FICHE DE PRÉSENTATION

POUR LES LIBRAIRES

SAPHIA AZZEDDINE

Titre: Héros anonyme

Sortie: septembre 2011

Prix: 15 euros

120 pages

Collection Littérature (blanche)

Le quatrième roman de Saphia Azzeddine.

Après Confidences à Allah (2008), Mon père est femme de ménage (2009), La Mecque-Phuket (2010), Saphia Azzeddine a choisi, pour son quatrième roman, d'explorer le désordre qui règne dans les esprits d'un jeune homme que le destin conduira à commettre l'irréparable : un attentat sanglant. Son objectif : frapper l'innocence, atteindre la quintessence de la terreur.

Pour suivre ce cheminement, l'auteur convoque l'histoire contemporaine qui relie les principaux évènements des dix premières années du deuxième millénaire vus par ce héros ordinaire, que son caractère quelconque rend terrifiant.

Une fois décidé, son acte irréversible le conduira à sortir définitivement du chemin de sa propre vie.

Ce texte qui mêle le roman et le pamphlet jette une lumière crue sur les tiraillements et les soubressauts du monde contemporain.

SAPHIA AZZEDDINE vit et travaille à Paris. Elle est romancière, scénariste et réalisatrice (elle vient de réaliser son premier long métrage : Mon père est femme de ménage avec François Cluzet).

Le point de vue de la presse sur ses précédents livres:

Au sujet de Confidences à Allah Un salutaire pavé dans l'islam, qui est aussi un vrai bon livre. (Édouard Dutour, Elle)
Un premier roman terrifiant de cruauté et d'injustice. (Le Monde des livres)

Au sujet de Mon père est femme de ménage
Une fable désopilante et souvent émouvante. (Atmosphères)
Le style est enlevé, enjoué, loin des poncifs habituels. (Marianne Payot, L'Express)

Au sujet de La Mecque-Phuket
Une comédie jouissive qui fait un bien fou. (Emmanuelle de Boysson, Marie-Claire)
Moins 'sanguinaireâ?, plus 'poilantâ? que les deux premiers, ce roman est saturé toujours d'un amour qui se bat pour être sincère pour le Très-Haut. (Marine de Tilly, Le Point)

EXTRAIT

"J'aurais bien aimé que ce soit vraiment des arabes qui pulvérisent les tours jumelles. Ca aurait enfin signifié qu'ils sont de nouveau capables de flirter avec le grandiose.

Fini la dérive, bonjour l'audace! Du travail d'arabe, mais de chirurgiens arabes, s'il vous plaît.

Fiérot, je visionnais en boucle ces images délirantes depuis mon réveil et très vite le réel détrôna la fiction et je compris tout seul que mon peuple était bien trop étriqué dans son calbute pour foutre un bazar aussi démesuré.

Les images n'en perdaient pas pour autant de piquant mais ce jour-là je troquais mon keffieh pour ma casquette des yankees. Je m'étais réjoui trop vite, aucune performance à signaler du côté des merguez ce 11 septembre 2001."