La crise de l'Irlande résulte essentiellement d'une bulle immobilière financée par des banques irlandaises à partir des marchés internationaux de crédit. Les finances publiques irlandaises étaient saines, avec un endettement public égal à 25% du PIB annuel de l'Irlande, elles ont été déstabilisées pour trois raisons :

- La crise immobilière a provoqué l'effondrement du secteur immobilier, à savoir la construction et les services immobiliers.

- La baisse très forte de l'emploi qui s'en est suivie s'est étendue à l'ensemble du commerce et des services.

- Le système bancaire s'est alors caractérisé par des actifs immobiliers toxiques financés à très court terme sur les marchés internationaux de crédit. L'Etat irlandais a alors tenté de garantir les cinq banques irlandaises soit 480 milliards d'â?¬ de passif donc trois fois le PIB annuel de l'Irlande, or dans le même temps, à la suite de la crise immobilière, puis des services, les revenus fiscaux annuels sont passés de 47 à 31 milliards d'â?¬ !

La baisse des revenus fiscaux a commencé par créer un déficit budgétaire aussi profond qu'inattendu. D'abord estimé à 11,9% du PIB annuel pour 2010, il est révisé à 14,4% du PIB annuel pour 2010.

Les plans d'austérité ont de suite suivi mais ils ne pouvaient réduire le déficit au mieux à 10% du PIB annuel pour 2011. Dès octobre 2010, les économies budgétaires prévues ont d? être doublées, mais à la mi-novembre 2010, l'on ne savait pas aux dépends de quiâ?¦

La garantie des banques s'est révélée décisive, aucun pays n'est capable de garantir des dettes financières équivalentes au triple de son PIB annuel (pour l'Irlande 480 milliards d'â?¬ pour un PIB annuel de 164 milliards d'â?¬).



La décision du gouvernement irlandais est d'ailleurs, au moins à première vue étrange, en effet le droit européen en vigueur ne crée pour un Etat membre d'obligation que celle de garantir les dépôts des particuliers pour un montant maximum de 70 000 â?¬ porté récemment à 100 000 â?¬, pourquoi tout garantir ?

La situation des banques irlandaises est quelque peu exceptionnelle par les risques pris. Les banques irlandaises ont en effet financé deux bulles immobilières :

- Une bulle immobilière dite « commerciale » c'est-à-dire des immeubles de bure aux, des centres commerciaux, des hôtels. Cette bulle immobilière a commencé à se liquider dès 2009, les bureaux sont vides.

- Une bulle immobilière des logements, elle commence à se liquider, avec une baisse des prix de 36% par rapport au plus haut, les emprunteurs doivent plus que la valeur de leur logement. C'est cette deuxième bulle immobilière qui déprécie la valeur des investissements des banques au point d'annuler leur capital et en fait de les rendre insolvables.

Les méthodes de financement des banques irlandaises ont été audacieuses et innovantes, en effet, les crédits accordés par les cinq banques irlandaises dépassent 160% des dépôts, tandis que les capitaux propres s'étaient établis au minimum de « B?le II » soit moins de 8% des crédits accordés. Et pourtant, ces cinq mêmes banques irlandaises avaient magnifiquement réussies les stress tests européens lors de l'été 2010.



Autrement dit, les 480 milliards d'â?¬ d'actifs étaient financés par les dépôts des particuliers à raison de 300 milliards d'â?¬, et près de 160 milliards d'â?¬ étaient empruntés à très court terme sur les marchés et les prêts interbancaires.

Les marchés de crédit ont cessé de renouveler les emprunts des banques irlandaises et elles ne peuvent plus emprunter sur les marchés interbancaires. La BCE et la Banque Centrale d'Irlande ont pris le relais : au 29 octobre 2010, la BCE accordait pour 130 milliards d' â?¬ de facilités (soit le quart du total des prêts de la BCE aux banques de l'Eurozone), cela représente 80% du PIB annuel de l'Irlande, et la Banque d'Irlande accordait pour sa part 30 milliards d'â?¬ d'avances.



L'on comprend que le sauvetage par l'Europe devenait nécessaire ne serait ce que pour dégager la BCE.

Tout ceci ne tient pas compte des avances de l'Etat irlandais à ses banques assurées sous forme d' « I.O.U. » c'est-à-dire d'engagements remboursables à vue en â?¬, soit près de 50 milliards d'â?¬. Le gouvernement du Fionna fail mène une lutte héroïque pour limiter l'impôt sur les bénéfices des sociétés à 12,5% au nom de l'héritage des insurgés de P?ques en 1916 à Dublin. Il est bien connu qu'ils ne se seraient pas soulevés s'ils avaient su que cet impôt sur les bénéfices pourrait dépasser 12,5%...

L'Irlande fournit ainsi un cas typique de la situation des quatre Etats périphériques : Grèce, Portugal, Irlande et Espagne.

Le sauvetage par l'Europe pose cependant les limites des capacités de l'Union Européenne. Pour la Grèce, le montant admis était de 110 milliards d'â?¬, pour l'Irlande il s'évalue à 90 milliards d'â?¬, il va aussi falloir sauver le Portugal, sans doute 50 milliards d'â?¬, soit un total de 250 milliards d'â?¬.



Le fonds grec, 110 milliards est spécifique, les 140 milliards d'â?¬ doivent venir de l'E.F.S.F. dotée en principe de 440 milliards d'â?¬ garantis par les 16 pays de l'Eurozone, mais individuellement. Sur ces 440 milliards d'â?¬, 150 milliards d'â?¬ sont garantis par l'Allemagne, 60 par les autres pays notés AAA, et 110 milliards d'â?¬ par la France, soit un total de 320 milliards d'â?¬.

Si 130 à 140 milliards d'â?¬ sont engagés pour sauver l'Irlande (c'est prévu) et le Portugal (c'est jugé inévitable), cela signifie que les engagements de l'Allemagne sont consommés.

L'Espagne est aussi ravagée par une bulle immobilière, et la crise économique qui a suivi a réduit les recettes fiscales au point de creuser un déficit de 11,5% du PIB annuel espagnol, mais là, les crédits des banques espagnoles atteignent 1800 milliards d'â?¬ dont la moitié par des « Caijas » au financement aléatoire. S'il faut sauver l'Espagne, d'où viendra le financement européen ?

Or, derrière les Etats à sauver, il y a le système des banques européennes : selon une étude de la Royal Bak of Scotland, les banques européennes ont investi plus de 2000 milliards d'â?¬ dans les quatre Etats périphériques, et les obligations d'Etat sont des placements sans doute plus s?urs que les crédits qui ont servi à financer les bulles immobilièresâ?¦ Pourvu que l'Espagne tienne bon !

S.A. Morad EL HATTAB & Irving SILVERSCHMIDT.