"Les nouveaux émiles de Gab la Rafale - Courrier électronique", éditions Léo Scheer, 228 pages, 20 euros.

Chapitre 1

Lundi 22 février 2010.

11 h 20, à Marie-Agnès B.

Dominique s'étant absentée une vingtaine de minutes pour acheter le journal et promener le chien, Christian s'est tiré une balle dans le coeur. Si tu savais comme je suis malheureux, mon cher amour, je pleure tout le temps.

Mardi 23 février 2010.

10 h 25, à Marie-Agnès B.

Je viens d'écouter ton message téléphonique et t'en remercie. Il y avait si longtemps que je n'avais entendu ta voix si douce, si tendre, que j'aime. Hier soir, j'étais chez moi, mais j'avais coupé le son du téléphone. Cambuzat appartenait à la part insouciante, heureuse, légère de ma vie, de notre vie, celle de la vie solaire, aérienne, et voici que là aussi la tragédie fait irruption. 1

1 h 18, à Jacques C.

Oui, carissimo, je connais ces deux associations. Il doit y en avoir de semblables en Hollande et en Belgique. Au dernier chapitre de Voici venir le Fiancé, c'est en Hollande qu'Alphonse Dulaurier choisit de se rendre pour s'y faire administrer la piq?ure libératrice.

Mercredi 24 février 2010.

12 h 20, à ***.

"La bibliothèque familiale" ! Quelle bizarre expression ! Une bibliothèque est un trésor personnel, comme une maîtresse ; et il existe des lieux nommés librairies où l'on peut acheter les livres. Si mes nièces ont besoin d'attendre que leur mère leur prête mes livres pour les lire, j'espère qu'elles sont uniques en leur genre, car si toutes mes lectrices étaient comme elles je finirais sous les ponts ! Voilà qui me fortifie dans la méfiance que j'éprouve à l'égard de la famille officielle, de la famille selon l'état civil.

Jeudi 25 février 2010.

10 h 41, à Julie d'H.

Je ne boirai pas une goutte de vin jusqu'au jour de P?ques. Il y a le carême et il y a la mort de mon maître en diététique : je me suis promis d'appliquer strictement ses principes, d'atteindre à mon poids idéal d'ici la fin de la sainte quarantaine. C'est ma manière de le saluer, de lui être fidèle par-delà la mort et, au cas où il me voit du paradis, de lui être agréable.

Lundi 1er mars 2010.

12 h 51, à Géraldine de L.

Je crains que le dîner d'État hyper-officiel et hyper-guindé de demain soir* ne soit également hyper-ennuyeux. Je te raconterai. J'ai d? donner à nettoyer mon smoking que je ne mets quasi jamais et qui était fort poudreux. Tout cela me barbe et, simultanément, me distrait de la tristesse où le suicide de mon ami Cambuzat me plonge. Le russe, c'est une catastrophe, j'ai l'impression d'avoir tout oublié. J'espère que je serai assis à côté de la femme de l'ambassadeur d'Italie, et non à côté de celle de l'ambassadeur moscovite !

Mardi 2 mars 2010.

16 h 48, à Gilda D.

Depuis l'été 2004, moi l'impatient, j'ai développé avec toi des trésors de patience. J'ai supporté ce qu'aucun autre homme n'aurait supporté : n'importe quel type doué de raison, dès ta première crise style "Avoriaz for ever** "aurait rompu illico. "Gabriel, santo subito !" pour avoir si longtemps supporté une fille aussi exaspérante, so?lante. Cela dit, si dans quelques années tu m'annonces, triomphale : "Enfin, j'ai rencontré l'homme de ma vie ! Lui, il sait me rendre heureuse, alors que vous ne l'avez jamais su, vous n'êtes qu'un pauvre type, un méchant, un salaud", je m'inclinerai et me réjouirai de ton bonheur. Je me permets de te rappeler que dès le début de notre liaison je t'ai dit, et redit, que nos caractères ne s'accordaient pas, que tu avais besoin auprès de toi d'un type solide, placide, équilibré - bref le contraire de ce que je suis. Je n'ai rien à me reprocher. Je n'ai pas réussi à te donner le bonheur, la sérénité, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. J'ai échoué, n'en parlons plus.

Mercredi 3 mars 2010.

02 h 08, à Véronique B.

Temevo di annoiarmi. Fu simpatico, piuttosto divertente. Il mio smoking, fatto fare durante il servizio militare, quarantanove anni fa, mi va sempre a pennello. Ero il più snello di tutti, e il più elegante*** !

Après le dîner de deux cents couverts j'ai fait partie des privilégiés qui ont accompagné dans un petit salon les deux couples présidentiels : tisane et vodka. Il tuo Karamzin****è stato coccolato, mi sono divertito, però mi sarebbe assai piaciuto che tu fossi con me, bellezza mia***** !

  • . Un dîner à l'Élysée donné par M. et Mme Nicolas Sarkozy en l'honneur de M. et Mme Dimitri Medvedeff.


**. Allusion au personnage de Delphine, que m'a inspiré Gilda, dans Voici venir le Fiancé.


***Je craignais de m'ennuyer. Ce fut sympathique, plutôt amusant. Mon smoking, que j'ai fait faire durant le service militaire, il y a quarante-neuf ans, m'allait comme un gant. J'étais le plus mince de tous, et le plus élégant !


****Karamzin (en russe et en italien), Karamzine (en français), protagoniste de Folies de femmes d'Erich von Stroheim.


*****Ton Karamzine a été chouchouté, je me suis amusé, mais j'ai bien regretté que tu ne fusses pas avec moi.

Consultez notre dossier : Les livres 2014 à ne pas manquer