Ce livre commence par un citation d'Alan Greenspan qui place d'emblée le sujet : « quand une banque est trop grosse pour faire faillite, c'est qu'elle est trop grosse ». Pourtant rien n'a été fait pour changer cela. Au contraire, elles le sont davantageâ?¦ Ils dénoncent l'effet de levier et mettent l'accent sur le « hasard moral » qui caractérise cette crise qui a imposé aux contribuables de renflouer la finance puis de subir des plans d'austérité pour restaurer l'équilibre des finances publiques.

Les auteurs font remonter la crise au 9 ao?t 2007, quand BNP Paribas et Bear Stearns (en faillite quelques mois plus tard) ferment cinq fonds de gestion, imposant une injection massive de liquidités de 95 milliards d'euros par la BCE. Ils incriminent la déréglementation, pour laquelle « l'homo economicus est un être parfaitement raisonnable qui sur un marché transparent, alloue ses capitaux de façon toujours optimale en fonction des prises de risque qu'il sait pertinemment consentir ».

La crise financière comporte deux phases. Dans la première, les spéculateurs achètent des actifs risqués à crédit, poussant leur valeur à la hausse, ce qui permet d'empocher de juteux bénéfices gr?ce à l'effet de levier. Mais dans la deuxième phase, « les actifs s'évaporent, les dettes s'accrochent », imposant un désendettement sauvage et donc une crise. Ils distinguent également les « bulles d'exubérance irrationnelle pure », selon le terme de Frédéric Mishkin, comme la bulle Internet

Ils soulignent que « au-delà d'une certaine ampleur, seul un prêteur en dernier ressort, peut arrêter la descente aux enfers. C'est une mission implicite des banques centrales ». Ils précisent que « lors d'une crise grave de crédit, l'émission de monnaie par la banque centrale ne crée guère d'inflation » du fait de la « trappe à liquidités » théorisée par Keynes, où « quelle que soit l'ampleur de l'émission de liquidités, elles sont thésaurisées » par les banques.

Les auteurs font un récit détaillé et chiffré de la crise. Ils développent dans le détail tous les plans de soutien : la hausse du bilan de la Fed de 867 à 2300 milliards ou l'incroyable PPIP proposé par les banques aux Etats-Unis où elles auraient fourni moins de 10% des capitaux de ce fond destiné à acheter puis revendre des actifs pourris, mais auraient récupéré la moitié des profits ! Ils dénoncent les stress tests et les normes comptables adaptées aux besoins des banques.

L'échec de la dérèglementation

Ils soulignent qu'UBS a perdu 13% de ses actifs pendant la crise et Merrill Lynch près de 20%. Bref, « il faut disposer de 25% de fonds propresâ?¦ comme les banques américaines des années 1880-1890 ». Lors des discussions sur B?le 3, la BRI a proposé de définir plus étroitement les capitaux propres, de limiter l'effet de levier, et d'augmenter la liquidité des banques. Paul Volcker a proposé d'interdire aux banques les activités de hedge funds ou de private equity et d'étendant le champ d'action de l'agence de régulation.

Malgré petit à petit, le lobby bancaire a avancé ses pions, aboutissant, aux Etats-Unis à un texte de loi de 1500 pages (30 seulement pour le Glass Steagall Act de 1934) noyant la réforme. Même l'institut Bruegel, par la voix de Nicolas Véron affirme que « les dirigeants politiques, y compris en France et en Allemagne, ont été profondément capturés par leurs establishments bancaires nationaux ».

En fait, les auteurs soulignent que les leçons de la crise de 1929 ont été en partie retenues mais ils disent aussi que « l'intervention des Etats et surtout des banques centrales a permis d'empêcher une faillite systémique bancaire plus que menaçante. Toutefois, pour des raisons d'idéologie économique, l'occasion de nettoyer les systèmes bancaires et les marchés financiers a été rejetée. Les causes de la crise demeurent donc masquées par le retour au bon vieux temps ».

Les auteurs dénoncent un système, « au service exclusif des intérêts personnels de leurs dirigeants » où « dès lors qu'elles sont trop grosses pour faire faillite, les grandes banques peuvent prendre tous les risques qu'elles estiment nécessaires pour doper leurs résultats ; et, en cas de déficience des modèles mathématiques informatisés, les Etats garantiront les passifs, reprendront les actifs toxiques aux frais du contribuable, tandis que les banques centrales fourniront les liquidités nécessaires aux marchés ».

Après avoir fait un récit fouillé de la crise, de ses prémices jusqu'à mi-2010, les auteurs développent les raisons qui nous ont mené à un tel désastre, ce que j'étudierai dans la deuxième partie de ce compte-rendu.

Laurent Pinsolle, le 2 septembre 2011.