Accueil
Actualité
Catalogue
A paraître
Blog des ELS La Revue Littéraire
TV6



vendredi 30 avril 2010

1308. Saphia Azzeddine chez Laurent Ruquier

Extraordinaire destin que celui d'un livre : ''Confidences à Allah'' de Saphia Azzeddine, paru le 4 janvier 2008, il est devenu un "long seller" et se vend tous les jours depuis deux ans et demi. Samedi 1er mai, Laurent Ruquier reçoit Saphia Azzeddine dans son émission On n'est pas couché avec Alice Belaïdi qui vient de recevoir le Molière de la Révélation pour son interprétation de ce texte. (Avec Guillaume Gallienne, qui est un très grand acteur).

J'ai été très touché par l'enthousiasme de Laurent Ruquier avouant à Eric Naulleau (qui le lui avait recommandé depuis le début) qu'il venait seulement de le découvrir et lisait, citait, faisait interpréter le texte durant toute l'émission avec une justesse et une compréhension exceptionnelles.

C'est une des choses fascinantes du - livre - que cette capacité à vivre longtemps, plusieurs vies et à renaître constamment.

lundi 26 avril 2010

1307. Rencontres avec Isabelle Viéville Degeorges

Mercredi prochain, 28 avril, l'Edgar Allan Poe d'Isabelle Viéville Degeorges sera en librairie. Nous y reviendrons, d'autant que cette biographie en effet passionnante semble devoir susciter un vif intérêt, mais vous pouvez d'ores et déjà noter dans vos calepins quelques dates de rencontres avec son auteur :

Jeudi 6 mai, à partir de 17 h 30, à la Librairie Maruani, 171, boulevard Vincent-Auriol, Paris XIIIe (renseignements au 01 45 85 85 70).

Mardi 11 mai, à 20 h 30, dans le cadre des mardis littéraires de Jean-Lou Guérin, au premier étage du Café de la Mairie, 8, place Saint-Sulpice, Paris VIe : lecture, débat, signature, avec la participation de Stéphanie des Horts et Cécilia Dutter.

Samedi 29 mai, à 17 heures, Isabelle donnera une conférence sur « Poe, le maître du fantastique » à l'occasion du festival Imaginales, à Épinal.

dimanche 25 avril 2010

1306. Mille et une nuit des Molières.

Le Molière de la Révélation thé?trale féminine 2010 : Alice Belaïdi.

Dans Confidences à Allah.

de

Saphia Azzeddine

mercredi 21 avril 2010

1305. Sur quatorze façons d’aller dans le même café de Benoit Caudoux dans Le Matricule des anges, par Chloé Brendle

Partir

Au thé?tre, il y a le côté cour et le côté jardin, la scène et les gradins, le dedans et le dehors. Dans un récit, tout s'embrouille plus facilement. Benoît Caudoux a écrit un livre décalé, poétique, déjanté, et qui se tient à la lisière, sans jamais livrer le couloir secret qui fait communiquer les lieux. Texte indocile, Sur quatorze façons d'aller dans le même café se tient au rebord des mots, et de la conversation plausible qui s'engage entre deux ou plusieurs êtres dans un café, dans la rue, chez soi, ou encore ailleurs. Il faut prendre le temps de le suivre dans sa minutieuse et retorse chorégraphie de l'espace intime et se laisser contaminer joyeusement par son atmosphère. Un homme, qui essaie d'aller quelque part. Fragilement, intensément. Surtout, ne pas définir, ne pas tracer de contours, chercher à identifier, qualifier. Mais rester à l'épiderme d'une géographie tremblante, d'un cheminement tout personnel où l'on croisera la Bulgarie, l'Australie, et d'autres traces de continents et d'escales possibles, intérieures. Au fond, il n'est pas tant question de passer le temps que d'emplir l'espace, le gonfler comme une bulle, le frotter à d'autres énergumènes, et devenir soi-même une forme plastique : « je vais au café en gnou, en écureuil, en ours. J'y vais en alpaga. Ce ne sont pas les mêmes règles. J'y vais en petite fille et j'y vais en vieux juif, de différentes époques. (â?¦) J'y vais en quartz parfois, ou j'y vais en fossile de trilobite russe. » La jolie leçon d'existence ou d'habitation de ce livre étonnant est de surtout ne pas se fondre.
Rester à la surface, comme le fit Nathalie Sarraute avec ses Tropismes, peut être encore le meilleur moyen d'atteindre sinon un lieu, du moins un point de convergence, de fuite. Savant point d'entente et de connivence avec le lecteur.

