Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



vendredi 25 septembre 2009

1115. Les m@nuscrits de la semaine 25.09.2009

- Elsa Cadier, Mes psys et moi (ou comment pardonner à ceux qui m'ont offensé)
- dionisi, Jean-Anatole
- Carla., L'intime démesure
- Manuel Montero, Centaure en pyjama
- Manuel Montero, Enfermera de noche (bilingue)
- Jean Houraà, Le globe et le girofle
- Marianne Desroziers, La disparition de la photo
- Robert, Hiver Minimus et l'Etrange Disparition du Mage Servile
- Rachid Meniri, Kassim et les amandiers
- Christophe Samarsky, La Mécanique de l'oubli
- Nicéphore Pétrolette, Jésus trou-du-cul
- Jean Houraà, Les saisons de l'ombre
- Julien Martin, Serpentaire
- Julien Martin, Récoltes
- Eric Meije, Un risque à courir
- Ender, Odyssée
- denis de murcia, Mon fils(Louis)
- Benoît Demeaux, Le réparateur de girouette
- denis de murcia, H1-N1 (la fin du monde ?)
- Carmiquel, LA PAYE DES MOTS /2/
- Fred Oberson, Henri Pot-de-Terre, artisan potier
- Ouam-Chotte, B268
- Eric Meije, Au col, suivi d'une présentation des nouvelles de Eric Meije (par Virginie D)

1114. VALEURS ACTUELLES

Demain, samedi 26 septembre à 14h, je participerai à une table ronde organisée par Abeline Majorelle de Chroniques de la rentrée littéraire sur le thème : La critique et le bloggeur littéraire et son intégration dans des stratégies d'édition. Ce Bookcamp aura lieu à La Cantine, 151 rue Montmartre, 12 passage des Panoramas, 75 002 Paris.

C'est un sujet qui commence à intéresser beaucoup de monde comme l'écrit Julie Malaure, le 24-09-2009, dans Valeurs Actuelles (Article signalé par Stalker à qui je dois probablement d'y être mentionné), peut-être une nouvelle façon de comprendre le titre de ce journal :

Le tout-à-l'ego des blogs littéraires

Internet. Quand la critique de livres se fait sur les écrans.Tour d'horizon du meilleur et du pire.

Par Julie Malaure, le 24-09-2009

Quelle influence ont-ils sur le monde de l'édition ? Sont-ils prescripteurs auprès du public ? Ou ne s'agit-il que de 'beaucoup de bruit pour rienâ? ?

Ils s'appellent Polémikoeur, White Spirit, Ouam-Chotte, Clopine Trouillefou, Pag, et ils commentent, discutent ou déblatèrent, selon la polémique du jour, sur une échelle qui va du dithyrambe à la diatribe dans les salons littéraires du XXIe siècle : les blogs.

Lire la suite

jeudi 24 septembre 2009

1113. Só, Nemeton

Emmanuel Tugny, dont vous connaissez, je l'espère, Corbière le crevant ' une traduction de ce livre sort d'ailleurs en ce moment-même au Brésil, chez Sulina ' ainsi que Mademoiselle de Biche ' sans parler de ses chansons dans le Ralbum et de ses textes dans Écrivains en séries (notamment sa fine résolution du mystère Columboâ?¦) ', écrivain et musicien hyperactif sous le soleil du Brésil, vient de sortir un album, Só, que je ne saurais trop vous conseiller, tout comme je ne me priverais pas de vous inciter à vous ruer sur Nemeton, fraîchement mis en ligne par François Bon sur Publie.net, texte-opéra accompagné d'une chanson de John Greaves ' que je n'aurais pas l'indélicatesse de présenter. Jetez-y quelques oreilles, cela vous permettra de patienter jusqu'à la sortie du Silure d'Emmanuel Tugny, à paraître chez Laureli/Léo Scheer en janvier 2010.

1112. Pop philosophie à Marseille

Du 1er au 7 octobre, sur une proposition de Jacques Serrano, se déroulera à Marseille « la Semaine de la pop philosophie ». Elle réunira des intellectuels de la scène philosophique française, des personnalités du monde de l'art contemporain, des écrivainsâ?¦ autour de sujets aussi divers que les films d'horreur, le football, le monokini, Barbara Cartland, la musique popâ?¦ Léo Scheer, Bastien Gallet, Joseph Mouton et moi ' ayant écrit dans Écrivains en séries respectivement sur É la Maison blanche, L'Hôpital et ses fantômes, Code Quantum et Dexter ' avons été invités à y parler de séries télévisées vendredi 2 octobre à 19 heures au Pôle Média de la Belle de Mai.

Programme complet de la Semaine de la pop philosophie.

