ELLE est notre magazine français préféré (après Chronic'art bien s?ur). C'est une consécration, pour un livre, un auteur, d'avoir un papier dans ELLE. Surtout lorsqu'il s'agit, pour le premier roman d'un très jeune auteur, de figurer dans la rubrique, très sélective, dirigée par Olivia de Lamberterie.

Cela vient d'arriver à Myriam Thibault, avec son très prometteur recueil de nouvelles Paris, je t'aime, qui poursuit son petit bonhomme de chemin au milieu de la jungle de la rentrée littéraire. Il y a beaucoup de chose encore à découvrir, chez Myriam Thibault, en particulier cette forme d'humour qui semble si naturelle aux lecteurs de sa génération, lorsqu'elle joue avec les clichés d'une façon si simple qu'on pourrait la prendre au premier degré.

Voici l'article :

Parisienne lover.

L'auteure.

Myriam Tibault a 16 ans et une obsession, qui ne tourne pas autour des garçons, mais de Paris ! Lycéenne à Tour, elle n'a d'yeux que pour la ville à qui elle dédie son premier recueil de nouvelles.

Comme une touriste japonaise, Myriam trouve un charme romantique là où une parisienne de pure souche ne verrait que du Kitch.

Le Pitch.

Les histoires courtes se suivent avec, à chaque fois, Paris en toile de fond. Côté personnages, il y en a pour tous les go?ts et les clichés : un romancier germanopratin sosie de Beigbeder, des amoureux transis au Tuileries, un baby-rockeur aux Repetto élimées, et même, un Gainsbourg éméché...

Notre avis.(1)

C'est la première déclaration d'amour d'une ado d'aujourd'hui et, comme toutes les premières fois, c'est un peu maladroit...Le ton innocent trahit la provinciale en quête d'évasion dans la capitale. La blogueuse littéraire (Angel-A) manque encore un peu de maturité, mais le talent est à sa portée.

Elvire Emptaz, le 29 octobre 2010.

(1) L'avis de l'éditeur : Peut-être pas aussi innocent qu'il parait, ce ton...