Eric Meije exprimera tout au long de ses années d'écriture son impossibilité de vraiment structurer les récits de la famille Ergans (le premier titre de sa saga) ; ce sont des bribes qu'il crée et qui aboutissent à un patchwork, une sorte de tableau impressionniste... comme des fragments de mémoires qui lui viendraient d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, on ne peut qu'être frappé par le sentiment « de vécu de l'intérieur ». Par exemple, la scène du débarquement où le narrateur se trouve à bord même d'une barge ou au milieu de ses camarades sur une plage dévastée.

« Ne te racontes pas d'histoire à présent, tu avais peur et c'est aussi pour cela que tu hurlais, pas seulement pour que les hommes avancent. Tu avais peur et ton visage devait être aussi gris que ceux qui t'entouraient parce que la peur ne se distingue pas entre les officiers et les hommes, elle est indifférente à ces choses. »

Cette petite voix intérieure nous suivra tout au long de ce livre et nous livrera la part cachée des personnages. Ces récits ne comportent pas que des histoires de guerre, on peut y vivre aussi des scènes dans des internats et même dans l'intimité du couple Winka ' Jens mais toujours avec un arrière plan menaçant, celui d'un conflit toujours latent qui ne se fera jamais vraiment oublier.

La scène qui m'a le plus impressionné reste le voyage du jeune lieutenant Jens pour apprendre la mort de son camarade Steeg à sa « mère adoptive » :

« Combien de Steeg as-tu eu sous tes ordres, combien au juste ? T'es-tu intéressé à eux, à ce qu'ils étaient réellement sous leurs uniformes ? Et combien de Steeg de l'autre bord as-tu laissé tuer sur cette plage dans les dunes, combien de Steeg n'as-tu pas reconnus ? Combien sont morts parce que tu avais donné l'ordre qu'ils meurent ? »

Au fond le thème principal de l'?uvre d'Éric Meije pourrait bien être la culpabilité que l'on trouve déclinée sous toutes ses formes, y compris chez les jeunes collégiens qui subissent des ch?timents corporels. Culpabilité avec ses corollaires, celles des valeurs... données par une société, un état...

Les récits d'Ostwand ne sont qu'une petite partie des textes qu'Eric Meije distille sur le net depuis des années, et en cela, il est s?urement le plus représentatif des auteurs « venus de la blogosphère et de l'internet » qui font la vocation de la collection M@nuscrits de chez Léo Scheer."

Les récits d'Ostwand continuent leurs vies sur :

http://www.leoscheer.com/man/spip.php?page=auteur-man&id_auteur=480 http://traces.over-blog.com

Becdanlo.

(1) Les prochains titres de la Collection M@nuscrits des ELS (papier) sont :

- Cent mots dire de Alain Baudemont. (Novembre 2010)

- Coke de combat de Rip-Rip. (Novembre 2010)

- Petites nouvelles cruelles de Françoise Rigal (Janvier 2011)

- Lolita ne vieillit pas de Juline.b (Janvier 2011)