Article d'Aude Lancelin sur le site Bibliobs.

lundi 21 septembre 2009

1109. Le blog Judiciaro-Littéraire d'Emmanuel Pierrat

Emmanuel Pierrat est notre avocat, il est aussi l'auteur de plusieurs livres aux ELS, nous sommes associés dans les éditions Cartouche, Emmanuel est un ami, au point qu'il a accepté de suivre, en personne, les négociations avec l'avocat de l'hébergeur de Wrath pour notre affaire de diffamation. Comme il est insomniaque et qu'il lui restait quelques heures pour s'activer, il a lancé un blog judiciaro-littéraire d'un genre nouveau (subtil et drôle) qu'il faudra suivre de près.

1107. Zazie dans le Web Zéro.

Tournant important dans la courte histoire du Web dans le domaine du livre : Isabelle AVELINE vient de décider d'interrompre le réseau social de lecteurs ZAZIWEB après 13 année d'existence. Comment comprendre cet événement et ce qui peut en découler?Explications dans un billet sur son site :

Lire la suite

samedi 19 septembre 2009

1106. Saphia dans le Grand Journal de Canal+

J'avais annoncé le passage de Saphia chez Ruquier, je n'ai pas eu le temps de le faire pour le Grand Journal de Canal+. Comme c'est "multi-diffusé" c'est aussi l'occasion de montrer une autre photographie de la série de Julien Cauvin et d'évoquer la suite des Confidences à Allah : après le thé?tre, une adaptation au cinéma réalisée par l'auteur. Je crois bien qu'il y a écrit TRAVAILLE sur le tableau.

1105. Bio.(18)

Maurice Rheims, le père de Nathalie, n'était pas, comme le dit Hélène Carrère d'Encausse, et comme il le pensait lui même : "une exception à la règle" mais "un homme exceptionnel". Se retrouvaient chez lui des aspects qui ne se rencontrent que très rarement chez une même personne : séduction et malice, mais aussi gentillesse et bonté profonde; légèreté, curiosité, élégance absolue mêlés à une distance sans illusions dans la quête tragique de la beauté, celle des objets, des êtres, des femmes. C'est la personne la plus extraordinaire que j'ai rencontré et il fut, pour moi, un deuxième père. Il est présent dans chacun des livres de Nathalie, en particulier dans Les Fleurs du silence et Le Rêve de Balthus.

Nathalie ne voulait pas une rencontre conventionnelle. Connaissant son go?t pour l'image et ses dons de conteur, elle lui proposa de faire, ensemble, une émission de télévision consacrée à l'art qui reprendrait le titre de son célèbre livre : Haute Curiosité. Nous avons réalisé la maquette d'un magazine mensuel d'investigation sur les dessous du monde et du marché de l'art. (Une autre façon d'aborder ce sujet si difficile à traiter à la télévision). Le fait d'être le producteur de cet homme qui m'impressionnait et de sentir qu'il dépendait un peu de moi pour sa présence à l'antenne, (ce qui lui importait au plus haut point), fut une bonne entrée en matière.

L'émission, proposée à Antenne 2 fut immédiatement acceptée par Sylvie Genevoix qui dirigeait alors les programmes culturels de la chaîne, puis diffusée pendant trois ans (87-90) tous les mois et co-présentée par Claude Sérillon, qui venait d'être renvoyé du 20h pour des raisons politiques et qu'une telle proximité avec un ami intime de Jacques Chirac ne pouvait qu'aider à "sortir du placard". Bizarrement, il n'en reste aucune trace sur le site de l'INA. (Les enquêtes menées avec une grande liberté n'étaient peut-être pas du go?t de tout le monde, peut-être même au sein du Conseil d'Administration de la chaîne.)

Maurice Rheims, né en 1910, avait, lorsqu'il présentait son émission, entre 77 et 80 ans et il s'amusait comme un jeune homme; il ressemblait au personnage de L'Homme pressé de son ami Paul Morand.

En travaillant avec lui pour cette émission, en vivant avec lui, j'ai découvert son rapport magique, quasi chamanique avec les oeuvres et les objets. Ainsi, ce fameux Fauteuil N?32 (Celui de l'Académie) qu'il occupait depuis 1976 et qu'il aimait tant. J'ai cru apercevoir son sourire et un clin d'oeil malicieux à l'idée qu'il n'y était toujours pas remplacé et que son éloge sous la coupole n'avait toujours pas été prononcé.

