Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



mardi 28 avril 2009

1001. You Tube Symphony Orchestra.

L'expérience du Y.T.S.O. opère le même mouvement, à partir du net vers le réel, que la rétropublication, dans un domaine également très "rétro". Passionnant. Le concert vient d'avoir lieu au Carnegie Hall

vendredi 24 avril 2009

1000. Les m@nuscrits de la semaine. 24.04.09

- Arthur Fortin, Pop Génération (212 p.)
- Benoît, Mon Histoire (310 p.)
- Christian Bosmans, Le Troisième fils de Dieu (158 p.)
- Gaël Brunet, La Barbe d'Hippocrate (début) (18 p.)
- JPC, La Ville indienne (54 p.)
- Le Duc de Trèfle, Dans le cul des filles (22 p.)
- Patricia Tauzia, Hard Discount Stories (18 p.)
- Philippe Boulnois, Désir d'elle (2 p.)
- Staffy, Un Dîner avec le Diable (66 p.)

jeudi 23 avril 2009

999. Gabriel Matzneff aux Cahiers de Colette

Après Strasbourg et avant Bruxelles (j'y reviendrai), Gabriel Matzneff signera ses Carnets noirs 2007-2008 samedi prochain, 25 avril, à partir de 17 h 30 aux Cahiers de Colette, 23/25 rue Rambuteau, Paris IVe, tél : 01 42 72 95 06.

É noter, puisque j'y suis, l'article que l'écrivain Philippe de Saint Robert consacre aux Carnets noirs dans Le Figaro littéraire d'aujourdhui :

Lire la suite

lundi 20 avril 2009

998. Interface Automatique M@nuscrits

Il s'agit d'un site "Bêta", mais ce n'est pas rien...

Comme le dit Tony Lesterlin : "L'idéal serait quand même d'avoir quelques 'éclaireurs pour 'tester le territoire et répertorier d'éventuels bugs (bien que simple dans ses fonctionnalités, ce site est tout de même très complexe quand on soulève le capot).''

Donc voici l'adresse pour les Bêta-Testeurs :

http://www.leoscheer.com/man/

Nous attendons vos commentaires ici pour les éventuelles difficultés rencontrées et pour vos réactions en général.

Un coup de chapeau à Tony, car il s'agit vraiment d'une première, je crois.

997. Raymond Federman en France

Raymond Federman est en France depuis ce matin, pour une série de cinq lectures à Paris, Rennes, Nantes.

Première date demain 20 heuresâ?¦

Le détail ci-dessous :

Lire la suite

996. Emmanuel Rabu parle d’Écrivains en séries

L'origine du projet Écrivains en séries, son déroulement, quelques considérations sur l'évolution de l'écriture confrontée à d'autres supportsâ?¦

dimanche 19 avril 2009

995. Édition participative.

Article dans Livres Hebdo :

Le PDG d'Alphée explique, vendredi 17 avril dans Livres Hebdo, comment les lecteurs pourront, via le label Editeurs et auteurs associés et son site dédié, devenir coéditeurs.

Livres Hebdo présente dans son édition du 17 avril l'initiative lancée dès le mois de mai par les éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand, qui proposeront aux lecteurs de devenir, via le site Editeurs & Auteurs associes.com (encore en construction), coéditeurs d'un certain nombre de romans.

Alors que la production participative fait déjà ses preuves dans l'univers musical, Jean-Paul Bertrand propose aux internautes de souscrire entre 1 et 50 parts de 24 euros sur 1 000 prévues par titre après avoir pris connaissance sur le site des manuscrits des livres à paraître dont 20 à 25 % du contenu seront disponibles à la lecture.

Ces actionnaires d'un nouveau genre seront ensuite intéressés aux ventes et pourront voir leur nom apparaître sur le livre comme coéditeur.

Quatre romans sont d'ores et déjà programmés sous cette forme entre ao?t et septembre, dont le premier, Le rendez-vous de Rangoon, est signé d'Evelyne Dress, ancienne comédienne et animatrice, auteure de trois romans publiés chez Plon et repris en Pocket.

Le rythme de parution devrait ensuite atteindre une nouveauté par mois (diffusion CDE).

Ouverte à tous, cette opération réserve toutefois quelques avantages particuliers aux libraires, comme un partenariat personnalisé et une surremise de 5 %.

Inspirée de My Major Compagny de Michael Goldman, cette initiative soulève quelques questions sur le "transfert" du modèle économique de la musique dans celui de l'édition de livres. Mais c'est intéressant, pour M@nuscrits (nouvelle génération) de suivre ce qui va se passer dans ce domaine, à la frontière entre le métier d'éditeur et celui de producteur.

samedi 18 avril 2009

994. Le « Poème de la mise au point » d’Hélène Bessette

Le 13 mai paraîtront deux livres d'Hélène Bessette réunis en un seul volume : un roman, Ida ou le délire (première édition : Gallimard 1973) et sa théorie littéraire, Le Résumé (précédemment publié par la revue IF en 2007, le numéro en question a été épuisé en deux moisâ?¦) avec une présentation de Julien Doussinault.

