Mots de garde

Nous ne savons rien de plus que beaucoup d'autres. Nous n'avons rien inventé, rien découvert. Simplement vécu. Et lu. Comme souvent avec ce qui touche à Éros, on se demande parfois si les pages qu'on lui consacre ne sont pas noircies pour ramener les brebis égarées dans la reproduction au bercail de la production. Touchez l'eau, j'y ai plongé, elle est froide, nous dit-on : votre salut est ailleurs. Vrai, peut-être, mais tellement ennuyeux. Bien sœur, tout est vanité, bien sœur, le vieillissement des corps, bien sœur, l'affaissement du désir et le naufrage pathétique de l'amour. Mais faut-il mourir dès aujourd'hui parce que nous mourrons demain ? Nous revendiquons le droit à la jouissance, à la joie, à la légèreté, à l'inconséquence relative et, bien entendu, à l'erreur.
Pas question pour nous de donner de leçons à qui que ce soit. Cartésiens et obsédés sexuels, nous avons appris très tôt à nous méfier du scandale et nous avançons masqués. Comme la religion, le SM est une affaire intime qui n'a pas davantage vocation au prosélytisme qu'une autre sexualité.
Nous ne sommes pas psy et ne prétendons à aucun sérieux dans ce domaine. Il existe plusieurs sortes de masochismes, un seul mot, beaucoup de confusion. Ici, nous restons à la lisière de nos dépassements assumés en évoquant un SM vécu sans complexe qui privilégie la pulsion de vie et l'amour partagé.
Si nous avons dix lecteurs, si l'un d'eux réalise que sa solitude n'est qu'un isolement, nous n'aurons pas écrit ces lignes pour rien. Nous ignorions savoir des choses qui pouvaient en intéresser d'autres. Des soumises nous l'ont appris. Et nous ont demandé de les mettre en mots. Parce qu'elles auraient aimé les entendre plus tôt. Exceptionnellement, nous avons pris leur désirâ?¦ comme un ordre.

Hieros & Mo