Préviously on Bio/Blog : Episode N? (1), (2), (3), (4), (5), (6), (7), (8), (9), (10), (11), (12), (13), (14), (15), (16), (17)

vendredi 18 septembre 2009

1104. Les m@nuscrits de la semaine 18.09.2009

- Manuel Montero, Le Louvre en blanc et noir
- denis de murcia, H1-N1
- Benoît Demeaux, Déréliction
- Sébastien Bayle, Dans la cage
- Kharmoudi, La fille du passé
- aminebenzenine, hybridite creative
- Eric Meije, Guerre civile
- Eric Meije, Dangereuse expédition
- Eric Meije, Manoeuvres
- Benoit Deville, VOIX
- Otto Kasinsky, La couleur de ma haine (histoire d'un viol).
- Paul Bunyan, Quand la faim nous pousse
- Julien Martin, La Chose Perdue
- Eric Meije, Retours difficiles
- cantarel bienquécrit, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du babouin
- Paul Bunyan, Un rel?chement
- Manuel Montero, Transvampirismo
- Eric Meije, Une visite
- Jean Houraà, Le bon go?t d'Apicius
- Jean Houraà, La mort vous entre par la bouche
- Jean Houraà, La vérité de Pythéas
- le rimailleur, La vie comm'j'te pousse
- denis de murcia, De l'homme à l'Homme (introduction à la philothérapie)
- Corentin, HUMAN GENOME
- Corentin, Néant
- konsstrukt, mon cul
- Serge ULESKI, Confessions d'un ventriloque
- Julien Martin, OUTRE-RHIN
- cantarel bienquécrit, football boys (part one)

mardi 15 septembre 2009

1103. "Mon père est femme de ménage" de Saphia Azzeddine par Marie Lebrun.

Post Sriptum pour un 2ème roman :

"Saphia Azzeddine avait publié chez Léo Scheer Confidences à Allah. Ce premier roman remarqué a fait l'objet d'une adaptation théâtrale saluée par la critique. Dans son nouveau roman, Mon père est femme de ménage, Saphia Azzeddine a choisi comme héros Paul, un adolescent que tout le monde appelle Polo, et qui vit dans une de ces cités pour pauvres et miséreux de la région parisienne. Le gamin a honte de sa famille et il a des raisons d'avoir honte, Paul: son père est un prolétaire qui fait la femme de ménage, métaphore employée pour remplacer le politiquement correct 'technicien de surfaceâ?, sa mère est une espèce de monstre égoïste et inculte qui passe ses journées vautrée à regarder la télévision (même la cuisine, elle est trop feignante pour la faire debout); sa soeur, enfin, est une 'pouffeâ? dont les deux seules ambitions sont d'apprendre à poser des faux ongles et de gagner le concours de beauté régional.

Lire la suite

1101. ''Un roman français'', Frédéric Beigbeder, par Angie David (RL #41)

Frédéric Beigbeder, Un roman français, Grasset, 2009, 288 pages, 18 euros

L'histoire de Frédéric Beigbeder, auteur et héros d'Un roman français, pourrait se résumer en cette phrase : « Je venais d'apprendre que mon frère était promu chevalier de la Légion d'honneur, quand ma garde à vue commença. » Embarqué par la police devant le célèbre club parisien Le Baron en janvier 2008, au milieu de l'avenue Marceau, dans le VIIIe arrondissement de Paris, pour prise de cocaïne avec Simon Liberati, « le Poète », sur un capot de voiture, Frédéric Beigbeder, grelottant sur le sol en béton crasseux du dépôt, fait le point sur sa vie. Comment en est-il arrivé là ? La scène d'arrestation est à hurler de rire. Oubliant que la drogue est absolument interdite par la loi française, qui ne la tolère même pas pour ceux qui ne font que la consommer, sans dealer, les deux écrivains sont étonnés à l'approche d'une voiture avec gyrophare, qui semble vouloir leur transmettre un message secret. P. O. L. I. C. E. Quésaco ? Sans réfléchir, ils se mettent à courir en remontant l'avenue, croyant pouvoir échapper à ce triste sort, et n'ont même pas le réflexe de jeter les trois grammes de cocaïne dans le caniveau. Le délit de fuite est de courte durée. « La vie est un cauchemar », hurle le Poète en prenant une voix d'alcoolique notoire, agaçant un peu plus les policiers qui viennent de les surprendre en flagrant délit. « Le Policier : ' Vous essayer de jouer au plus con avec moi ? Le Poète : ' Non, vous seriez sssûr de gagner. » Ils finissent naturellement la nuit en garde à vue, puis, chose plus choquante, au dépôt, où Frédéric Beigbeder découvre le traitement inhumain que l'on réserve aux petits délinquants dans ce pays respectueux des droits de l'homme. De plus, comme il est célèbre, l'auteur va même servir d'exemple pour démontrer l'efficacité des flics sous la présidence Sarkozy.

