Magnifique article d'Alexandre Fillon sur La mort n'en saura rien de Georgina Tacou dans le dernier Figaro Madame :

C'est un livre résolument étonnant, qui ne ressemble à rien, mais dans le meilleur sens du terme. Composé d'une série de flashs qui vous éblouissent et vous questionnent La mort n'en saura rien se lit comme un puzzle dont on assemble peu à peu les pièces. La narratrice de ce coup d'essai hors norme a été une gamine maigrichonne. Elle a grandi en République d'Irlande, avec sa tourbe br?lée et ses falaises de jade. Autour d'elle, une mère fantôme, une mère ogre et atteinte d'une maladie incurable; un père Thaddeus, dont elle est la fille cadette. Des frères et soeurs nés d'une "première portée", mais aussi l'adultérin Gianni, dont elle découvre l'existence à quinze ans. Devenue adulte, à Paris cette fois, mademoiselle a désormais les traits d'une jeune femme pleine de vacarme. Elle connaîtra pourtant l'amour véritable avec "trois guerriers": Gabriel, Boucles d'Ombre et Eamon. Il faut se laisser porter par cette prose poétique qui vous emporte comme un torrent, recevoir ces phrases décochées comme des flèches. L'ensemble sonne baroque et électrique, lyrique et absolument pas formaté. La mort n'en saura rien est un ovni d'une puissance incroyable, Georgina Tacou un écrivain sidérant. Faites passer.


copyright photo : C. Vizzavona