mardi 20 avril 2010

1303. Sortie en librairie : Une longue cuillère pour le diable de Yves Mamou.

Une longue cuillère pour le diable de Yves Mamou, le nouveau thriller des ELS, en librairie le mercredi 21 avril 2010.

1304. Thriller & quatrième de couverture.

Suite de la présentation du livre de Yves Mamou. Pour Panthere de la Jungle.

lundi 19 avril 2010

1302. Roger et Géraldine dans Noctiluque

Le "Portrait d'un roman" de l'émission "Noctiluque" de Brigitte Kernel, sur France Inter, était consacré, cette nuit, à Aimer Roger de Géraldine Barbe. Vous pouvez l'écouter à cette adresse (de 1 h 04 m 30 s à 1 h 37 m 40 s).

samedi 17 avril 2010

1301. Modification des Blogs des ELS

É partir de maintenant, ce Blog (des ELS) va devenir celui de la communication des Éditions Léo Scheer. Les billets seront signé "General" par l'ensemble de l'équipe des ELS. Les informations présentées concerneront exclusivement les livres publiés par les ELS. On pourra suivre l'ensemble des étapes d'un ouvrage : sa fiche commerciale, sa note de presse, sa présentation aux libraires, les entretiens avec l'auteur, les articles sur le livre etc. Il s'agit d'un outil de travail de la maison d'édition qui s'adresse principalement aux équipes commerciales et au distributeur ainsi qu' aux représentants de l'équipe de diffusion, aux libraires et aux journalistes, mais aussi à tous ceux qui nous suivent sur le Net et souhaitent communiquer avec nous.

J'ouvre, par ailleurs, (comme Marilou, Florent Georgesco ou LaureLi) un blog "perso" qui s'appellera le Blog de Léo Scheer et dont les billets seront signés leo.

Nous gardons inchangé l'ensemble consacré aux M@nuscrits dont le Blog-M@n.

Ceci constitue un ensemble de blogs qui sera peut-être regroupé par Tony sur une page d'accueil afin de fournir aux utilisateurs un plan et faciliter leur navigation. Je pense que le blog reste la forme la mieux adaptée à notre activité d'éditeur et à notre souci de l'exercer de façon transparente tout en dialoguant avec tous ceux qui le souhaitent.

vendredi 9 avril 2010

1300. Entretien avec Géraldine Barbe

Comme Léo le disait très bien il y a peu, nous sommes particulièrement heureux de publier le deuxième livre de Géraldine Barbe, après Rater mieux, qui avait essuyé les pl?tres de la collection M@nuscrits. Nous le sommes parce que le métier de découvrir est le plus excitant de tous ceux que nous faisons, et que voir se développer un talent rencontré à l'état natif, voir ce que nous avions décelé croître et embellir en sont les aspects les plus joyeux, mais aussi, et d'abord, parce qu'Aimer Roger est une très belle réussite, un livre d'une drôlerie incessante, d'une lucidité ravageuse, qualités fort rares dans la littérature française actuelle, où dominent alternativement la grisaille, la banalité crapoteuse, et l'illusion consolante, Charybde et Scylla qu'il est très agréable d'éviter pour une fois. Géraldine nous le permet avec une maestria dont, à mon humble avis, vous n'avez pas fini d'entendre parler.

1298. Chronique d'un adultère de Sarah Stern par Delphine Peras dans l'Express.

Sarah Stern et l'infidélité

MÉNAGE É TROIS

L'auteure aborde avec finesse l'usure du couple et l'infidélité. Bluffant.

