Le vendredi 31 juillet 2009 à 18:51 : Je ne sais pas si c'est l'article de Wrath intitulé, je crois : Léo Scheer éditeur ou escroc qui irrite l'intéressé. Mais c'est d'une grande maladresse en plus d'être complètement faux, malvenu, en tout cas dans le domaine de l'édition. Un escroc gagne de l'argent en abusant les autres, alors que léo en perd en se faisant plaisir au détriment de certains, toujours consentants et prêt à signer un contrat pour vendre ce qu'on pourra, c'est toujours marqué en filigrane.

C'est tout à fait légal, si tout le monde est d'accord pour travailler pour quelques exemplaires vendus.

Moi, il faudrait au moins un tapis rouge pour me faire remuer un cil pour jouer les pitres avec les autres pitres, en plus d'écrire.

Par ailleurs, à quoi bon jouer les maudits et écrire, pour les générations futures dont on se fiche encore plus que de l'actuel. Cela devrait servir d'exemple. Mieux vaut emporter ses secrets dans la tombe, que d'ajouter inutilement une pierre au sinistre édifice.Le vendredi 31 juillet 2009 à 16:33 : Si je trouvais des mécènes à "la hauteur de ma grandeur" je pourrais facilement devenir le nouveau Fellini. Je vous dépeindrais non pas tel que vous vous voyez, mais tel que vous êtes. Des vilains pas beaux ou des clowns tristes. Je ne vous louperais pas. On ne gagnerais pas un sou, ce siècle avec ça. ^ô^ L'important c'est de participer. ^ô^

Le vendredi 31 juillet 2009 à 19:14 : Ce n'est pas d'écrivaillons dont vous avez besoin pour faire "un malheur", c'est de phénomènes, mais les phénomènes, qui sont par ailleurs de vrais écrivains, sont surtout peu malléables, dérangeants pour l'élite officielle, que l'on condamnerait au ressentiment perpétuel. C'est cela la suprême contradiction, vous voudriez de grands artistes pour vous enrichir véritablement, mais vous ne voulez pas qu'ils vous fasse de l'ombre dans les soirées.

Dans les milieux autorisé, tous les artistes en place Houellebecq, Nothomb, Angot etc.. font l'objet de raillerie permanente. Idem des musiciens qui ne valent rien et qu'on jette après emplois.

Michael, Elvis, Marylin, Bardot... on les a volontairement détruit, après qu'ils aient rapporter des fortunes, pour ne plus qu'ils gênent moralement ceux qui s'estiment plus grands juste parce qu'ils financent. C'est cette mentalité misérables qui pourrit tous les secteurs, dans lesquels on se suicide à tout va pour ne plus subir l'esclavage mental.

Le vendredi 31 juillet 2009 à 20:01

Pour la plupart, vous ne pensez qu'avec vos pieds. La société serait bien différente sans votre "vision du monde". Vous vous abrutissez avec la télévision, le net, alors que se sont de fabuleux outils pour tout démystifier, pour vous élever. Chaque regard, chaque attitude, les petites phrases, dans tout ce qu'on voit... Facile de bien comprendre ce qui se passe de pourri dans le royaume du Danemark. Faut-il que vous le soyez pareillement, pour vous laissez porter comme cela, avoir tout accepter, avoir tout fait.

Léo, qui a passé toute sa vie dans les nouvelles technologies et dans les chiffres, n'a pas de place pour d'autres croyances plus subtiles, d'autres mécanismes qui nécessite d'autres formes de perceptions... Dans sa vie, tout est très clair et dénué de magie pour lui, ou alors ce n'est que de l'illusionnisme, comme pour vous d'ailleurs.

Toute votre vie a été chronométrée, organisée, balisée, selon des parcours établis bien avant vous. Cette image de vous, ce n'est pas vous, c'est ce à quoi vous avez accepter de ressembler, ce pour quoi vous vous êtes formatés. Qu'est-ce qui vous appartiens, que d'autres non pas ? Tout votre vécu c'est du "déjà vu"

Pour vous, comme pour la plupart, tout semble évident. Voilà la vie, voilà la mort. Entre deux, de l'or et des filles.

Pourtant ces gadgets, la technologie, les mégapoles, l'industrie, ne pèsent rien en comparaison de la complexité du monde, de la moindre créature créée que l'on croit connaitre gr?ce aux froides méthodes scientifiques, elle-même stupidement mécaniques et matérialistes, tout pleins de gadgets.

Et comme l'illusion est collective, vous vous pensez bêtement sur la bonne voie, sans cela vous prendriez plus de risque pour mieux comprendre ce qui vous est arrivé de grave à la naissance.

Certaines espèces d'insectes dégénérées à cause du manque de chaleur, par exemple, vivent et se perpétuent quand même, il n'y a que celui qui connait qui voit qu'ils sont foutus.

Le vendredi 31 juillet 2009 à 18:12 : Si prévisible Alex, qui devrait pourtant savoir que c'est ceux qui s'y entendent le moins qui focalisent le plus. Il fut un temps il fallait vous cacher les pieds des pianos pour pas que ça vous démange.