• Réponse de Chris J. :

Cher Léo,



Tout d'abord, excusez mes fautes de langue dans ce message. Je vous dirai peut-être plus que vous en ayez envie de savoir ; j'espère que ce n'est pas trop !



Comme vous le savez déjà, je suis né le 12 mars 1980 - prématuré de trois mois - à l'hôpital de l'Université du Minnesota à Minneapolis, pesant 0,907 kilos. J'ai perdu l'oxygène trois fois : la première durant trois minutes, la séconde sept minutes, et la dernière cinq minutes.



Ce traumatisme a eu pour résultat la lésion cérebrale au coté gauche du cerveau, celle qui, à tour de rôle, a affaiblie tout le cotë droit de mon corps et, plus géneralement, mes habiletés motrices fines (mains, pieds). Je peux parler et penser normalement, mais je ne peux ni marcher (du tout) ni me redresser (m'asseoir) sans appui. Donc, je reste assis dans un fauteuil roulant. Pour me coucher ou me reposer au lit, j'ai besoin d'un levage manuel hydraulique auquel s'accroche des chaînes attachées à une étingue dans laquelle je m'assis. Mon papa s'occupe d'un levier de remontage, et aussi d'une valve de rel?chement ; cette dernière me rebaisse dans le fauteuil lorsque je me réveille.



Mon handicap me rend un peu spasmodique, surtout quand j'entends un bruit ou une voix inattendus (par exemple si quelqu'un m'approche d'en derrière), mais aussi quand je suis nerveux ou fatigué.



Ma maman s'était occupée de moi jusqu'il y a quatre ans, quand mes parents se sont divorcés après 39 ans de marîage. Pendant un temps j'ai essayé de vivre avec ma mère, mais ça n'est allé pas très bien, alors j'ai déménagé chez mon père.



Un peu de contexte sur mon récit :



Fragment I est né en tant qu'un poème ; puis (à la suite d'un cours sur la cinéma français que j'ai suivi à l'université) je l'ai réimaginé comme un film court dans le style des surréalistes français des années 30. Le tournage de ce film avait été sur l'horizon (Lilianne de Kermadec s'est accordée à agir comme mon metteur-en-scène) quand j'ai d? quitter le Montana pour déménager au Dakota du Sud (il a fallu être plus proche de maman au Minnesota, puisqu'elle est tombée gravement malade de la maladie des légionnaires). Elle est aujourd'hui en plein forme (Dieu merci) et moi je suis bien installé à Sioux Falls, où je commencerai à l'Université d'Augustana en janvier.



Fragment IV exprime mon admiration de Prince, mon chanteur et musicien préférés. Ses chansons m'ont rendu la vie supportable ; sans lui je serais perdu. C'est le rêve de ma vie de le rencontrer et de lui parler.



Actuellement, à part mon manuscrit pour les ELS, je travaille sur la traduction anglaise de Viande, deuxième roman de Claire Legendre paru en 2001 aux Éditions Grasset. En fait, avant de quitter le Montana, j'étais en train d'organiser la visite de Mlle. Legendre au campus de l'université, mais maintenant que j'ai déménagé, tous ces plans ont été suspendus.



Bon, si vous voulez plus savoir, demandez-le moi ; je suis à votre disposition !



Respectueusement,

Chris. Le 14.12.08.