Il est né le divin enfant !




Parmi eux, figure Marien Defalvard, le divin enfant de l'année 2011. Sélectionné aux prix de Flore, Renaudot et Décembre, le jeune romancier a trempé sa plume, à seulement 16 ans, dans un mélange de mélancolie baudelairienne et d'aristocratie proustienne pour rédiger un manuscrit intitulé Du temps qu'on existait, les mémoires imaginaires d'un vieux fils de bonne famille traversant les paysages de France. A peine trois ans plus tard, le petit Marien est repéré dans la foule des jeunes auteurs par Charles Dantzig, publié aux éditions Grasset et acclamé ou abhorré ' au choix - par les plus gros titres de presse. "Incroyablement singulier" pour Raphaëlle Leyris au Monde, totalement insignifiant pour Bernard Quiriny chez Evene ' qui affirme simplement que ce roman "ne veut rien dire" - Du temps qu'on existait attise indéniablement les bavardages littéraires les plus passionnés de cette rentrée.




Promesses et naïvetés




Plus discrète, Myriam Thibault semble considérer, à l'instar de Bonaparte, que la gloire ne vaut rien sans la durée. Deux semaines avant ses 18 ans, elle publie déjà son deuxième livre et premier roman chez Léo Scheer. "Je m'étais lancé le défi de publier mon premier livre avant mes 18 ans", a confié à l'AFP cette grande lectrice de romans contemporains ' entre six et sept romans par mois.

Inspiré des relations ' plus ou moins sincères ou orgueilleuses - qui se tissent dans coins branchés de la capitale, Orgueil et désir, le dernier roman de Myriam Thibault, se révèle prometteur selon le Magazine Elle, bien que légèrement naïf selon certains blogueurs du site officiel de Leo Scheer.




A noter également, dans une petite maison d'édition jeunesse, le record de la plus jeune romancière : Slavka Zigic, 16 ans, qui publie deux tomes romanesques intitulés La Vallée. L'histoire de quatre fées et d'un monde parfait réduit à néant par un sorcier. Embryon possible d'une ?uvre dont on ne peut garantir, pour l'instant, que l'audace !




Le Prix du jeune écrivain




Autant d'exemples qui prouvent que la littérature appartient à ceux qui se lèvent tôt. Pour ne pas perdre de temps, donc, et permettre aux jeunes écrivains en herbe de manifester leur talent sur la place publique, le Prix du Jeune Ecrivain de langue française ouvre ses jeux pour la 28e année consécutive. Présidé par Alain Asbire et composé de romanciers comme Stéphane Audeguy, Carole Martinez, David Foenkinos, Emmanuel Carrère, Lyonel Trouillot, le jury de ce prix reçoit les manuscrits de futurs auteurs de langue française, ?gés de 15 à 27 ans et offre aux lauréats des livres, des voyages, mais surtout de précieux conseils pour être édités. A ce jour, les candidats n'ont plus que six mois pour rédiger une nouvelle de 5 à 20 pages. Pour plus de détails, consulter le règlement sur le site du Prix du Jeune écrivain.



L.M.