MODIANITE.

Une certaine Marie Lebey a écrit un livre (Éditions Léo Scheer) dont le sujet est Modiano et l'a envoyé à l'intéressé, l'assurant de sa totale admiration à son endroit.

Celui-ci a pris ombrage de la démarche, la jugeant intrusive et déplacée.

On le comprend. Marie Lebey semble touchée par un virus inquiétant, la modianite : elle voit Modiano partout. Pleut-il? On est dans un roman de Modiano. L'épicier est-il singulier? On dirait un personnage de Modiano.

Dans ce livre, Marie Lebey raconte largement sa vie, à la lumière de Modiano.

On apprend qu'elle fut la femme du footballeur Dominique Rocheteau, jeune vedette de l'AS Saint-Étienne à la fin des années 1970. On l'en félicite, même si le lien avec Modiano n'est pas avéré : à moins que Mme Lebey soit convaincue que Vestiaire de l'enfance fut écrit pour son mari.

Elle raconte ensuite qu'elle n'a eu de cesse qu'elle ne fasse connaissance de la veuve de Céline, Lucette Almanzor, allant jusqu'à sonner à la porte de sa maison de Meudon pour la voir. Serait-ce en hommage à ce lieu mythique que Modiano a écrit Villa triste? Marie Lebey en est probablement persuadée. La fortune souriant aux audacieux, elle s'est aussitôt lié au clan des céliniens,, au premier rang desquels François Gibault.

Gr?ce à Rocheteau et Eugène Saccomano, raconte-t-elle, toute la bande a emmené Lucette au Parc des Princes pour qu'elle assiste à une finale de la Coupe de France et applaudisse les joueurs du PSG : "De si braves garçons."

É la fin du livre, Marie Lebey nous révèle la liaison qu'elle a entretenue avec un producteur de cinéma dont elle ne donne que les initiales (mais décrit sa fin tragique si précisément qu'il est reconnaissable entre tous). Du Modiano encore : Accident nocturne.

- Est-ce grave, docteur, la modianite ?

- Non, madame : une fois le soir, une fois le matin, lisez quelques pages de Du plus loin de l'oubli, de Modiano; si le mal persiste, consultez un spécialiste.

Étienne de Montety, le 2 juin 2011.