects its poison by means of a forked tongue and not, as is the case, through two fangs.
So Shakespeare in Richard II, 3.20 ' 22.
Guard it, I pray thee, with a lurking adder
Whose double tongue may with a mortal touch
Throw death upon thy sovereign's enemies.''
See also 11.8.38.

Cette version originale du Blog de George Orwell (Journal d'Orwell. J.O.) sera remplacée par sa "traduction participative" et placée en "Lire la suite".