Lire la suite

lundi 14 septembre 2009

1102. La Revue Littéraire #41

Le nouveau numéro de la revue, entièrement consacré à la rentrée littéraire, est en librairie. Nous mettrons progressivement en ligne des extraits des trois entretiens, ainsi qu'un choix parmi les trente-quatre notes de lecture. Nous avons d'ailleurs déjà commencé, avec celle d'Angie sur Beigbeder. Nous publierons également, comme les années précédentes, des notes inédites dans la version papier, dont les vôtres, si vous souhaitez évoquer des livres que nous aurions négligés ou ceux que nous publions, puisque nous nous interdisons d'en traiter nous-mêmes, ce qui est parfois bien frustrant.

1100. Jean-Clet Martin, La Chambre, par Anne-Françoise

Hier, dimanche 13 sxeptembre 2009, Anne-Françoise professeur de lettres à Mulhouse a publié une analyse intéressante de La Chambre de Jean-Clet Martin (Deuxième livre de la collection M@nuscrits) sur le site DE SEUIL EN SEUIL qui s'ouvre par cette phrase de Paul Celan : Fais que ton oeil dans la chambre soit une bougie, ton regard une mèche, fais moi être assez aveugle pour l'allumer, phrase qui convient particulièrement au livre de Jean-Clet Martin, professeur de philosophie, dont La Chambre est le premier roman. Cette note, par sa limpidité, sa simplicité, contredit l'idée fausse de livre difficile.

"Qu'y a-t-il à l'origine d'un roman ? Trop souvent, le besoin presque maladif de se raconter, de donner une importance démesurée à sa petite vie. Le piège de l'autofiction guette la plupart des auteurs d'aujourd'hui, réduisant l'écriture romanesque à un exercice nombriliste et, il faut l'avouer, peu intéressant pour le lecteur. Mais parfois, le hasard (ou le destin) favorise la rencontre avec un texte hors norme, évitant avec intelligence et brio les embûches narcissiques dans lesquelles tombent très souvent les romanciers d'aujourd'hui. La Chambre de Jean-Clet Martin fait partie de ces heureuses et trop rares surprisesâ?¦"

Lire la suite

samedi 12 septembre 2009

1099. Les Séditions de Karl Mengel par Raphaël Labbé

Dans la bibliothèque de Raphaël Labbé :

Les séditions de Karl Mengel collection M@nuscrit éditions Léo Scheer

Le web a provoqué des mutations lourdes, médiatiques et stylistiques, il suffit de regarder la presse pour s'en convaincre. Ainsi, il m'est souvent arrivé dans des conversations autour de l'écriture d'évoquer la possibilité d'une forme nouvelle: une écriture « numérique ». Les hypothèses qui reviennent souvent sont celles du multimédia ou de l'hyper textualitéâ?¦ mais on parle alors de la forme et pas du fond. Et bien cher lecteur je suis heureux de vous présenter un texte qui a été nourrit au sein numérique.

Commençons par l'histoire : Le narrateur, officiellement traducteur aux Nations unies est en réalité un agent multiple. Par cela j'entends qu'il a retourné sa veste et a revêtu tellement d'identités que l'on ne serait dire si c'est agent double, triple ou quintuple. On est donc plongé dans le bain du roman d'espionnage à Le carré ou à la Clancy mais Jason Bourne n'a qu'a bien se tenir car son petit frère Karl Mengel qui est un digital native est encore plus difficile à attraper. Captcha me if you can !

Lire la suite

vendredi 11 septembre 2009

1098. "Che c’è dentro di me" di Gabriel Matzneff

Le 12 août 2009, le quotidien romain Il Foglio, après avoir déjà célébré comme il se devait la parution de ce grand livre d'amour de l'Italie que sont, entre mille autres choses, les Carnets noirs 2007-2008, a publié sur une pleine page ce texte de Gabriel Matzneff, le faisant précéder du chapeau suivant :

Cet article est écrit dans le parfait italien d'un grand écrivain français, et nous ne nous sommes pas permis d'y faire de stupides corrections.


Che c'è dentro di me

Estate 2009. Lido di Venezia. Le strade bruciano sotto il sole. Nel cinema l'aria condizionata diffonde una gradevole frescura, ma la sala gremita di ragazzini e ragazzine tra undici et sedici anni propaga un bruciore d'un altro genere : il nuovo 'Harry Potterâ?, tratto del Principe Mezzosangue di J.K. Rowling, sta per cominciare, e l'eccitatione è al colmo.
Tra questo fanciullo pubblico, sono quasi l'unico adulto, ma, giacché la parola 'adultoâ? è brutta e non mi si confà, preferisco dire (con il mio carisssimo Toto' nel film di Mario Mattoli, Signori si nasce) : sono quasi l'unico 'giovane maturoâ? e, patito di Emma Watson che recita la parte della deliziosa Hermione, cosi' irrequieto come i biondini pargoletti che mi circondano.

