Le A to Z de 2J.S. réalisé par Louis-Henri de La Rochefoucaud & Laurence Rémila se termine par Z comme Alain Zannini : Marc-Édouard Nabe, admirateur de Schuhl depuis son adolescence, en dressait le portrait en 2002 dans son roman Alain Zannini : "Nous sommes des dandys phocéens ! " disait-il dans les soirées où nous partagions le même go?t pour le terrorisme mondain. Attraper une star, lui brouiller la tête, puis la l?cher instantanément pour une autre plus star qu'elle, et ainsi de suite, comme le font les Putes avec les clients pour de l'argent. Nous, c'était pour le plaisir."
L'ex-fan de 2J.S a maintenant ses propres fans qui se sont réunis pour créer alainzannini.com le site des lecteurs de Marc-Édouard Nabe dont le générique annonce la couleur. L'édito, sous une photographie de la main de l'auteur griffonnant une dédicace avec son Man 100, précise : Ce site lancé par un groupe de personnes provenant d'horizons très divers, une vingtaine de passionnés se situant hors du milieu littéraire ou culturel, a pour vocation de rassembler le maximum d'informations sur un écrivain contemporain emblématique de ce qu'ils attendent de la littérature.
On trouve tout sur ce site, et d'abord, élégamment posée sur une étagère, ce qu'on ne peut plus trouver en librairie : l'oeuvre de M.E.N. (à part les Morceaux choisis dont le destin est peut-être de devenir le seul livre de Marc-Édouard Nabe que l'on pourra encore acheter en librairie.). Qu'adviendra-t-il de ces livres dont les prix sur ebay s'envolent ?
É la suite de diverses péripéties juridiques dont il sort vainqueur, Nabe se retrouve dans la situation, rare pour l'auteur d'une oeuvre aussi fournie, d'être le seul propriétaire des droits de ses livres et de pouvoir, par conséquent, les vendre à sa guise. Dans le grand entretien, accordé cet automne à Médias pour son N? 22 de l'automne 2009, il s'exprime assez clairement sur le sujet : "Je ne cherche pas d'éditeur. Qu'ils aillent se faire foutre. J'ai passé un cap. C'est moi qui ne veut plus d'éditeur. Je ne veux plus être dans le système.". Sa conception de ce qu'est ce système est non moins précise : "Actuellement, le milieu littéraire est notre ennemi à nous, écrivains. L'éditeur, le diffuseur et le libraire sont trois parasites du livre."
Marc-Édourd Nabe explique ensuite au journaliste de Médias le chemin qu'il entend suivre pour sortir de ce système : "Je viens de gagner mon procès contre Le Rocher et j'ai récupéré tous les droits de mes livres, je peux en faire ce que je veux. Pas question de les remettre dans le circuit. Si ça amuse les autres écrivains de continuer d'accepter de ne toucher que 10% de leur travail, ça les regarde. Moi je suis davantage pressé de vivre de ce que je crée. Le milieu éditorial m'excusera. Alors j'ai décidé de m'éditer moi-même."
Pour ceux qui veulent bien comprendre ce que nous dit Marc-Édouard Nabe, cela veut dire qu'il a décidé d'intégrer l'ensemble des métiers du livre pour son oeuvre en utilisant, pour y parvenir, la révolution de l'Internet : il devient par là l'unique auteur, détenteur de droit, diffuseur, distributeur, libraire de ses livres. Nous sommes au-delà de l'auto-édition, dans une sphère jusqu'à présent peu explorée, sauf peut-être dans notre petite expérience de M@nuscrits, qui n'est pas le contraire (avec cette différence qu'elle intègre l'évolution du métier d'éditeur.