Dans le cadre des rencontres philosophiques organisées chaque année au thé?tre de Gennevilliers, Emmanuel Alloa invite Catherine Malabou, la rencontre aura lieu le samedi 19 janvier 2013 à 17h30.

Membres fantômes : le corps entre phénoménologie et neurologie

en regard de Muerte y reencarnación en un cowboy de Rodrigo García

L'expérience du membre fantôme est décrite par des patients ayant subi une amputation : à l'endroit où se trouvait initialement le membre disparu, ceux-ci ressentent encore toujours de la douleur. Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty a recours à Freud pour expliquer ce phénomène : il s'agirait du refus de se confronter à la perte. Les neurologues proposent aujourd'hui une autre explication. On étudiera en particulier les travaux de Damasio et Ramachandran sur ce point, montrant comment la neurologie développe une nouvelle vision du corps à partir des cartes neuronales et des marqueurs somatiques.

Catherine Malabou est professeure au Centre for Modern European Philosophy de l'Université de Kingston (Royaume Uni). A la suite de travaux portant sur la notion de plasticité chez Hegel et Heidegger, elle a exploré cette notion en esthétique (pourquoi les arts sont-ils dit plastiques ?) et en neurologie (pourquoi parle-t-on de plasticité du cerveau ?). Elle travaille actuellement sur les enjeux biopolitiques et thérapeutiques liés au corps.