Deux textes fascinants. L'un, Ida ou le délire, sur la langue du pouvoir. La trajectoire tragique de la bonne Ida dont le dernier acte de souveraineté aura sans doute été la mort. L'autre, Le Résumé, concentré d'intelligence jubilatoire, à la fois état des lieux acide de la littérature de son temps et portrait de l'écrivain mis à mal par la société, analyse des outils critiques de l'époque et exercice d'admiration de grands esprits intemporelsâ?¦ Il pose les base du « roman poétique » incarné par Hélène Bessette.

En cadeau aux lecteurs de ce blog à l'occasion de la parution de ces deux textes, voici un document rare : le « résumé du Résumé n?4 » ou « poème de la mise au point » d'Hélène Bessette, qu'elle a imprimé en décembre 1961 (cliquer sur l'image ci-dessous pour y accéder).

vendredi 17 avril 2009

993. Les m@nuscrits de la semaine. 17.04.09

- VKI, Déliés (extraits) (22 p.)
- Une Ville Un Poème, Unevilleunpoeme (8 p.)
- Marnant, Le Vivant féminin (22 p.)
- Marie Ruben, La Joute céleste (28 p.)
- Isabelle Grell, A Vous (52 p.)
- Dieter Henecke, L'homme qui avait une jambe de bois (8 p.)
- Dieter Henecke, Bien entendu, Joséphine (12 p.)
- Christophe Lemardelé, Le Désir (50 p.)
- Ange, Dehors (202 p.)

mardi 14 avril 2009

992. Gabriel Matzneff à Strasbourg

Les Strasbourgeois et les amateurs du TGV est qui se demandaient que faire jeudi en fin d'après-midi ont leur réponse : l'excellente librairie Kleber organise une "Conversation avec Gabriel Matzneff" à propos des Carnets noirs 2007-2008 qui sera passionnante, croyez-moi (je suis un peu devin).

Le rendez-vous est jeudi 16 avril à 17 h 30.
La librairie Kleber est au 1, rue des Francs-Bourgeois.
On peut l'appeler au 03 88 15 78 88.
Vous savez tout.

vendredi 10 avril 2009

991. Les m@nuscrits de la semaine. 10.04.09

- Arthur Morneplaine, Journal d'Éric Blair (novembre 1938-Janvier 1939), Villa Simont (38 p.)
- C. Gérald, Essai de pataphysique appliquée (8 p.)
- Guillaume Rouvière, La Bibliothèque (16 p.)
- Guillaume Rouvière, Les Cent pas (8 p.)
- JeffJoubert, Chienne de vie (114 p.)
- JeffJoubert, Droit d'asile (94 p.)
- Le Rimailleur, Les Chroniques d'Oneiros (56 p.)
- Patricia Laranco, Errances (46 p.)
- Valérie Sourdieux, Tout un Silence (126 p.)
- VKI, Déliés 1988 (20 p.)

990. Plasticité destructrice (2) Comment c'est !?

Sur le site Comment c'est !?, ce très bel article : Penser l'accident, l'accidenté à Propos du livre de Catherine Malabou, Ontologie de l'Accident. Essai sur la plasticité destructrice.

C'est un texte lumineux, un livre tout en lueur d'espoir et concise générosité. Catherine Malabou entend donner la dignité de la pensée à l'impensé, à ce qui, chez les nouveaux blessés de la société, échappe à l'être et n'intéresse plus personne. Les individus lésés de leur vie, considérés comme incurables, basculés de « l'autre côté » et que les sciences (humaines ou médicales) se contentent d'accompagner, d'encadrer, d'observer de loinâ?¦ Ces gens à qui on ne pense plus vraiment comme des personnes mais comme des problèmes à gérer. « â?¦ identités scindées, interrompues soudainement, désertes des malades d'Alzheimer ; de l'indifférence affective de certains cérébro-lésés, des traumatisés de guerre, des victimes de catastrophes, naturelles ou politiques. » Un champ très vaste où les sujets subissent des « transformations qui sont des attentats ».

