"Je n'ai pas lu ce livre, mais en bonne réfractaire par anticipation qui a décidé de se cantonner à ses préjugés, je suis rudement contente d'en lire une critique négative. Faut dire que les critiques positives que j'ai lues m'ont endormie au bout de trois lignes ou plongée dans la plus grande perplexité (l'exégèse ontologique du conquistador, y a rien à faire, j'imprime pas). Et puis je suis contente, aussi, de savoir qu'il s'agit d'Incas, de maïs et de viol d'Indiennes. Qu'un décor soit planté, quoi. Parce qu'une fois de plus, l'exégèse ontologique du conquistador, concrètement, ça ne m'évoque... Rien. Enfin si : des mots inconnus du commun des mortels, dont je fais partie, et d'ailleurs je suis bien contente - ces conneries pseudo érudites et surtout très pompeuses n'existent que pour créer des castes imaginaires, de toute façon. Tu penses, ils en ont tellement chié pour se foutre de la doctrine philosophique dans le cr?ne que maintenant qu'ils l'ont, il est hors de question qu'ils en laissent des morceaux s'échapper pour les donner en p?ture aux grouillots. Du compliqué, c'est tellement mieux - que surtout personne sauf ce petit cercle n'ait accès à la Révélation de la Littérature, sinon ils pourraient avoir l'impression de ne plus être spéciaux, uniques, littéraires, en fait. Non. Littéraires - j'insiste sur le « L », très important. J'dois avoir l'air aigrie, ou au moins pas contente, mais c'est seulement que j'ai pas encore bu mon café. J'ai bien aimé cet article, vraiment. Parce que j'en connais plein qui préféreraient crever plutôt que dire « ce bouquin m'a ennuyé », en parlant du même et quand bien même ils le pensent. Et ça... Ca, ça m'rend pas contente, par contre !"