Sur Le Clavier cannibal II :

Sachez chasser : lisez Zaroff

par Claro

La chose est entendue : l'homme est une proie pour l'homme. A fortiori, donc, pour l'écrivain. Il ne suffit pas de se choisir des cibles, encore faut-il les identifier, les identifier et les éliminer, en s'esquivant à temps, tête haute, corps vo?té, sans courir, à fond de train.
Le Zaroff de Julien d'Abrigeon ' publié par Laure Limongi, label LaureLi, en librairie le 25 novembre, extrait ici ' exécute des contrats, il exécute, c'est un exécuteur, mais il n'est pas certain que ses victimes soient forcément celles qu'on croit. Le récit de ses battues, qu'on devinera assez vite «en brèche», se répartit en chasses, sorties, reflets, traques et cavales, à lire dans l'ordre qu'on voudra, car de toutes façons personne ne sortira d'ici vivant.
Une chasse, qu'est-ce que c'est ? Eh bien, outre une partie de plaisir, c'est un peu comme un chapitre : des règles s'inventent, qu'on enfreint, un style se présente, qu'on fauche, des constantes s'installent, qui br?lent. Zaroff n'est pas là pour nous donner le go?t du sang ou des envies de pitié. Zaroff est là pour piéger la langue, sa langue, et toutes celles qui s'amusent à pendre. S'il sent que la syntaxe le suit, il la piège. S'il faut donner des directions, il les donne, se perde qui veut. D'Abrigeon est aux platines, il fait grincer les ritournelles, se saborde en souriant, fait du paradoxe un boomerang. A chaque phrase, il repart de zéro, permute, invite, détourne. Dès qu'on le suppose bricoleur, il se révèle armateur. Tel un pied piétinant son empreinte avec son ombre, il repasse par les tropes qu'il tord. Et s'ingénie à faire bégayer le lecteur qui s'imaginait convié à d'affreux tours de manège dans la conscience.

Zaroff est un chasseur d'un genre particulier, qui apprend au lecteur à chasser le sens, à coups d'immédiates impostures, d'escamotages peu réglos, de fuite en avant en arrière à droite à gauche. Il dit « je », mais comme s'il mordait le « je » du lecteur, à la façon poético-délictueuse d'un Cadiot, sachant très bien où il va, c'est-à-dire au milieu, milieu de la langue parce que plis à passer par, milieu du récit parce que la trace parle, elle aussi.

Sa dictée est enrayement. Le fluide l'attire, mais pour mieux déliter. Quel énergumène, ce Zaroff. Refusant d'être personnage, trahissant le narrateur en lui, toujours à l'aff?t, planqué fuyard prédateur. Et plus on le suit dans ses méandres, plus on efface ses repères.

Comment fonctionne un livre qui veut s'en sortir, veut sortir du livre, du lecteur ? Julien d'Abrigeon le sait, le dit, le fait. Et en plus l'écrit, la preuve :

« Le piège amuse s'il est un peu ludique. Les trous, pics et branchages fonctionnent, efficaces, mais ils lassent. Je me plonge dans la lecture d'anciens manuels de chasse, les pièges y sont pléthore. Un peu d'astuce, d'espièglerie, et la mécanique est adaptée à l'homme. »

« Le mécanisme est conçu. Il fonctionne. Un mouvement en entraîne un autre. Le levier, levé, déclenche le mouvement de la clenche. Il s'enclenche au préalable. Le ressort se compresse. Sa force est comprimée. Elle attend le stimulus mécanique. Une lamelle se déplace. La ficelle sur la poulie se meut. L'engrenage est simple. Les forces se démultiplient. La mise en branle est dès lors inévitable. Coulisse, glisse. Une fois la chevillette tirée, la bobinette choit. La bobinette chue, tout s'enchaîne alors avec moins de minutie et la sauvagerie s'applique, sans détour. »

L'art poétique tue, il tue toujours, il se tait aussi, de temps en temps, pour aller ailleurs, essayer d'autres milieux, coller à d'autres climats. Il cloue le lecteur, l'aide à s'arracher, on ne saurait s'en passer, on repasse, ça a changé, encore et encore.

D'Abrigeon n'a pas créé Zaroff, certes. Zaroff existait déjà, d'abord dans un film en noir et blanc, puis dans les consciences, à l'état séminal, comme le nom Zaroff, le mot Zaroff, un zaroff oublié chassé par un zaroff recommencé, jusqu'à ce que, bing ! d'Abrigeon reprenne Zaroff, sa force, sa volonté, et lui inocule l'insidieux humour du chasseur sachant chasser, de l'écrivain écrivant qu'il écrit. C'est un jeu de massacre, on se le dit, on le lit.

Et comme si ça ne suffisait pas, Vincent Sardon (1) a créé une des plus chouettes couvertures de livre de l'année. Finalement, ce mois de novembre aura servi à quelque chose.

Claro, le 19 novembre 2009.

(1) Tampographe.(ndlr)