Lire la suite

1097. Les Séditions de Karl Mengel par Alexandra Varrin.

Oui, j'avais oublié de mettre en ligne le premier billet consacré au livre de Karl Mengel, celui d'Alex sur son blog le 25 août.

"Who the fuck is Karl Mengel ?

En dépit de quelques ridicules tentatives visant à intituler quelques fausses pistes, nul ne le sait vraiment. Et ce ne sont pas les fragments dicibles des Séditions qui nous aideront à y voir plus clair.

Les Séditions ne s'encombrent pas de convenances, de présentations formelles, d'une structure narrative classique ni même s'un décor avec lequel on pourrait se familiariser. Vous êtes dans la nuit, noire, à espérer vaguement que vos yeux finiront par s'habituer à l'obscurité et, qu'à terme, vous y verrez quelque chose.
Et puis un éclair, vif, qui zèbre le ciel et qui vous éblouit.

Vous avez tout juste le temps d'entre-apercevoir le lieu dans lequel vous vous trouvez que, déjà, vous replongez dans l'obscurité.
Vous n'avez pas le temps de vous interroger, de vous demander si vous avez bien vu ce que vous croyez avoir vu, car un autre éclair vous aveugle et c'est un nouveau décor qui s'esquisse sous vos yeux, qui s'ouvrent de plus en plus grand à mesure que vous tournez les pages.

Lire la suite

1096. Les Séditions de Karl Mengel par Peggy Sastre

Sur son blog de l'Obs, Peggy Sastre parle du livre de Karl Mengel : Les Séditions (Coll M@nuscrits) :

"Je sens mon cœur battre sous les trois badges de sécurité que j'ai autour du cou.

J'avais de l'appréhension à lire ce livre. La peur de connaître déjà les textes, de m'ennuyer, de voir l'artifice : pourquoi imprimer sur papier des textes déjà très bien sur Internet. Pour la gloire ? Pour le statut ? Pour l'objet, qu'on offre ou transmet plus facilement qu'une url, encore bloquée pour cause de fracture numérique ? Bref, je ne voyais pas ce fameux intérêt de passer du virtuel au réel, brick and mortar ' surtout que, oui, la chose n'était pas vraiment manufacturée pour devenir un best-seller, fond comme forme, et c'est là un compliment.

Lire la suite

1095. Gabriel Matzneff dans la sélection du Renaudot-essai.

Voici la sélection du Prix Renaudot-Essai :

François Mauriac, biographie intime, de Jean-Luc Barré (Fayard)

Un cœur intelligent, d'Alain Finkielkraut (Stock)

Carnets noirs, de Gabriel Matzneff (éd. Léo Scheer)

Le Lièvre de Patagonie, de Claude Lanzmann (Gallimard)

Proclamation du Prix par le Jury le 2 novembre 2009.

mercredi 9 septembre 2009

1093. Nora Hamdi.

Le troisième livre de Nora Hamdi, publié par les ELS : Les Enlacés, sortira en librairie le 6 janvier 2010.

Nora Hamdi a adapté son premier roman : ''Des Poupées et des anges'' au cinéma dans un film qu'elle a réalisé elle même. Sorti en salle en 2008, il n'a pas encore été édité en DVD (nous espérons qu'il le sera en janvier 2010 en même temps que notre livre.

En attendant, vous pourrez voir Des Poupées et des anges avec Leïla Bekhti sur Canal +
- le Mardi 15 septembre à 23h55
- Jeudi 17 septembre à 10h45
- Lundi 21 septembre: 3h20

Voici la bande annonce du film :

1092. Les m@nuscrits de la semaine 09.09.2009

- claude neuman, Adhésion
- Benoit Deville, EPARPILLES
- Jean Houraà, Lambessa
- Manuel Montero, Zarabanda
- Manuel Montero, Au fil d'un petit concert de Zsuzsanna Varkonyi
- Manuel Montero, concert de Céline Camus
- Benoît Demeaux, Prisme
- Marianne Desroziers, La couverture rouge
- Fred Oberson, La rage d'écrire
- Yannick Kujawa, Constant veut causer
- Claude Gallardo, Spongia Solis
- Nicéphore Pétrolette, Didier, petit reporter
- Benoit Deville, LITANIE
- Benoit Deville, BRISURES
- Benoit Deville, CENDRES
- Benoit Deville, AHA MAY
- Benoit Deville, POURSUIVI
- Benoit Deville, DEPOSE-MOI

mardi 8 septembre 2009

1090. Prix Wepler : 2 LaureLi dans la selection.

Les auteurs en lice sont :

David Boratav, Murmures à Beyoglu, Gallimard.