Elle s'appelle Rosa Blum, elle va sur ses 40 ans, elle habite un bel appartement rue des Feuillantines, dans le Ve arrondissement de Paris. Sociologue, cultivée, jolie, elle est mariée depuis plus de dix ans avec Jean Bauer qui lui a donné deux beaux enfants, Max et Adèle. Mais, voilà : un doux soir de septembre, lors d'un vernissage, Rosa fait la connaissance de Denis Vinter, écrivain, la cinquantaine grisonnante, sexy, nonchalante. Rosa s'entiche de cet homme qui lui fait entrevoir un nouvel horizon sentimental alors que sa vie conjugale est menacée par la routine. Son père ne lui avait-il pas déclaré un jour qu'"un amant, ça peut sauver un couple" ?

Mais les délices de l'adultère ne durent qu'un temps : Rosa est vite rongée par la culpabilité. De ruptures en retrouvailles, Rosa n'arrive pas à choisir, déprime, dépérit. Ah ! si le destin pouvait décider à sa place... C'est précisément cette incapacité de prendre sa vie en main que Sarah Stern évoque avec finesse dans ce premier roman bluffant. Elle n'a pas choisi un sujet original, pourtant elle parvient à le renouveler, au rythme d'une petite musique où ses phrases courtes, précises, pudiques donnent un ton inédit. La romancière s'enhardit également à imaginer, sous la forme de courtes séquences, les issues possibles de cette histoire qui se joue d'abord à trois, puis à cinq, à mesure que les enfants de Rosa entrent dans la danse douloureuse de la séparation. Leur voix est d'ailleurs restituée avec une formidable justesse. Nul doute que de nombreux lecteurs et, surtout, lectrices, se retrouveront dans le dilemme de Rosa Blum : vaut-il mieux refaire sa vie amoureuse tant qu'il en est encore temps, ou sauver une famille construite avec tant d'amour ?

Légende sous la photo : HARDIE Sarah Stern parle de l'adultère avec un ton inédit.

Par Delphine Peras, le 8 avril 2010

Chroniques d'un adultère, Sarah Stern

jeudi 8 avril 2010

1299. Casse de Daniel Foucard par Florence Bouchy dans Le Monde.

"Casse", de Daniel Foucard : thèse et antithèse

Le roman à thèse a mauvaise presse. Il fait courir à la littérature le risque de se réduire à la simple illustration d'idées. On le soupçonne d'imposer au lecteur un sens unique en laissant derrière lui la complexité des choses et les possibles du langage. Comment éviter le piège de l'exercice quand on a tout de même deux ou trois propositions à avancer sur le monde contemporain ?

Il se pourrait que Daniel Foucard soit de ces écrivains qui ont quelques idées sur la marche du monde. Casse, son sixième livre, met au jour la nouvelle donne de la lutte des classes et débusque, derrière les pratiques contemporaines, les nouveaux rapports de forces et les formes insidieuses de la domination. Mais il les expose en les cachant et nous leurre avec bonheur.

Prenant prétexte d'un échange de mails avec un Chinois curieux de comprendre les démocraties occidentales, le narrateur expose à son intention quelques notions qui rendent compte des tensions propres à notre société. On y apprend notamment que "les deux forces les plus actives, les plus attractives de nos sociétés contemporaines sont (les) tradistes et (les) traders", les tenants de la tradition et ceux des lois du marché. Mais ces théories ne sont notées qu'en post-scriptum. Faut-il les prendre au sérieux ? Au lecteur de choisir.

On préférera peut-être en rester à l'intrigue développée dans le corps des mails. En première instance, Casse est en effet le récit du vol d'une banque, commandité par un artiste contemporain, lequel expose le butin un soir de vernissage. L'auteur des mails est le galeriste, mis au pied du mur par l'artiste. Pris au piège d'une "mécanique esthétique" qui le torture, le galeriste ne peut que "cogiter cogiter cogiter" : "Il va falloir se demander que faire avec cet argent (...). Le conserver comme oeuvre (...), expliquer l'affaire aux assises, se disculper ?" Et puisqu'il soulage sa conscience en se confiant sur le Web, sans doute est-il déjà démasqué par les autorités !

