Dahlia dès la première page nous plonge dans un univers sado-masochiste : une jeune femme amoureuse, Anabel, a ligoté et b?illonné son ancien amant, Verlaine dans son appartementâ?¦ Posément, tranquillement, elle fume devant lui une cigarette. Ne vous attendez pas ensuite à une scène de torture ou de sexeâ?¦ En cela, les habitués du blog de Dahlia pourront se montrer surpris de sa sagesse, de sa retenueâ?¦ Anabel s'est introduite par effraction chez Verlaine pour régler avec lui ses comptes : celui-ci s'est contenté de rompre avec elle deux mois auparavant par simple SMSâ?¦



Ce n'est donc pas à une torture physique que la jeune femme soumet son amant mais psychologique. Elle veut être écoutée, mais n'attend pas de réponse. L'heure n'est plus aux justifications ni à la compréhension. Anabel veut, non pas se venger, mais mettre Verlaine devant ses responsabilités et lui dire en face ses quatre vérités.



La jeune femme retrace leur histoire et revient longuement sur les pratiques sadiques que Verlaine lui imposait et auxquelles elle acceptait de se soumettre, honteuse. Parallèlement, Verlaine, réduit au silence, se remémore ces mêmes souvenirs en remontant le temps jusqu'à leur première rencontre. Les chapitres alternent ainsi la version d'Anabel et celle de Verlaine.



Mais si au commencement du livre, le corps avait une place centrale, il laisse peu à peu la place aux sentiments. Ouiâ?¦ Adore se révèle être un roman sentimental. Anabel a percé le mystère de Verlaineâ?¦ Loin d'être un vicelard, celui-ci est plutôt un être sensible qui refuse de s'engager.



Après avoir refermé ce livre, on se dit que Dahlia y a mis beaucoup de son propre vécuâ?¦ Le caractère fermé et insensible de Verlaine est sans doute trop proche de l'image qu'ont les femmes des hommes. Ceux-ci seraient distants parce qu'ils auraient peur de l'engagement, mais les femmes, plus fines, seraient capables de déceler leur psychologie. Certesâ?¦ Mais cette vision demeure quelque peu simpliste. La fin est encore plus déconcertanteâ?¦ Comment un homme, si attaché à son indépendance, se métamorphose-t-il si radicalement ?



Adore est un premier roman, écrit dans une certaine urgence, Dahlia affirmant y avoir consacré six mois seulementâ?¦ S'il ne m'a pas bouleversée, il m'a cependant séduite. J'ai aimé cette ambiance sensuelle, ces références cinématographiques et picturales... Au final, il serait dommage de bouder ce plaisir, même s'il est éphémère.