Ce soir encore, voilà glissé d'un ton patenôtre que je propose "un contrat d'exclusivité" ' mais non, cher Léo, au contraire toute l'approche juridique du contrat auteur publie.net est basée sur un principe de non-exclusivité. Et cela ne me gênerait en rien qu'un manuscrit que nous aurions publié reste présent en version gratuite sur m@nuscrits : ce que nous proposons de radicalement différent de votre démarche, c'est une réflexion sur la mise en page, l'ergonomie écran, l'intégration métadonnées des notices éditoriales, une diffusion par abonnements (la révolution que constitue l'accès à distance dans les bibliothèques), et, surtout, ce que vous exprimez quant à l'édition (et grand respect pour vos collections, le travail de LaureLi sur Bessette pour seul exemple 1 : catalogue, travail de préparation et mise au point du texte avec l'auteur.

Donc des partis pris très différents de votre propre modèle, mais le web est assez grand : il y a largement de la place pour des explorations complémentaires, ou divergentes, et ce qui nous intéresse ce n'est pas qu'un texte puisse fournir, après purgatoire, un livre papier comme les autres, mais ce que le numérique ouvre à l'écriture même, et qui fait que le papier y devient progressivement insuffisant.

Là encore, des mondes progressivement complémentaires. Nous avons déjà accueilli à plusieurs reprises des auteurs publiés (papier) dans votre maison, Vincent Eggericx ou Emmanuel Tugny et là on est dans bon dialogue, bonne complémentarité, entre publication numérique et édition livre. Quant au choix de Laurent Margantin de nous proposer L'Enfant neutre, il s'agit d'un texte dont j'avais pris connaissance, pour éventuelle publication au Seuil, bien avant que Laurent l'installe sur m@nsucrits, au tout début de l'expérience : c'est par obligeance pour vous que je n'ai pas mentionné ce transfert, comme vous dites élégamment.

Et rassurez-vous, s'il s'agissait dans ce cas d'un auteur dont on connaît de longue date l'engagement web, notamment avec La revue des ressources, nous n'avons jamais eu l'intention de vous retirer le moindre auteur parmi ceux qui affluent dans vos m@nuscrits, et bonne chance avec ceux que vous comptez inviter.

Je me souviens aussi de vos voeux de bonheur : « Ah, quand il se frottera à l'économie réelle ». Ben on s'y frotte, et ça ne passe pas si mal. On souhaite donc le meilleur succès, et chemin vers l'exigence, à votre collection m@nuscrits ' et vous ne trouverez jamais sur tiers livre d'attaques de commentateurs à votre égard. J'espère quand même, à terme, la réciproque.

© François Bon, le blog|journal _ 2 juillet 2009

1 h?te aussi de rapporter de chez mon libraire le prochain livre d'Eric Vuillard, pourquoi ne pas réserver vos piques à ceux qui ne s'y collent pas, à Internet, n'ont même pas compris le caractère vital d'une implication web 2.0 dans les sites de leurs maisons d'édition ?

Répondre à cet article..."