Raymond Federman, Les carcasses, Léo Scheer / LaureLi

Hélène Frappat, Par effraction , Allia.

Frédéric Junqua, Kart, Léo Scheer / LaureLi

Jérôme Lafargue, Dans les ombres sylvestres, Quidam.

Dany Laferrière, L'énigme du retour, Grasset.

Jean-Marc Lovay, Tout là-bas avec Capolino,Editions Zoé.

Catherine Mavrikakis, Le ciel de Bay City, Sabine Wespieser.

Lyonel Trouillot, Yanvalou pour Charlie, Actes Sud.

Stéphane Velut, Cadence, Christian Bourgois.

Noémi Lefebvre, L'Autoportrait bleu, Verticales.

Thierry Hesse, Démon, L'Olivier.

1089. Saphia. Interview blender de Grazia.

Pour ceux qui découvrent Saphia Azzeddine à l'occasion de la sortie de Mon père est femme de ménage ("une des plus épatantes surprises de la rentrée littéraire" selon Isabelle Bourgeois de Avantages, voici un entretien réalisé par le nouveau magazine Grazia,

L'interview blender de Saphia Azzeddine

Dans le paysage de la rentrée littéraire, Saphia Azzeddine signe un second roman touchant et drôle : Mon père est femme de ménage(Léo Scheer). Dans l'univers de Grazia.fr, l'interview blender est une interview dans tous les sens.

Chaque semaine, un invité choisit de répondre (ou pas) à nos questions avouables (ou non). Saphia Azzeddine est notre première auteur à s'y coller, voici ses réponses.

Nom : Azzeddine Saphia

Age : "Une femme qui vous dit son vrai ?ge pourrait vous dire n'importe quoi" (Oscar Wilde)

Nationalité : Française et marocaine

MODE :

Vos musts : des escarpins compensés Maloles, un chatouche beige et la Oui-Oui de Dior.

Votre fashion blocage : le pantacourt, les chaussures à bout carrés, les jupes à frange, les pulls à message, le mauve, les bottes avec les orteils découverts.

Votre dernier achat compulsif : les ballerines en plastique à cinq euros chez Leclerc, de toutes les couleurs.

Votre dernier caprice : des escarpins Armani, trop hauts.

Votre prochaine lubie : des boots compensées Louboutin trop hautes, encore.

Un accessoire : Le Birkin d'Hermès

Dans votre sac : un Carmex, 4,20 euros minimum pour un thé et ma clé.

Un designer : Giorgio Armani

BEAUTE :

Un moment de détente : devant "En terre inconnue" sur France 2

Un parfum : 24 Faubourg d'Hermès

Jamais sans : khôl

Un sport : j'aimerais tellementâ?¦

CUISINE :

Salé ou sucré ? L'un puis l'autre.

Votre arme de séduction gastronomique : le sikok (couscous avec du lait caillé). C'est peut être pour ça que je suis célibataire.

Votre péché mignon : un Yes mais ça n'existe plus alors les Donuts au sucre de chez Champion

Votre food blocage : l'aigre doux

LIFESTYLE :

Une expression : Ssssttttaaaaddddiiirrrreeee? (à n'importe quel propos, n'importe quand)

Un mot : Audacieux

Un juron : Kes Emik (en arabe qui veut dire littéralement "Le vagin de ta mère")

Une rue de Paris : Rue de l'Université, là ou tout a commencé

Une nationalité : je n'aime pas ça.

Une adresse : Wasteland, 7428 Melrose Ave

La pire question : "Vous vous sentez plus française ou marocaine ?" (avec un sourire niais en prime)

Une ville : Beyrouth

Une pièce de votre appartement : mon appartement fait une pièce hahaha

Un lieu de rêve : l'Amanpuri à Phuket

La faute de mauvais go?t : la french manucure longue et carrée avec incrustation de brillant.

Un plaisir inavouable : éternuer très très fort la bouche ouverte quand je suis seule et m'essuyer avec l'avant bras.

Une phobie : la foule dans les parcs d'attraction

Un moment sacré : le gouter.

