Le web peut donc aider au renforcement de communautés préexistantes ( Wellman) par l'usage des filtres rendant les interactions harmonieuses en sélectionnant des profils socialement acceptables . Aussi productif culturellement qu'il peut être évanescent en terme de sociabilité, le web reproduit les principes de sociométrie et de sociologie des leaders d opinion dans chaque communauté.

Sur l'Internet, les communautés sont médiatisées et peuvent être dépendantes du média utilisé. Mais les pratiques sont cumulatives, non cannibalisantes. L'appartenance a plusieurs communautés ne crée pas d'opposition.Pas plus que les diverses facettes d'un même être dans la vie réelle. Car le fondement de celles-ci est la publication extime, donc un individualisme expressif, fondé sur la culture de soi au travers des signes qui le médiatisent. Parfois, elles relèvent plus du bricolage esthético-identitaires que réellement d'une démarche pensée, et ce car internet est le régime absolu de » justice culturelle » ( Glévarec) où le moi est une instancce centrale.

Pour performer dans une communauté ou même y entrer , deux éléments sont fondamentaux : l'affichage de ses propres caractéristiques et le relevé et la capitalisation des expériences des autres. Entre eux, les participants à une communauté forment une sorte de continuum. La culture communautaire sur le web abolit la segmentation entre production et réception et favorise le processus de don/ contredon . Même si la sociabilité y est distanciée et restreinte, la communauté web manipule le temps et l espace par la prise de décision collective, l'enrichissement et le détournement. Un membre d'une communauté est avant tout un « consommateur d'inspiration » selon l'expression de Kevin Robert. La forme de ces communautés est extrêmement variable et multiple . Pour les analyser, il semble bon , comme Laurence Allard le fait de s'appuyer sur :

- Charles Taylor et le tournant expressif des sociétés contemporaines

- Michel Foucault et les technologies du soi

- Ulich Beck et sa théorie de la réflexivite.