Si vous ne lisez qu'un livre cet été, il faut que ce soit ce journal intime marocain d'une jeune Française qui depuis plusieurs années vit à Marrakech. Non seulement parce que ce livre vous dévoilera les arcanes de milieux très divers, de la jet set jouisseuse, partouzeuse, aux pauvres du petit peuple, et en ce qui touche les mœurs, la religion, la politique, c'est ce que j'ai lu de plus intelligent, lucide, sur le Maroc d'aujourd'hui, mais aussi ' et c'est à mes yeux plus important encore ' parce que La Terrasse des Paresseux vous fera découvrir un véritable écrivain, c'est-à-dire une sensibilité modelée par une écriture, un univers soutenu par un style.
Que Véronique Bruez e?t des dons d'écrivain, tous ceux qui ont lu le fragment de son journal intime d'adolescence, si brillant, si drôle, publié dans le Gabriel Matzneff collectif récemment paru aux Éditions du Sandre, le pressentaient. Avec La Terrasse des Paresseux, ces dons se manifestent d'éclatante manière. Oui, ce livre est une vraie joie de lecture, un enchantement. J'espère que la critique littéraire saura s'en rendre compte et le faire savoir, mais vous, amis lecteurs, n'attendez pas le jugement des journalistes pour acheter ce livre et le savourer. Je vous jure que vous m'en saurez gré.

Ao?t 2011

Photographie : Tanger vu depuis la terrasse des Paresseux.