Lire la suite

mardi 7 avril 2009

989. "Danse avec ma mère" de Béatrice Shalit

En librairie depuis mercredi : le nouveau roman de Béatrice Shalit, Danse avec ma mère, un livre que (par définition) j'ai lu et relu, et qui me reste aussi énigmatique que lorsque je l'ai découvert ; qui n'a rien perdu de son charme singulier. Je vous laisse en découvrir l'intrigue (voir le résumé sur sa page). Ce dont je peux témoigner, c'est que tout ce qui le compose, tous les thèmes, souvent terribles, qu'il traverse, maladie, angoisse de la mort, secrets et cauchemars familiaux, jusqu'au souvenir de la déportation, se nouent et se dénouent sur un tempo tellement vif qu'on en sort comme d'un rêve. L'humour constant, la légèreté de touche de Béatrice Shalit lui permettent de nous emmener où elle veut. Elle réussit, avec les moyens les plus invisibles, à faire de son roman, qui pourrait n'être qu'une comédie, ou qu'un drame, l'un et l'autre à la fois, et quelque chose de plus, qui est, pour résumer mon état d'esprit, assez enchanteur. Il serait triste (pour eux) qu'un tel livre ne trouve pas ses lecteurs.

dimanche 5 avril 2009

988. Bio.(16)

Automne 1984, Canal + commence à émettre. Je quitte le Groupe Havas pour Publicis. L'expérience Havas a été passionnante pour moi, j'y ai découvert l'action, le pouvoir, le travail, (le vrai) : avec un problème à régler toutes les dix minutes; mais je ne me suis jamais senti chez moi. En arrivant chez Publicis, chez Marcel B B et Maurice Levy, j'avais l'impression de rentrer à la maison.
Je participe à la création de Publicis Contellation, qui propose une offre de "communication globale". C'était le début de cette mode qui consistait à faire travailler ensemble des agences spécialisées autour d'une même stratégie "corporate" (ici, autour de l'agence Success de Henri Baché). Mais, surtout, je m'investie dans les nouveaux médias. Comme je l'avais fait pour Jacques Driencourt chez Havas, je recrute un jeune assistant pour travailler avec moi. Il vient de terminer Science Po : Jean-Matial Lefranc. Nous allons dans un premier temps (84-85) développer un projet de chaîne commerciale privée nationale. Une société est crée dans cette perspective (Publicis/Europe 1). Nous travaillons avec l'idée que le marché est trop étroit pour accueillir plus d'une seule chaîne privée. C'est à ce moment là que Mitterrand sort Berllusconi de son chapeau et son projet surprenant de 5e chaîne. Le pouvoir politique prétend qu'il y a la place pour deux réseaux privés.
Europe 1 et le Groupe Lagardère préfèrent passer leur tour et attendre sagement les élections de 86, (tout le monde donnant la gauche perdante), et la privatisation d'une grande chaîne nationale.
Nous voyons l'entourage de Chirac qui, à tout prendre, préfère encore que ce soit nous plutôt que le projet Séguéla/Libé et nous donne le feu vert pour être candidats sans conséquence négative en cas de victoire aux élections. Nous constituons un nouveau tour de table autour d'une chaîne pour les djeuns, d'abord musicale puis, en se développant, concurrente de TF1 dont on commence à pressentir la privatisation. Il y a là Gaumont, Gilbert Gross, mais aussi NRJ, CBS, Polygram, Virgin. Ce sera la 6e chaîne, nous n'avons jamais cru que la 5e pouvait réussir sur un marché aussi étroit. Dans mon esprit, il fallait commencer "profil bas" en attendant que le réseau d'émetteurs se développe. Commencer "musical et djeuns", c'était parfait.
Nous gagnons la compétition et je négocie donc mon deuxième contrat de concession de service public (je commence à savoir faire) et je retrouve, avec les industries phonographiques le même genre de problèmes à régler qu'avec l'industrie du cinéma pour Canal +. On me demande de diriger la nouvelle chaîne que je viens de créer : TV6. J'accepte, bien que ce ne soit pas ma "tasse de thé". J'aime bien concevoir et créer des nouveaux medias, c'est une activité excitante, mais je n'aime pas trop la gestion des medias eux-même, la télévision en particulier. En fait, je n'avais pas vraiment le choix, et MBB m'en voulait tellement de lui avoir "volé" son argent pour m'amuser avec un "truc" (qui n'arrivait pas à la cheville de Radio Cité). Nous nous croisions souvent le samedi matin, il me demandait invariablement si je ne connaissais pas un certain Léo Scheer. Invariablement, je lui répondait : "non, je ne vois pas, il a d? quitter le Groupe", puis nous passions un moment à dire du mal de ce "jeune voyou irresponsable" qui avait osé détourner de telles sommes pour faire une télévision qui risquait, en plus, de nous f?cher avec Chirac (son ami).
Après l'élection, comme cela arrive parfois, le nouveau pouvoir ne tient pas sa parole, annule la concession, mais nous demande de négocier avec les nouveaux "boss" de la Lyonnaise des eaux. Berlusconi a bien accepté de le faire avec Hersant...nous n'allons pas être plus susceptible que lui. Donc nous négocions, je parle avec Nicolas de Tavernost, ça se passe plutôt bien, jusqu'au moment où nous abordons la question de la Présidence de la chaïne : Maurice Levy veut la garder, Chirac ne veut pas qu'il la garde. C'est l'impasse.
Du coup, cet épisode de la télévision sera totalement occulté. Les nouveaux actionnaires de ce qui s'appellera désormais M6 n'ont pas trop envie d'insister sur les conditions de leur prise de contrôle, Maurice Lévy l'a vécu comme un échec (ça ne lui va pas) et définitivement refroidi sur la politique, quant à MBB...Pendant une année supplémentaire je vais m'occuper, nommé par l'Etat comme administrateur de la liquidation, puis devant le Conseil d'Etat, des indemnités de ce contrat de 18 ans. (très instructif et particulièrement positif dans ses retombées; sans doute une des plus belles opérations financières de l'histoire de la télévision).
En fait j'ai adoré cette période, nous avons co-produit quelques 200 clips (c'était les débuts en France), la moyenne d'?ge était entre 20 et 30 ans, quelques débutants devenus célèbres comme Jean-Luc Delarue ou le réalisateur Massimo Manganaro. Et surtout, pour moi, ce qui allait changer ma vie : la rencontre avec Nathalie. Premier dialogue assis dans le canapé de l'entrée de TV6 à 21h : "Vous avez l'air fatigué." " Oui. J'ai quitté ma mère pour vivre avec ma femme. J'ai quitté ma femme pour vivre avec ma maîtresse. Je suis en train de quitter ma maîtresse, et je suis très fatigué". "Et qu'allez vous faire maintenant ?" "Je vais m'amuser pendant deux ans." "Et puis?" "Je rencontrerai une femme qui sera la femme de ma vie et je l'épouserai. Vous en connaissez une ?" "Oui, moi."

