Chère Sabine, merci d'y avoir pensé; le jour de la sortie en librairie d'un roman est effectivement, pour l'auteur et pour l'éditeur, un jour important. Il n'est pas rare de passer une partie de la journée à faire la tournée des librairies pour voir comment le livre est présenté, à quel endroit, est-il dans des vitrines, etc? En même temps c'est très différent de la sortie d'un film. Pour le livre, ce qu'on connaît (on le sait bien avant) c'est le nombre d'exemplaires commandés par les libraires. J'en avais parlé précédemment dans un autre billet : ce qu'on appelle "l'atterrissage". Pour Le Chemin des sortilèges nous avions eu une bonne surprise puisqu'il était le double des prévisions. Mais il est difficile d'aller plus loin car contrairement au cinéma, il n'existe pas de données chiffrées sur les ventes du premier jour. Le mercredi soir, chez le distributeur d'un film, vous avez les ventes de billets qui s'affichent sur un écran, salles par salles, séances par séances, pour Paris et la périphérie. Le lendemain, vous avez les chiffres pour l'ensemble du territoire. Pour obtenir cela, il faudrait que chaque point de vente d'un livre soit relié à un système de comptage de ce qu'on appelle les "passages en caisse", ce qui n'existe pas. Nous recevons, chaque jour, le nombre de "réassorts" de la veille (les nouvelles commandes des libraires) ce qui donne une idée des ventes et, chaque semaine, le mardi ou le mercredi, des instituts comme IPSOS ou GFK, envoient à leurs abonnés des statistiques de ventes réelles (calculés à partir d'un panel de librairies). Ces sondages permettent d'affiner nos estimations, mais comme tous les sondages, ils font l'objet de contestations. En fait, nous ne connaissons vraiment les ventes d'un livre qu'une fois reçu l'essentiel des "retours", (les livres que les libraires n'ont pas vendus et qu'il nous renvoient en nous les re-facturant) en général, nous sommes fixés au bout d'un an. Donc pour un film, les dés sont souvent jetés dès les premiers jours, alors que pour un livre, c'est beaucoup moins évident, il y a beaucoup de surprises, dans un sens ou dans un autre.

J'espère que vous avez maintenant reçu le SP que je vous ai envoyé. C'était un peu une "première" pour nous, mais je pense que nous allons développer cette pratique. Je lisais, ce matin, un article qui montrait que les grandes marques s'intéressaient de plus en plus au buzz d'Internet. Pour les livres, c'est en train de devenir important, et je pense que nous allons prendre l'habitude de faire un service de presse pour les blogs qui parlent des livres au même titre que pour la presse.

Pour le Blog de Marilou, je crois que c'est vraiment une première.

Merci, enfin, d'avoir trouvé cette magnifique phrase de Kafka pour Le Chemin des sortilèges, qui lui va si bien.

Amitiés.

Léo