A Nice, avec une jolie vue sur les palmier, un site site, celui où Joëlle Mesnil tient un blog qu'elle décrit de la façon suivante :

"J'ai crée ce blog pour partager mes recherches en philosophie, et en psychopathologie. Vous y trouverez des liens vers mes textes publiés ou non. Mes deux orientations principales:les relations entre phénoménologie et psychanalyse, la "désymbolisation" dans la culture contemporaine. J'utilise aussi ce site pour louer un appartement à Nice par le biais du site homelidays.com.Voir messages d'aout et septembre2009+janvier2010.Vous y trouverez de nombreuses photos de l'appartement."

Elle y reprend notre présentation du livre de Patrice Maniglier publié en 2006 dans la collection Non et Non dirigée par Catherine Malabou : La vie énigmatique des signes. Saussure et la naissance du structuralisme.. Peut-être un signe... :

"Montrant que l'« énigme de Saussure » n'est autre que celle des signes eux-mêmes, réalités bizarres, presque fantomatiques, ce livre reconstitue dans toute son ampleur et son actualité la pensée fragmentée du maître du structuralisme.



Le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure : texte fondateur, texte mythique, dont se revendiqueront Lévi-Strauss, Lacan, Barthes et tout le mouvement connu - et méconnu - sous le nom de structuralisme. Texte mystérieux, pourtant, rédigé par des disciples après la mort du maître à partir de notes de cours, plein d'obscurités et de contradictions apparentes.

Montrant que cette énigme de Saussure n'est autre que celle des signes eux-mêmes, réalités bizarres, presque fantomatiques, qui vivent d'une vie propre et se transforment à mesure qu'on les utilise, ce livre reconstitue dans toute son ampleur et dans toute son actualité la pensée fragmentée du maître du structuralisme.

On comprend alors comment une obscure découverte linguistique faite dans le silence de Genève à la fin du XIXe siècle a ouvert aux grandes ?uvres de la philosophie française des années 50 et 70, de Lévi-Strauss à Deleuze en passant par Foucault et Derrida.

Loin d'être une ?uvre d'érudition, ce livre plaide en faveur d'une réouverture des grandes questions du structuralisme. Alors que la vie intellectuelle d'aujourd'hui se complaît dans un rapport ambivalent à cet héritage, hésitant entre fascination désuète et incompréhension agressive, il invite au travail.

Au passage, il nous apprend que parler, c'est toujours parler une langue en train de se transformer. Par les signes, nos pensées nous échappent et se mettent à vivre d'une vie propre - nous entraînant dans une histoire dont nul n'est jamais maître."

Joëlle Mesnil, ao?t 2010