Sangre y Oro

"En janvier 1531, un aventurier sans le sou originaire de Trujillo, Francisco Pizarro, quitte Panama en compagnie de cent quatre-vingt hommes et trente-sept chevaux. Son but : conquérir au profit de la couronne d'Espagne un immense empire, celui du Pérou.

Avec lui, ses frères Hernando, Gonzalo, Juan et son demi-frère Francisco Martin de Alcántara. D'autres gentilshommes de fortune se sont associés à cette aventure, dont Sebastián de Belalcazar et Hernando de Soto, qui participa à la conquête du Nicaragua.

Ces hommes, perdus dans ces paysages immenses, rongés par la faim, la vermine et les maladies, vont, malgré leur petit nombre, se rendre maîtres d'un des plus grands empires de l'histoire, celui des Incas. Quel sera le principal moteur de leur succès ? Leur audace ? Certes, ces hommes n'ont rien à perdre. Ils sont pour la plupart issus de familles pauvres et ne peuvent compter que sur leurs bras pour conquérir la gloire et la fortune. Leur sentiment de supériorité sur les peuplades indiennes ? Ces aventuriers sont convaincus de la prééminence de leurs armes et de leur foi catholique sur les armées et les croyances païennes des amérindiens. L'exemple de Cortés ? Celui-ci a réussi , dix ans plus tôt, à soumettre le Mexique avec guère plus de troupes que Pizarre n'en détient en ce début d'année 1531 et a mis à genoux le belliqueux empire des Aztèques. L'audace donc, l'exemple mexicain et la foi en la supériorité des armes et de la foi vont pousser ces hommes à tenter cette aventure. Mais il ne faudrait pas négliger le principal : la convoitise, qui est ici exprimée par la possession de l'élément le plus précieux : l'or.

Pizarre et ses compagnons espèrent en effet mettre la main sur des quantités fabuleuse de cet or que ce mystérieux empire Inca recèlerait en abondance. Ce précieux métal, dont une bonne partie serait envoyée en Europe pour couvrir les dépenses de l'empereur Charles-Quint, se trouverait, aux dires de certains, si répandu dans cet empire du Pérou qu'il en resterait après partage, suffisamment pour que chacun de ces conquérants puisse amasser d'immenses fortunes. Alors ces hommes simples, frustes, pour la plupart illettrés, vont se prendre à rêver d'immenses richesses, de palais couverts d'or et d'opulents royaumes dont-ils seraient les souverains.

Attirés eux aussi par cette soif de richesses, Diego de Almagro et Pedro de Alvarado, ancien compagnon de Cortés, vont rejoindre Pizarre et participer à ce festin d'or et de sang. La conversion des amérindiens à la vraie foi sera dévolue aux prêtres qui accompagnent l'expédition. Les hommes d'armes, eux, n'auront qu'un seul but : l'or, encore et toujours.

Ce sera le début d'une épopée sanglante et tourmentée qui verra ces hommes en guenilles se rendre maîtres d'un empire avant de s'entre-déchirer comme des chiens autour d'un os.

Massacres, trahisons et intrigues seront au rendez-vous lors de cette conquête qui illustre avec talent cet épisode historique qui s'annonce comme le prélude de notre monde moderne où la soif de possessions n'a jamais été aussi exacerbée. Ces conquistadors, à l'instar de nos financiers contemporains prennent tous les risques pour assouvir cette soif inextinguible de posséder encore et toujours plus, cette soif insatiable qui conduit irrémédiablement à l'élimination du plus faible et enfin à l'auto-destruction.

Eric Vuillard nous offre, avec « Conquistadors », un des romans les plus atypiques de cette rentrée littéraire 2009, une fresque grandiose et sordide, pleine de bruit et de fureur, qui ne peut que nous forcer à nous interroger sur la condition humaine, sur ses doutes, ses errements et ses fautes inlassablement renouvelées. Un roman audacieux et lyrique, en forme de tragédie, servi par une écriture puissante, poétique et sensuelle, qui nous met face à nos propres démons et nous incite à réfléchir sur les motivations de nos sociétés contemporaines."

Le Bibliomane, le dimanche 6 décembre 2009

(1) Bibliomane /bi-bli-o-ma-n'/ s. m. Celui qui a la passion des livres et surtout des livres rares,des belles éditions,etc.

Paul-Emile LITTRE: Dictionnaire de la langue française.

Voici la définition que Littré donne du bibliomane. Malgré tout le respect d? à cet éminent homme de lettres, je me vois contraint d'émettre quelques réserves sur cette description un tant soit peu réductrice de la condition bibliomaniaque. Littré donne en effet de celui-ci l'image d'un collectionneur, d'un "bibliophile", curieux personnage amassant compulsivement des ouvrages rares et/où précieux dans la seule intention de les aligner sur les rayonnages de sa bibliothèque pour en apprécier la valeur esthétique ou commerciale.

A mon humble avis, le bibliomane est d'une autre trempe. Il est biblio-mane comme d'autres sont toxico-manes. Il ne peut se passer de lecture, et si par malheur il se trouve en état de manque, il peut très vite se révéler insupportable à son entourage. On peut le voir devant les étals des libraires et des bouquinistes, la main tremblante et le regard fiévreux, prêt à sacrifier les derniers euros du ménage afin d'assouvir pour une soirée, pour une semaine peut-être , sa soif inextinguible de lecture.

Si vous êtes vous aussi un/e bibliomane , je vous souhaite la bienvenue sur mon blog .Vous pourrez y trouver des suggestions de lecture, de musique, des dessins, des critiques,des chroniques, des coups de gueule (hé oui!), des commentaires sur l'actualité,etc...

Bref,qui que vous soyez, bibliomanes ou pas, donnez vous la peine d'entrer...