Dans votre voiture : je klaxonne

Un moment de solitude : quand je dis la phrase de trop

Le métier dont vous rêviez enfant : anthropologue (pour l'allure du mot)

CULTURE :

Un héros littéraire : Le père de Polo (héros de Mon père est femme de ménage, ndlr)

Le personnage d'une série : Chandler dans Friends

Un tableau :L'odalisque en ré de Wygor Abramstella

Un film culte :Nos plus belles années (de Sydney Pollack) et Affreux, sales et méchants (d'Ettore Scola)

Votre playlist en voiture : Pitbull (1234) et Angus&Julia Stone (Paper Aeroplane)

SEXE :

Votre point G : la nuque

Une arme de séduction : Faire rire (mais quand même bien habillée et bien maquillée)

Une scène de film ou littéraire : Dans Les femmes de ses rêves, quand Ben Stiller part en lune de miel à Cabo et qu'il se rend compte sur l'autoroute qu'il a épousé une folleâ?¦

Pour vous la femme Grazia c'estâ?¦ un cocktail de Rachel Weisz, Stéphanie Seymour et Rania de Jordanie.

lundi 7 septembre 2009

1088. LaureLi dans Le Matricule des anges.

Une double page d'entretien avec Thierry Guichard dans LE MATRICULE DES ANGES (N° I06 Septembre 2009) à la rubrique : ÉDITEUR, c'est une forme de consécration pour Laure Limongi qui dirige avec passion et talent LaureLi, un peu plus qu'une collection, une véritable maison d'édition. Voici l'entretien :

Les chevaux de Laure

Figure de l'Internet littéraire (de Facebook à Dailymotion en passant par son blog et Myspace), Laure Limongi écrit des livres, compose de la musique, se produit sur scène et dirige la collection« Laureli » aux Éditions Léo Scheer où elle publie des proses à la modernité affichée.

On aurait plutot imaginé la collection « Laureli » du côté d'Oberkampf que de ce huitième arrondissement clinquant qui héberge les Éditions Léo Scheer. Chics et compassés, les commerces ici affichent des prix qui ressemblent à des plaisanteries et les vitrines des galeries d'art exposent des bustes de Napoléon. Laure Limongi, seule rescapée d'une canicuIe qui a vidé les locaux de la maison d'édition, avoue qu'elle rêve aussi d'autres horizons ; ça tombe bien : le lendemain de notre rencontre elle s'envolera pour Ie Brésil où un colloque et des vacances I'attendent. Cette jeune Bastiaise de 33 ans semble avoir trouve le moyen de marier la littérature à une vie proche de celles de musiciens, sauce rock. Ses pages sur Facebook témoignent de soirées ici ou là, là ou ici, littéraires ou musicales ou les deux à la fois. Les livres qu'elle publie montrent une certaine fascination pour les icônes (de S?ur Sourire à Marlon Brando, en passant par Elvis qu'elle-meme a couche sur Ie papier dans Fonction Elvis), un goût pour la musique, les images télévisuelles, et un penchant pour les éléments lumineux de la modernité.

Un penchant qui s'explique par Ie fait qu'elle reçut une solide initiation à la poésie contemporaine grâce à Jean-Marie Gleize qu'elle rencontre alors qu'elle est en Prépa à Aix-en-Provence. Ces années d'études (elle a 18 ans quand elle débarque de Corse) sont primordiales à sa formation : elle rencontre notamment Christophe Hanna, Michel Crozatier, Nathalie Quintane et Laurent Cauwet qu'elle va accompagner au sein de ses éditions Al Dante où elle dirigera sa première collection : « & » (créée en 2000). Elle y publie « cinq ou six essais » autour de cette poésie dont elle voudrait partager I'expérience. « & » stoppe sa production lorsque Laure Limongi publie son premier livre en tant qu'auteur : Éuros Peccadille (Al Dante, 2002). Léo Scheer, qui a regroupé autour de sa maison d'édition des éditeurs indépendants lui confie la rédaction des argumentaires et la communication. En 2006, I'éditeur lui offre de diriger une collection et dessine même Ie logo de « Laureli ». Pour cette rentrée, Laure Limongi ajoute Kart un premier roman de Frédéric Junqua et deux titres de l'incroyable Raymond Federman, la réédition de La Fourrure de ma tante Rachel et Les Carcasses (dont une version avait été publiée par la librairie Olympique de Bordeaux) aux 22 titres du catalogue.

-AG. Laure Limongi, lorsque vous créez en 2006 « Laureli » quel en est le projet ?

-LL. C'est une collection qui s'inscrit clairement dans Ie roman, mais pas dans Ie roman traditionnel. L'image que j'ai eue en tête dès le début, c'est celIe de chevaux de Troie lancés dans un monde de communication épanchée. Ce sont des formes qui peuvent se fondre dans Ie paysage romanesque mais qui recèlent beaucoup de petites bombes formelles, d'idées en elles.