Bio N? (1), (2), (3), (4), (5), (6), (7), (8), (9), (10), (11), (12), (13), (14), (15)

vendredi 3 avril 2009

987. Les m@nuscrits de la semaine. 03.04.09

- Babouk, Internet comme il va (10 p.)
- Jean Houraà, Épices et autres délices (10 p.)
- Khun San, Charitable paradoxe (6 p.)
- Marco, Aux Portes du palais (10 p.)
- Raphaël Rosay, Cité d'urgence (198 p.)
- RipRip, Djino - Formule inversée (72 p.)
- Tefal, Meurtres à la banque (136 p.)
- Toba, 106 Ans dans la rue (12 p.)
- VKI, Déliés 2005 : Au Marché de la poésie (4 p.)

jeudi 2 avril 2009

986. POURQUOI ECRIT-ON CERTAINS ARTICLES ?

Baisse de l'audience. Chute des recettes publicitaires. Un jour on décide d'essayer de réanimer le support en "perte de vitesse". La méthode ? "Flinguerâ? des livres, se "payer" des auteurs. Une fois par semaine. Cette recette, aujourd'hui bien connue, fut initiée par la télévision (Ruquier, "Éa balance", etc.). Oui, mais voilà, lorsqu'on est un supplément hebdomadaire spécialisé dans les livres, c'est plus compliqué. Il ne faudrait pas finir par perdre, avec cette nouvelle politique, les plus gros annonceurs (certains éditeurs qui croient encore à la rentabilité de ce genre d'investissement publicitaire). Si on pouvait, en plus, leur faire plaisir, ce serait encore mieux. Pour cela, le secret : bien choisir le petit 'porte-flingueâ? qui va exécuter ce genre de "basses ?uvres" (parce que, quand même, tout ça craint ; cela risque même de devenir un peu déshonorant). Alors, finalement, on se dit : "pourquoi ne pas faire écrire ces 'certains articles' par des employés ou des auteurs-maison, pas la maison mère, une petite filiale, pas un grand auteur, un petit, au point où on en est..."

Donc voici

Archives Syndication
septembre 2017 (245)
août 2017 (220)
juillet 2017 (174)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (205)
septembre 2016 (245)
août 2016 (220)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (205)
septembre 2015 (245)
août 2015 (220)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (205)
septembre 2014 (245)
août 2014 (220)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (205)
septembre 2013 (245)
août 2013 (220)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (205)
septembre 2012 (245)
août 2012 (220)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (205)
septembre 2011 (245)
août 2011 (220)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (205)
septembre 2010 (245)
août 2010 (220)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (205)
septembre 2009 (245)
août 2009 (220)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (205)
septembre 2008 (245)
août 2008 (220)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (205)
septembre 2007 (245)
août 2007 (220)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top