Par chance - mais est-ce une chance ? C'est toute la question du livre - et par calcul, par froide intelligence, par une infinie ténacité, Marcel et Louise "réussissent", ils accèdent au linge fin, aux toilettes co?teuses, à l'appartement dans les beaux quartiers. Leurs amis André et Fernande les observent, les critiquent et les envient. Et leur ami, le jeune Jeannot, choisit de botter en touche en optant pour la culture et les voyages scientifiques.

Le thème de la réussite matérielle n'est pas nouveau, on en trouve la résonance chez La Fontaine, Balzac, Zola, et plus concrètement chez le Perec des Choses, quelques années après ce livre d'Hélène Bessette réédité aujourd'hui. Comme eux, la romancière montre clairement que toute avidité matérielle est factice et vouée à l'échec, que le progrès social d'un individu ou d'un couple ne produit d'avantage ni pour la société ni pour le couple lui-même, lequel trouvera toujours d'autres cimes à escalader sans jamais atteindre le bonheur, puisque le bonheur, on le constate, ne fait pas bon ménage avec l'argent ni même avec le pouvoir.

La critique sociale et morale de l'auteur n'apporte donc pas grand-chose de vraiment nouveau. Ce qui, en revanche, devrait intéresser les lecteurs curieux de prosodie, c'est son langage, démembré, désarticulé, débarrassé des contraintes de la grammaire, et pourtant merveilleusement efficace et provocateur. On remarque d'abord les phrases sans verbe. Il peut s'agir d'une conversation : "Tandis que l'air tout autour se tisse des intrigues insidieuses. Les noeuds sournois de la pensée. Les jeux capricieux de l'arrière-pensée. Tandis que les phrases ondoient, s'éclairent, s'effacent, se dissol-vent..." ; ou bien, sur un ciel de novembre : "Les ramiers malmenés. Les feuilles mortes parsemées. La Seine grise. Et l'eau que le vent brise, promenée..."

On remarque alors le rythme et les assonances et l'on se dit qu'on a déjà entendu ce genre de prose quelque part. On poursuit, par exemple dans un institut de beauté : "Les frictions inégalables. Le lifting animal. L'hormone magistrale... Les vapeurs sculpturales. Les gymnastiques artificielles... en boîte, en tube, en p'tit paquet." "Sur le visage sans pitié des moitiés d'amitié." La phrase concassée, la musique des mots, la scansion et les rimes... pour la condamnation, pour la critique sociale : c'est du rap, tout simplement, du rap des années 1950. Une curiosité. Une découverte."

Jean Soublin, le 25 juin 2010.

É ce jour, les livre d' Hélène Bessette, publiés chez LaureLi sont les suivants :

Le Bonheur de la nuit.

maternA.

Suite Suisse.

Ida ou le délire, suivi de Le Résumé.

La Tour.