Sonia et Augustin, des sans-domicile, se rencontrent dans la rue. Ils sont tous deux dans un terrible désarroi après la disparition tragique de leur famille respective. Ils se reconnaissent dans leurs peines et décident d'unir leur peu de forces.
Peu à peu ainsi, ils reprennent go?t à la vie. Augustin reprend l'ébénisterie et Sonia se met à l'écriture, pour nous conter l'histoire d'Anna, juive française en 1944, qui ne pourra échapper à la déportation, à l'humiliation violente de n'être plus rien.

YVONNE BABY a obtenu le prix Interallié avec son premier roman, Oui, l'espoir (Grasset, 1967). Elle a publié depuis six autres romans : Le Jour et la Nuit (Grasset, 1974), Kilroy (Mercure de France, 1980), La Vie retrouvée (L'Olivier, 1992), Ma mère et le ciel, très vite (L'Olivier, 1998), Gris Paradis (Gallimard, 2003) et La Femme du mur (Gallimard, 2004). Journaliste, elle entre au Monde en 1957 et devient critique de cinéma trois ans plus tard. En 1971, Jacques Fauvet lui confie la création d'un service culturel au Monde, service qu'elle dirige jusqu'en 1986. Elle a également publié un recueil d'entretiens avec des cinéastes, écrivains, réalisateurs, coutu- riers... : Quinze Hommes splendides (Gallimard, 2008).

Extrait

Brèves minutes d'absence, de somnolence, puis Anna se réveille à travers un halo de rêves et de fantômes, mais non, elle ne rêve plus, et aperçoit des brodequins en face d'elle, à côté d'une cuve et de ces sacs de pommes de terre, qu'elle vide chaque jour. Les brodequins, encore un geste du soldat, le soldat qui aura vu les pieds délabrés d'Anna, comme il avait vu l'ancien carnet déchiré et en boule, il voit et il trouve toujours l'occasion de croiser Anna quand elle s'y attend, ou ne s'y attend plus.