Pour revenir au livre, disons que Patricot renchérit dans le genre 'trashâ? post-Virginie Despentes. Il est question d'un jeune professeur obsédé par les jeunes filles mal dans leur peau, qui flirtent avec l'envie de suicide. Certaines scènes sont vraiment bien faites (comme l'épisode du viol au début). Et le fait que Patricot est lui-même prof est assez intrigant...

Mais pour être honnête, je n'ai pas réussi à finir ce roman. Il fut une période où je lisais beaucoup de fiction 'littéraire.â? Maintenant, je préfère les bons vieux romans à intrigue. Or 'Suicide Girlsâ? a une intrigue très répétitive, on a vraiment l'impression de faire du sur-place.

Je pense néanmoins que ce livre peut plaire à ceux d'entre vous qui aiment le 'style.â? On sent que Patricot a beaucoup travaillé la langue et la sonorité. S'il travaillait un peu plus ses intrigues, on aurait droit à un bon roman, peut-être même un grand roman.

Lise-Marie Jaillant, le 11.10.2010.