Mais ce n'est qu'une hypothèse. Se pourrait-il qu'il y ait un rapport mais au TRACTEUR lui a t-on enseigné, en études terminales, ou bien son père, ou bien sa mère, pas à l'école primaire, comme c'est dommage, sa cousine ou sa soeur, lui a t-on enseigné, mais pas son frère, (marrant, ça, pas son frère), ou ses copains à la récré, pas ses copines, (il disait qu'il n'aimait pas le mot "copine" parce qu'il entendait dans ce mot là PINE; il disait que le mot "pine" ç'est vil et très vulgaire) bon, si on veut pas ses copines, ça peut se comprendre, lui ont-ils enseigné, donc, au TRACTEUR qu'on peut vivre sa vie entière sans sexualité, que cela ne lui porterait pas préjudice, et qu'il n'aurait aucun effet secondaire, dans son corps, aucun effet délétère même. Délétère, c'est trop savant, ce mot là, disons qu'il ne serait pas plus CON qu'il ne l'ai déjà, comme nous le sommes tous, (ça devient confus, là, redoublons d'attention) délétère, con, d'ailleurs, que nous sommes, et avons appris que le DÉSIR se distingue (transition tirée par les poils) de l'impératif animal, par exemple le chien, le bouc, le pourceau, le rat, enfin, la liste est si longue et que nous sommes plutôt, nous autres, royalement du domaine de la psyché.

Ah, magnifique, la Psyché ! Personne ne lui aurait enseigné, au TRACTEUR que la libido, qui est à l'origine, le moindre GAY le sait, le moindre lurron, un terme psychanalytique qui désigne "l'instinct de vie" ou l'énergie psychique, et que c'est une FORCE organisant ce qu'on appelle la "tendance vers autrui" et orientant vers la communication les uns avec les autres, par exemple vers "l'AMITIÉ", vers "l'AMOUR"â?¦ Bref, que la libido n'est pas uniquement une affaire de CUL...

Restons poli, hein, il n'y a pas de raison d'être impoli, que ce n'est pas uniquement une affaire de SEXE, de sexualité, mais que c'est aussi une FORCE VITALE. C'est vrai que le terme est évolutif comme est évolutif les technologies, les supports de communications, les informatiques, les Internet, les électroniques, (il disait qu'il n'aimait pas le mot électronique parce que dans électronique, il y a le mot "nique" et que nique, "je l'ai niqué", "va te faire niquer". (non, pas Monique) "je les ai tous niquer", ça fait vil et c'est vulgaire) bon, on va pas tourniquer, on peut, on va effacer électronique.

Il semble bien, et c'est un vrai et monstrueux malheur, pour l'homme aux tracts, que personne, au TRACTEUR, ne lui ait enseigné que ça désigne, aujourd'hui et plus largement désormais, la force vitale et paradoxalement, (impressionnant, ce mot "PARADOXALEMENT" que capte l'oreille, qu'entend l'oreille au juste) le fondement biologique du désir, et que cette BIPOLARITÉ évidente comme un pour tous et tous pour un, n'apparaît pas de façon permanente, dans la tête du TRACTEUR, ni que n'apparaît dans sa même tête l'alternance entre le biologique et le psychique.

Il NORA (là, trop facile) donc pas lu, le TRACTEUR, la psychanalyse Freudienne de Monsieur Freud, selon laquelle le désir est inconscient, et qui plus est, qu'il est en rapport avec l'histoire infantile. Le TRACTEUR a-t-il eu une histoire infantile, c'est une bonne et vraie question. Nous la posons. Il naît, le désir, il faut le faire savoir au TRACTEUR, de l'écart entre le besoin et la demande. Besoin et demande, là, est le vaste programme, et le TRACTEUR a encore de beaux tracts devant lui à découvrir.

Heureusement, la psychanalyse a évoluée, elle aussi et ses différents courants, chaque jour que le Bon Dieu fabrique, tentent à démontrer, cher TRACTEUR, souffrez que je m'adresse à vous, directement, que chaque minute, chaque seconde qui fuient font partie intégrante de votre vie, compte aussi et interagissent, eh oui, interagissent, mon cher, également dans votre système libidinale et inconscient, cher TRACTEUR. Bon, allez, pour faire court, pas compliqué et bref, il conviendrait d'enseigner au TRACTEUR, collectivement c'est possible, (gratuitement, on va réfléchir), qu'on ne refoule pas uniquement les choses vécues de la petite enfance.

Qu'il est possible, aussi, de s'inventer un petite enfance, (moi qui vous parle, je m'invente) et que l'inconscient, structuré comme un tract, continu a se structurer comme un tract, et bien au delà de votre structure primale, savez vous, cher TRACTEUR, et je vous signale, pour l'information, que le neurophysiologue, quant à lui, (mais c'est une autre histoire) dit que le désir a un substract physiologique au niveau du système nerveux central et des neuromédiatieurs. Que cela contribue à la recherche du plaisir, sorte de chaîne stimulus réponse, et qu'il n'y a désir que s'il y a PLAISIR, et que le plaisir, n'est-ce pas, renforce les comportements. Faut-il l'avouer, je l'avoue, j'ai eu plaisir à écrire et à coller mon écrit dans le blog des éditions Léo Scheer. Un vrai plaisir, beau comme un TRACTEUR TOUT NEUF.

Monsieur Édouard d'A. Le 28.09.2008.