Heureusement, Vincent Haudiquet a sorti un livre complètement absurde et inutile mais qui vous fera du bien. Une série d'histoires courtes sans queue ni tête, un peu inégales il est vrai, qui font penser à Devos et Desproges.

« Vie et morts de Quentin Vachdet » propose quatre-vingts nouvelles plus saugrenues les unes que les autres, où le héros est placé dans des situations abracadabrantes, complètement ridicules, et où l'excipit a encore moins de sens que le reste. Et pourtant, c'est souvent drôle à pleurer.

Extraits :

« J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle, dit l'agent de police à Quentin Vachdet. La mauvaise, c'est que votre voiture a br?lé cette nuit ; la bonne, c'est que ce n'est pas un acte antisémite ».

« Votre rôle, c'est de m'aider à trouver du travail ! (â?¦) Vous confondez avec mon collègue Robert, l?cha-t-elle d'un air pincé. Moi, mon boulot, c'est de vous aider à chercher du travail, et je ne dis pas ça pour me vanter, mais depuis que l'on se connaît, vous n'arrêter pas de chercher, non ? »

« Pour tromper son ennui, il s'envoyait des lettres auxquelles il répondait dès leur réception (â?¦) Mais une grève des postes éclata sans qu'il le s?t. Inquiet de ne pas recevoir de ses nouvelles, il crut qu'il lui était arrivé malheur. »

Stupide n'est-ce pas ?

« Vie et morts de Quentin Vachdet », Vincent Haudiquet, les Editions Léo Scheer, 17 euros.