De détours en fausses pistes, Daniel Foucard se garde bien d'imposer un sens explicite à son lecteur. Il l'incite plutôt à traquer les indices disséminés dans l'oeuvre pour en construire le sens : n'a-t-il pas remarqué que la police (de caractère) utilisée se nomme Univers ? Casse n'est-il pas une réflexion sur la paranoïa suscitée par la surveillance généralisée à l'heure de l'Internet ? C'est justement la force et la réussite de l'auteur, que de tenir son lecteur en éveil, sans jamais lui laisser le répit d'une solution définitive.

CASSE de Daniel Foucard. Laureli/Léo Scheer, 172 p., 16 â?¬.

Florence Bouchy, le 8 avril 2010

vendredi 2 avril 2010

1297. Le premier livre antisémite contre l'antisémitisme.

Abner Assoun & Y.B. (Photographie : Thierry Rateau).

Dans l'Obs, cette semaine :

Une fable anti-antisémite

PAR FABRICE PLISKIN

Le juif a deux ennemis : l'antisémite (pas beaux, les juifs) et le philosémite (extra, les juifs). Délirante guignolerie gorgée de saines aberrations, « Bugsy Pinsky contre le complot juif » donnera des boutons à ces deux catégories de Français. Signée Y. B. et Abner Assoun, deux noms qui n'ont pas l'air supercatholiques, cette « fable antisémite contre l'antisémitisme », dans le go?t de Mel Brooks et des Pieds Nickelés, retrace la vie exemplaire d'un certain Pinsky, « Chalala » dyslexique, « s?ur de lui et dominateur ».

Quoique « né d'un père ashkénaze polonais et d'une mère séfarade diabétique », Pinsky se convertit à l'islam après un séjour en prison où « 99% des détenus sont d'origine antisémite ». Parmi eux, un ch'ti néonazi « qui voudrait regrouper les juifs du Nord dans le Häagen-Dazs des Champs-Elysées ». Sous son magistère, Pinsky, homme du Livre, dévore, « dans l'édition Grasset de 1933 », « les Protocoles des sages de Sion », un des plus fameux faux de l'histoire de l'Occident : bricolé par la police secrète du tsar Nicolas II, ce long-seller conspirationniste - conspira-sioniste, dirait notre héros - visait à faire accroire que les juifs se disposaient à conquérir le monde.

Avec ses doux compagnons de la cellule 212, Pinsky fonde les Fines Lames de l'islam. Mais ce groupuscule en burqa n'a pas les moyens de ses ambitions exterminatrices, ni le professionnalisme des « Experts à Jérusalem-Est ». Au gré de son burlesque djihad, les auteurs mettent un nez rouge aux grands récits fantasmagoriques de l'époque, du « complot négro-islamiste » aux bobards dieudonnards. Un bon suppositoire à l'heure où la rive gauche de Paris bat la campagne jusqu'à confondre la queue de Polanski et l'honneur de Dreyfus, quand elle ne lance pas une fatwa gaga contre la Suisse avec l'ami Kadhafi. Dommage que le livre finisse par comploter contre lui-même, dans sa deuxième partie, à force d'entasser les bons mots.

Fabrice Pliskin le 31 mars 2010."

Inutile de dire que je ne suis pas du tout d'accord avec cette dernière phrase de Fabrice Pliskin, quand on a commencé, on ne peut plus s'arrêter, et même, je crois qu'on en redemande. leo

jeudi 1 avril 2010

1296. Confidences et Révélation.

J'ai le plaisir de pouvoir annoncer une excellente nouvelle pour Confidences à Allah le premier roman de Saphia Azzeddine : l'acrice qui incarne l'héroïne du roman dans sa version thé?trale, sa remarquable interprète : Alice Belaïdi, vient d'être nominée dans la catégorie "Révélation" aux Molières 2010, qui seront diffusés sur France 2, dimanche 25 avril.

