La thèse avancée par Aurélien Bellanger et annoncée par le titre est que Michel Houellebecq illustre, à travers son ?uvre romanesque et poétique, un néoromantisme s'inscrivant dans une lignée d'écrivains tels que Lovecraft, Baudelaire, Novalis ou Balzac. L'auteur des Particules élémentaires revendique d'ailleurs lui-même cet héritage, déclarant, dans un entretien, avoir opté ' au détriment d'une vision tragique ' pour une vision «romantique de la vie dans la littérature» qui consiste en une «attitude de déni vis-à-vis de la mort». Au-delà de cet aspect intertextuel mis à jour de manière intéressante, le critique interroge notamment ' et parmi bien d'autres entrées ' la philosophie de l'histoire, l'ironie, l'amour ou encore la religion. L'analyse s'appuie en outre, et ce de manière régulière, sur la lecture de philosophes ' Leibniz, Schopenhauer, Nietzsche ' qui ont influencé la pensée de Houellebecq.

Si sur le fond l'étude est loin d'être dénuée d'intérêts ' bien au contraire, elle éclaire souvent justement le travail de l'écrivain ', on pourrait reprocher à Aurélien Bellanger la forme qu'il lui donne parfois. Le critique, on le remarque dès les premières pages, connaît parfaitement son sujet. Mais cette maîtrise possède les défauts de ses qualités. A trop citer Houellebecq, à trop citer les auteurs qui l'ont influencé, l'analyse paraît se délier dans certains chapitres. Plus frustrant encore est l'impression que la citation se trouve souvent avancée comme preuve, comme argument, là où le lecteur attendrait que le critique mène la réflexion plus loin et dépasse les textes ou les auteurs convoqués. Mais disons pour conclure que l'essentiel reste tout de même préservé. C'est bien de littérature dont on parle ici, et Houellebecq le mérite bien.

Arnaud Genon, le 20 octobre 2010.

(1) De Sabine van Wesemael, on signalera les ouvrages : Michel Houellebecq, Rodopi, 2004 et Houellebecq : le plaisir du texte, L'Harmattan, 2005. De Murielle Lucie Clément, Houellebecq, Sperme et sang, L'Harmattan, 2003 et Michel Houellebecq revisité. L'écriture houellebecquienne, L'Harmattan, 2007. Ajoutons, Murielle Lucie Clément et Sabine van Wesemael (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam/New York, Rodopi, coll. «Faux Titre», 2007.