Écoutez RTL ! Aujourd'hui, de 14 heures à 15 heures, Jacques Pradel recevra Alexandre Mathis dans son émission L'heure du crime, (podcast : L'affaire Georges Rapin) pour parler des Fantômes de M. Bill.

En attendant, vous pouvez lire la belle chronique qu'Alfred Eibel a consacré au livre sur son blog :

Georges Rapin, 22 ans, fils de famille riche, ayant reçu une solide éducation, d'une intelligence très vive, d'une apparence agréable, attiré par le Milieu, se fait appeler Mr. Bill. Il fréquente les cabarets de Pigalle. Pour se donner une stature, il lui faut une groupie, ce que Dekobra appelle une « grue spleenitique ». Ce sera Dominique, jeune entraîneuse, avec qui il entretiendra des rapports conflictuels. Bill est un cinéphile à sa manière dans ce Paris insolite des années 50 avec des cinémas partout autour de la place Pigalle. Bill se voit en Alan Ladd, en Dan Duryea, en Dillinger, en voyou dans un roman noir d'André Héléna. Il abat Dominique dans la forêt de Fontainebleau. A moitié morte, il l'arrose d'essence, la fait br?ler vive. Condamné, il sera guillotiné.

De cette authentique affaire criminelle Mathis fait défiler devant nous l'intégralité des pièces du dossier, incluant les films qui ont marqué l'époque. Entre ce qui se passe sur l'écran ou va se passer dans la vie de Bill, il y a corrélation ; de Bill, au film projeté, on peut imaginer que c'est lui qui inspire les évènements du film. Abandonnant les astuces du roman, dialogues, digression, coups de thé?tre, paysages, psychologie, Mathis nous propose une enfilade de documents incontestables. Le lecteur prend acte des faits inamovibles, qui sont implacables. A la fin de la tragédie il se passe quelque chose de bizarre : la possibilité d'une autre lecture des évènements. Ecrivain novateur dans la littérature française d'aujourd'hui, Alexandre Mathis renvoie au néant la plupart des romans fabriqués à la sauvette, imposant un genre convaincant, c'est le moins que l'on puisse dire.