Sibylle Grimbert profite de cette belle mécanique pour nous offrir de savoureuses pages sur le thème des prétentions sociales ou de la folie naissante, à l'image de ce passage où l'on saisit toute l'ambivalence de la position existentielle du protagoniste :

« Ludovic s'était donc révélé posséder un grand talent pratique. L'être vaporeux qu'il était partout ailleurs, une fois les portes battantes de l'entreprise franchies, laissait la place à un concentré ludovidesque dans lequel ne restaient que son amabilité ' son refus des conflits ', sa modestie ' acquise par des années de déceptions et une détestable histoire autour d'un pneu ' et une efficacité jusqu'à présent diluée dans sa lutte perdue d'avance contre la malchance. Adèle, les rares fois où elle venait le voir au bureau, ébahie et un peu effrayée par ce changement, se trouvait cependant totalement rassurée quand, la même porte battante franchie, cette fois dans le sens de la sortie, le premier pied posé sur le trottoir, Ludovic redevenait presque instantanément celui qu'elle avait rencontré le soir de la signature de Martin. Petit à petit, elle en était arrivée à le considérer comme un de ces personnages d'autistes dont les films adorent raconter l'histoire : grands mathématiciens devant des équations insensées, mais incapables de retrouver leur chemin dans la rue, ou de se faire chauffer un café, du moins s'il est question de le chauffer sur terre et non sur la lune, surtout dans une cuisine parfaitement aménagée. » (La Conquête du monde, page 247.)