- Avec Ie désir que ces livres mettent en péril le genre dans Iequel ils se rangent ?

- Oui. Je ne crois plus trop à des genres hermétiques les uns aux autres. Je mets « roman » sur les couvertures de mes livres, pour un côté un peu poIémique et pour les faire entrer par la grande porte. Si je ne mets pas I'étiquette « roman » aux livres de Daniel Foucard, on va les ranger en poésie alors qu'il n'écrit pas de poésie, et il ne va pas exister du tout, parce que les gens qui lisent la poésie, quand ils vont feuilleter Foucard, ils vont Ie trouver trop romanesque. II y a plein de malentendus de la sorte qu'il faut essayer de biaiser avec les outils de l'édition, par Ie biais des couvertures, de codes typographiques. J'essaie d'avoir des couvertures attractive ou d'adapter les typos au livre, comme dans Sister Sourire ou dans Écrivains en séries où il y a des polices de caractères différentes.

Lire la suite

samedi 5 septembre 2009

1087. SAPHIA, CE SOIR, CHEZ RUQUIER.

Pour la première de son émission On n'est pas couché, ce soir, samedi 5 septembre 2009 à 23h, Laurent Ruquier reçoit Saphia Azzeddine pour Mon père est femme de ménage. C'est le livre de la rentrée littéraire qui a été sélectionné par l'équipe de Catherine Barma pour ouvrir cette nouvelle saison. Je crois qu'ils l'ont beaucoup aimé, ce qui est assez rare pour être souligné.

@Photographie : Julien Cauvin.

vendredi 4 septembre 2009

1086. Premières pages des livres de la rentrée

Les premières pages des livres de la rentrée sont disponibles sur notre site depuis la page d'accueil et sur ces pages :

- Saphia Azzeddine, ''Mon père est femme de ménage''
- Eric Vuillard, ''Conquistadors''
- Laurent Fialaix, ''Nos bonheurs fragiles''
- Frédéric Junqua, ''Kart''
- Karl Mengel, ''Les Séditions''
- Robert Servan-Schreiber, ''Journal''
- Raymond Federman, ''La Fourrure de ma tante Rachel''
- Raymond Federman, ''Les Carcasses''
- Natashka Moreau, ''Se hisser''

jeudi 3 septembre 2009

1085. Karl Mengel

Je reviendrai sur Les Séditions dans un prochain "Billet de l'éditeur" mais, en attendant, voici Karl.

1084. Conquistadors (suite)

Pour une oeuvre comme celle d'Éric Vuillard, la conquête des medias est une expédition aussi rude que celle décrite par lui dans Conquistadors. C'est une question de raréfaction de l'air et de difficulté à respirer à partir d'une certaine altitude. Chaque ligne imprimée dans la presse sur ce livre m'enchante; surtout lorsque ce sont des mots comme ceux de Claire Julliard dans le Nouvel Observateur d'aujourd'hui. Elle écrit :

"Éric Vuillard signe un quatrième roman d'une prodigieuse intensité. Non pas un roman historique mais un livre sur l'histoire, une réflexion sur la guerre et le pouvoir, un livre de moraliste d'une portée universelle. "On y voit s'ouvrir la tragédie de notre monde, celui où nous vivons, par un grand fait divers où la mappemonde, Dieu, l'or et la poudre se rencontrent."
Le résultat est une longue procession funèbre, une épopée de sang, de boue, d'une beauté sordide. Le récit d'un vertige et d'un désenchantement."

Ces quelques lignes sont très importantes pour moi car elles démontrent que la grandeur et la beauté de la littérature française peuvent encore toucher les critiques littéraires, et que tout cela n'est pas aussi "mort" qu'on le dit trop souvent.

Archives Syndication
octobre 2017 (206)
septembre 2017 (245)
août 2017 (220)
juillet 2017 (174)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (206)
septembre 2016 (245)
août 2016 (220)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (199)
octobre 2015 (206)
septembre 2015 (245)
août 2015 (220)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (199)
octobre 2014 (206)
septembre 2014 (245)
août 2014 (220)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (199)
octobre 2013 (206)
septembre 2013 (245)
août 2013 (220)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (199)
octobre 2012 (206)
septembre 2012 (245)
août 2012 (220)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (199)
octobre 2011 (206)
septembre 2011 (245)
août 2011 (220)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (199)
octobre 2010 (206)
septembre 2010 (245)
août 2010 (220)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (199)
octobre 2009 (206)
septembre 2009 (245)
août 2009 (220)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (199)
octobre 2008 (206)
septembre 2008 (245)
août 2008 (220)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (199)
octobre 2007 (206)
septembre 2007 (245)
août 2007 (220)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top