Cette nomination, avant même le résultat final, représente une consécration pour ce premier grand rôle porté, seule sur scène, par cette jeune et magnifique actrice et pour ce premier roman de la très talentueuse Saphia Azzeddine, livre qui est, aujourd'hui, devenu un "long seller" et un "classique".

¥

¥

Après deux festivals d'Avignon au Thé?tre du Chêne Noir de Gérard Gélas (qui a formé Alice Bélaïdi à la scène), en 2008 et 2009, à guichet fermé, après 6 mois de succés ininterrompu au Thé?tre Montparnasse et au Thé?tre de La Gaîté Montparnasse à Paris et une tournée nationale et internationale de 2 ans en Belgique, Nouvelle Calédonie, Luxembourg, Guadeloupe, Martinique...

cette distinction serait un aboutissement pour le début d'une grande carrière de comédienne et pour la première étape dans la vie et et le destin de ce grand texte.

Archives Syndication
novembre 2017 (203)
octobre 2017 (210)
septembre 2017 (245)
août 2017 (220)
juillet 2017 (174)
mai 2017 (155)
février 2017 (186)
janvier 2017 (253)
décembre 2016 (179)
octobre 2016 (210)
septembre 2016 (245)
août 2016 (220)
juillet 2016 (174)
juin 2016 (187)
mai 2016 (155)
avril 2016 (117)
mars 2016 (202)
février 2016 (186)
janvier 2016 (253)
décembre 2015 (179)
novembre 2015 (203)
octobre 2015 (210)
septembre 2015 (245)
août 2015 (220)
juillet 2015 (174)
juin 2015 (187)
mai 2015 (155)
avril 2015 (117)
mars 2015 (202)
février 2015 (186)
janvier 2015 (253)
décembre 2014 (179)
novembre 2014 (203)
octobre 2014 (210)
septembre 2014 (245)
août 2014 (220)
juillet 2014 (174)
juin 2014 (187)
mai 2014 (155)
avril 2014 (117)
mars 2014 (202)
février 2014 (186)
janvier 2014 (253)
décembre 2013 (179)
novembre 2013 (203)
octobre 2013 (210)
septembre 2013 (245)
août 2013 (220)
juillet 2013 (174)
juin 2013 (187)
mai 2013 (155)
avril 2013 (117)
mars 2013 (202)
février 2013 (186)
janvier 2013 (253)
décembre 2012 (179)
novembre 2012 (203)
octobre 2012 (210)
septembre 2012 (245)
août 2012 (220)
juillet 2012 (174)
juin 2012 (187)
mai 2012 (155)
avril 2012 (117)
mars 2012 (202)
février 2012 (186)
janvier 2012 (253)
décembre 2011 (179)
novembre 2011 (203)
octobre 2011 (210)
septembre 2011 (245)
août 2011 (220)
juillet 2011 (174)
juin 2011 (187)
mai 2011 (155)
avril 2011 (117)
mars 2011 (202)
février 2011 (186)
janvier 2011 (253)
décembre 2010 (179)
novembre 2010 (203)
octobre 2010 (210)
septembre 2010 (245)
août 2010 (220)
juillet 2010 (174)
juin 2010 (187)
mai 2010 (155)
avril 2010 (117)
mars 2010 (202)
février 2010 (186)
janvier 2010 (253)
décembre 2009 (179)
novembre 2009 (203)
octobre 2009 (210)
septembre 2009 (245)
août 2009 (220)
juillet 2009 (174)
juin 2009 (187)
mai 2009 (155)
avril 2009 (117)
mars 2009 (202)
février 2009 (186)
janvier 2009 (253)
décembre 2008 (179)
novembre 2008 (203)
octobre 2008 (210)
septembre 2008 (245)
août 2008 (220)
juillet 2008 (174)
juin 2008 (187)
mai 2008 (155)
avril 2008 (117)
mars 2008 (202)
février 2008 (186)
janvier 2008 (253)
décembre 2007 (179)
novembre 2007 (203)
octobre 2007 (210)
septembre 2007 (245)
août 2007 (220)
juillet 2007 (174)
juin 2007 (187)
fil rss
fil rss commentaires



Copyright
Top