Le Prix de l'Inaperçu a été remis hier soir à Éric Vuillard pour Conquistadors.

Partant du principe que les trompettes de la renommée ne sont pas à l'abri des fausses notes, ce prix, créé en 2008, récompense un livre qui méritait le tintamarre et n'a rencontré que la ferveur solitaire de quelques happy few. C'est un prix qui veut élargir le cercle, donner à admirer au plus grand nombre ce qui est réellement admirable, contre le mouvement général.
Conquistadors, qui est un grand livre (nous n'avons jamais douté de son destin) était le candidat idéal. Ce Prix de l'Inaperçu 2010 ne passera pas inaperçu, nous en sommes sœurs. Il a même des années devant lui pour prouver qu'il a eu raison, mille fois raison.

Le Prix a été remis au Café de l'Industrie dans une ambiance chaleureuse. L'annonce a été faite par Niels Ahl, notamment en présence de l'éditeur Philippe Picquier (récompensé pour La Plaine de Bi Feiyu au titre du roman étranger).